Fatima Besnaci-Lancou, Prisons et camps d’internement en Algérie : les missions du Comité international de la Croix-Rouge dans la guerre d’indépendance, 1955-1962

Vient de paraître : Fatima Besnaci-Lancou, Prisons et camps d’internement en Algérie : les missions du Comité international de la Croix-Rouge dans la guerre d’indépendance, 1955-1962, préface de Aïssa Kadri, éd. du Croquant, 2018, 570 p. (ISBN 978-2-3651-2164-4).

Cet ouvrage aurait pu s’intituler « La guerre d’Algérie vue par le CICR ». En près de 600 visites humanitaires, des délégués du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) contrôlent, sur le territoire algérien, l’application du Droit de la guerre dans des prisons et des camps d’internements où sont détenus des militants indépendantistes. Ces délégués distribuent également des secours matériels aux populations reléguées dans des camps de regroupement sur le sol algérien et à celles qui se sont réfugiées dans des camps au Maroc et en Tunisie. En 1958, les délégués se rendent auprès de soldats français détenus par le FLN et à partir de 1961, ils effectuent des missions aux bénéfices des activistes pro-Algérie-française privés de liberté. Le CICR, garant des Conventions de Genève, a-t-il atteint ses objectifs d’humaniser cette guerre reconnue comme telle qu’en octobre 1999 ? Cet ouvrage répond à la question.

Extrait de la préface du professeur Aïssa Kadri : « … Nul doute que l’on a là une recherche qui va compter dans l’historiographie de la guerre d’Algérie. L’ouvrage actualise la connaissance des dimensions de la répression (…/…) Appuyée sur des sources de première main, les archives quasi-exhaustives du CICR sur la période et de volumineuses et importantes données, documents, lettres et rapports « historiques » reproduits, l’auteure, dans sa volonté d’éclairer toutes les dimensions de la question, est allée encore plus loin que le travail de dépouillement, de décryptage, d’analyse et d’interprétation des cartons d’archives, en s’appuyant sur des autobiographies, des essais, des ouvrages, mais aussi des témoignages des principaux acteurs de la confrontation… »

Fatima Besnaci-Lancou , née en 1954 à Novi (nom actuel: Sidi-Ghiles), près de Cherchell, en Algérie, est un écrivain français, connue pour son travail de mémoire sur la population harki en France.

Fatima Besnaci-Lancou est l’aînée de 8 frères et sœurs ; son père était harki durant la guerre d’Algérie. Arrivée en France à l’âge de 8 ans, le 21 novembre 1962, elle a vécu quinze ans dans les camps de harkis, d’abord à Rivesaltes, puis à Bourg-Lastic, et enfin à Mouans-Sartoux, dans un hameau de forestage.
Elle est éditrice. En 2000, elle a cofondé, en particulier avec Olivier Postel-Vinay, la société Arborescience.

Fatima Besnaci-Lancou est mariée et mère de 2 enfants.

Son passage au militantisme date du 16 juin 2000, lorsque le président algérien Abdelaziz Bouteflika, en visite officielle en France, déclare : « les conditions ne sont pas encore venues pour des visites de harkis (…) C’est exactement comme si on demandait à un Français de la Résistance de serrer la main d’un collabo » . A partir de cette date, Fatima Besnaci-Lancou s’est mise à écrire, d’abord pour ses enfants qui devaient avoir accès à l’histoire de leur mère. Elle publie alors son témoignage dans un premier ouvrage : Fille de harki.

Le 4 mars de la même année, à l’occasion de la sortie du livre « Fille de harki », l’historien et ancien dirigeant du FLN Mohammed Harbi publie un point de vue dans le quotidien le Monde, « Dire enfin que la guerre est finie », afin d’expliquer que le drame algérien devait être vu dans sa complexité et non de manière manichéenne.

En 2004, elle fonde avec Hadjila Kemoum l’association Harkis et droits de l’Homme, dont l’objectif est de travailler sur la mémoire de la situation des harkis dans l’histoire. En 2004 également, elle travaille au rapprochement des enfants de harkis et d’immigrés.

En 2005, elle reçoit le prix Seligmann contre le racisme et l’antisémitisme, (fondé par Françoise Seligmann) pour son livre « Fille de harki ».

En février 2006, elle organise un colloque à l’Assemblée nationale : « Les harkis dans la colonisation et ses suites ».

En septembre 2006, elle regroupe des témoignages de femmes de harkis de la première génération, celles qui sont arrivées en France en 1962 avec leurs maris, dans le livre Nos mères, paroles blessées ; une autre histoire de harkis. En novembre suivnt, elle publie des témoignages d’anciens harkis dans l’ouvrage Treize chibanis harkis.

Éditeur(s) : Ed. du Croquant

Vous aimerez aussi...