Revoir la doctrine des maisons centrales – Point de vue

Le mur d’enceinte de la centrale de Moulins-Yzeure dans l’Allier

Si l’actualité porte, comme presque toujours, sur les maisons d’arrêt et leur taux de suroccupation, les maisons centrales font aussi régulièrement de brèves irruptions dans le débat public, et à juste titre tant l’administration de la peine et des individus les plus dangereux de la société y prend vraiment tout son sens.

Alors que des événements graves sont survenus depuis plusieurs mois dans plusieurs maisons centrales ou quartiers maison centrale, que certaines d’entre elles vont voir arriver des Quartiers Evaluations de la Radicalisation (QER) / Quartiers pour Détenus Violents (QDV) / Quartiers de Prévention de la Violence (QPV) / Quartiers de Prévention de la Radicalisation (QPR)… le Syndicat National des Directeurs Pénitentiaires-CFDT s’interroge sur les injonctions paradoxales lancées à l’ensemble des directeurs œuvrant dans les établissements accueillant les profils de détenus nécessitant un régime particulier d’incarcération.

La vie d’une maison centrale n’est jamais, en dépit parfois des apparences, un long fleuve tranquille. Les personnels qui y travaillent au quotidien le savent mieux que quiconque.

La gestion d’une personne détenue condamnée à une longue peine relève d’un équilibre précaire, entre les impératifs sécuritaires inhérents à sa personnalité, une gestion reposant sur une très grande individualisation de la prise en charge et une vie en communauté importante.

La gestion et l’accompagnement des personnes détenues en maison centrale doivent prendre en compte de nombreux paramètres :

– l’architecture des lieux : l’importance d’espaces extérieurs larges et aérés, la présence d’installations sportives, salles de convivialité sur les étages. A cet égard, les maisons centrales construites ces dernières années enferment encore plus les personnes détenues et
les personnels y travaillant. Elles sont inadaptées au public accueilli et ne permettent pas un travail serein.

– le maintien des liens sociaux qui va de pair avec la localisation de l’établissement : la présence d’unités de vie familiales, de parloirs ou parloirs familiaux à proximité de villes desservies par les transports en commun ;

– une offre étayée de travail ou de formation professionnelle : un détenu en maison centrale doit pouvoir occuper utilement son temps de détention qui peut parfois se compter en dizaines d’années, devant alors se concentrer sur des formations professionnelles qualifiantes ou l’inscription dans une activité de travail ;

– un partenariat actif avec les acteurs locaux socio-culturels, sportifs, associatifs permettant de faire le lien entre le dedans et le dehors et surtout un travail pluridisciplinaire indispensable entre tous les acteurs intervenant dans le processus d’exécution de la peine, et notamment les services médicaux.

Le travail en maison centrale est si spécifique qu’il oblige chacun à remiser ses conceptions professionnelles antérieures, et à s’ouvrir à d’autres modes de gestion de la population pénale. Ceux-ci ne se limitent pas à une application stricte de la règle mais induisent une réflexion quotidienne sur les conséquences globales de l’application de cette règle.

A titre d’exemple, la règle des « portes fermées » est à géométrie variable selon les établissements et n’est pas une finalité en soi. La difficulté d’application de cette règle, qui se retrouve dans l’ensemble des maisons centrales, illustre la complexité du positionnement des personnels de surveillance vis-à-vis des personnes détenues longues peines. La règle des « portes fermées » n’est qu’une des modalités de la prise en charge des personnes détenues longue peine et n’est pas le prisme principal des maisons centrales. Sans parler de « portes ouvertes», il serait judicieux de proposer ou d’officialiser un régime plus souple sur certains créneaux sans abandonner le principe des « portes fermées » qui vise à protéger les personnes détenues entre elles.

Ces établissements sont basés principalement sur la mise en place d’une prise en charge très individuelle du parcours d’exécution de peine. Chaque établissement évolue à sa manière, en fonction de son histoire, de sa localisation, de ses personnels, de son architecture.

