La Shoah à l’Est : regards d’Allemands (Andrej Umansky) 

Parution du livre le 4 avril 2018 – 2,2  millions. C’est le nombre minimum de Juifs exterminés en territoire soviétique occupé par les nazis –  la majorité par balles  – lors de la Shoah entre 1941 et 1944. Des milliers d’exécutions se déroulèrent de la Galicie orientale en Ukraine jusqu’aux rives de la mer Baltique, les forêts moscovites et les confins du Caucase. Femmes, hommes et enfants juifs furent fusillés, parfois au plein milieu des villes et villages mais aussi des villageois. L’auteur Andrej Umansky, s’est rendu à nombreuses reprises auprès des sites d’extermination dans le cadre des recherches de l’Association Yahad – In Unum.

L’ouvrage révèle la présence d’un public oublié, les Allemands venus eux aussi regarder les exécutions des Juifs pendant la guerre : un employé civil, un soldat curieux ou même l´enfant d’un bourreau. Ils racontèrent plus tard ce qu’ils avaient vu dans des journaux intimes, des lettres ou des dépositions judiciaires.

En livrant ces documents exceptionnels, Andrej Umansky met au jour la présence d’Allemands venus assister, pour un jour parfois, au crime commis contre les Juifs pendant la Shoah à l’Est. Ce texte nous fait pénétrer dans la curiosité des Allemands ordinaires que suscitait l’assassinat des Juifs. Lire un extrait

Né à Kiev dans l’ex-URSS, devenu docteur en histoire de l’université de Picardie, Andrej Umansky et aussi chercheur associé à l’Institut de droit pénal de l’université de Cologne et a lui même conduit de nombreuses enquêtes avec l’Association Yahad-In-Unum.

Éditions Fayard

Le livre de l’historien Andrej Umanski rassemble des extraits inédits de lettres, journaux intimes et dépositions. Glaçant.

Qui savait ? Entre 1941 et 1944, 2,2 millions de juifs, hommes, femmes et enfants, vieillards, malades et nourrissons, ont été broyés par la machine de mort nazie à l’Est de l’Europe. Ils vivaient sur ces terres qui s’étendent de la Galice orientale aux forêts moscovites, des rives de la Baltique à celles de la mer Noire. 80% d’entre eux sont tombés sous les balles des commandos allemands, les autres ont péri asphyxiés dans les camions à gaz ou dans les camps d’extermination. Qui savait leur martyr ? Qui savait les rafles et les fusillades ? Depuis de longues années, ces questions taraudent Andrej Umanski, 35 ans, historien et juriste, membre de l’association Yahad-In Unum qui répertorie les sites des fosses communes. « Voilà pourquoi j’ai décidé d’enquêter sur les témoins de cette ‘Shoah par balles‘ », précise dans un français impeccable cet Allemand qui a vu le jour dans une famille juive de Kiev (Ukraine). Pour en savoir plus La Shoah racontée par des Allemands – L’Express


Vous aimerez aussi...