A cet égard, le SNDP-CFDT considère que les échecs successifs de règlement intérieur type pour les maisons centrales ou d’harmonisation des catalogues de cantines démontrent que l’uniformisation des prises en charges est illusoire. Nous proposons en revanche à l’Administration Centrale de travailler sur une réelle harmonisation des pratiques professionnelles et non une harmonisation de textes rigidifiant la prise en charge et finalement inapplicables. Nous rappelons que le nombre de détenus manifestant des troubles psychiatriques de plus en plus importants augmente sans cesse. Cette demande d’harmonisation des pratiques professionnelles aurait pour corollaire des recrutements spécifiques aux maisons centrales et la mise en place de formations initiales et continues axées sur le dialogue, les réponses et le positionnement des personnels lors de situations rencontrées avec les détenus affectés en maison centrale.

Donner du sens au lendemain, instaurer un lien entre l’intérieur des murs et la cité, « coller » au plus près de l’évolution de la société dans ses aspects technologiques tels que l’accès à Internet à travers les sites de partenaires institutionnels (Pôle Emploi, SNCF, CAF, CPAM…) ou sociétaux, mettre en place des projets innovants permettant de lutter contre les violences et la récidive, voilà les axes de travail à privilégier, qu’il reviendra aux personnels de direction en maisons centrales de piloter pour préparer au mieux les futures libérations.

Pourtant, si la doctrine nationale consiste à s’entêter à ne pas prendre en considération les événements passés pour réajuster les conditions de vie, les prises en charge et les assouplissements nécessaires à une vie qui demeure carcérale, il est malheureusement
certain que d’autres épisodes de violences seront subis par les personnels dans les maisons centrales, et principalement dans les nouvelles structures qui ont déjà été particulièrement éprouvées.

Enfin, la politique actuelle tendant à « remplir » les maisons centrales au prétexte que leur taux de détenus affectés y est faible prouve encore une fois que la vision numérique prime et non la réelle connaissance du travail effectué dans ces établissements. Certes une montée en charge des capacités d’accueil pourraient être réévaluée tout en ayant en mémoire que si un taux d’occupation de 80% dans certaines centrales peut être atteint, il n’est pas réaliste pour d’autres car elles ne disposent pas des infrastructures permettant une réelle occupation des détenus en journée (taille des ateliers, accès limités ou partagés aux zones socio-culturelles, UVF, etc…)

Pour parvenir à dépasser cet entêtement institutionnel qui ne distingue pas les publics accueillis en maisons centrales de ceux des autres établissements, le SNDP-CFDT propose que les directrices et directeurs pénitentiaires de ces établissements puissent enfin bénéficier d’un échange de pratiques, sous la forme d’une supervision, abordant les réelles problématiques rencontrées sans avoir l’impression d’être jugés par leurs supérieurs comme « faiblissant » face à la population pénale.

Par ailleurs, le SNDP-CFDT souhaite une révision dans l’appellation de certaines maisons centrales tant la même appellation ne revêt pas aujourd’hui les mêmes réalités et spécificités. Ne pourrait-on préserver le terme de Maison Centrale pour les nouvelles structures (Condé-sur-Sarthe, Vendin-le-Vieil, Valence, Réau), ainsi que pour Arles, Clairvaux, Lannemezan, Moulins-Yzeure, et Saint- Maur mais l’abandonner pourEnsisheim, Poissy et Saint-Martin-de-Ré ?

En outre, le SNDP-CFDT demande depuis plusieurs années la réactivation des réunions des chefs d’établissement de maison centrales pour que l’administration centrale reprenne enfin en compte les réalités de ces services pénitentiaires si spécifiques, réunions qui ne seraient reprogrammées que très récemment.

Enfin, l’inscription des postes de chefs de ces établissements dans la cartographie des postes fonctionnels demeure une nécessité pour revaloriser le rôle de ces directrices et directeurs pénitentiaires.

Le secrétariat national du Syndicat National
des Directeurs Pénitentiaires-CFDT

Syndicat National des Directeurs Pénitentiaires – CFDT
Mèl : sndp.contact@gmail.com Tél 06 79 74 98 49


Vous aimerez aussi...