Dictature, Raison d’État, État d’exception : ruptures et continuités, théories et applications

Colloque organisé les 31 mai et 1er juin 2018 à l’École française de Rome (Piazza Navona 62 Rome, Italie).

On assiste, depuis quelques années, à une explosion des discours autour de l’état d’exception et de l’exceptionnalité, qui vont bien au-delà des événements tragiques qui, depuis le 11 septembre jusqu’aux derniers attentats qui ont touchés l’Europe, ont donné lieu à l’application de pouvoirs exceptionnels. Mais en même temps, on ne peut manquer de relever un certain malaise conceptuel à l’égard des notions d’état d’exception ou, plus largement, à l’égard du « jargon de l’exceptionnalité » (Huysmans), contre lesquels se sont multipliés les critiques théoriques et politiques dans le champ universitaire.

Il est certainement bien délicat de chercher à arrêter une définition satisfaisante de l’état d’exception, qu’il s’agisse d’ailleurs d’une définition descriptive ou analytique acceptable. Néanmoins, à l’ombre de l’héritage romain de la dictature, l’idée d’une forme d’intemporalité de l’état d’exception semble également souvent admise, sous la forme au moins d’un problème se posant à toutes les époques et pour tous les régimes : quelle est la forme légitime que peuvent prendre les pouvoirs exceptionnels en situation exceptionnelle ?

Plutôt que de chercher à statuer directement sur la valeur théorique d’une notion telle que celle d’état d’exception, ce colloque se propose de repartir d’une enquête historique et philosophique autour de l’exceptionnalité : il s’agira de développer un examen des pouvoirs de crise (normes, institutions et théories) tels qu’ils sont attestés dans la documentation depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, en examinant également la manière dont les discours autour de l’exceptionnalité se sont produits et transmis. Par le biais d’un tel décentrement historique et philosophique, ce colloque entend jeter un nouveau regard sur la signification de « l’état d’exception » à l’époque contemporaine.

Ce colloque, accueilli par l’École Française de Rome, fait suite à un premier colloque, organisé à l’Institut d’Études Avancées, qui s’est tenu les 16 et 17 octobre 2017.

Programme

JEUDI 31 MAI
9H00 – 12H30

Nicolas LAUBRY, Directeur des études pour l’Antiquité à l’École française de Rome – Accueil
Yann RIVIÈRE, EHESS, PSL – Introduction
De l’époque médiévale à la Révolution : l’exception et la construction de l’Etat moderne
Président de séance : Thomas BERNS, Université Libre de Bruxelles
Michelle BUBENICEK, École nationale des chartes, PSL
La lèse-majesté, l’exception judiciaire et la construction de l’Etat, à la fin du Moyen Age (France-Etat bourguignon, XIVe-XVe s.)
Vittorio MORFINO, Università degli Studi di Milano Bicocca/CIPh
Occasione versus eccezione. La posizione di Machiavelli

DISCUSSION ET PAUSE

Angela DE BENEDICTIS, Alma Mater Studiorum Università di Bologna
Sotto pena di ribellione. La violenza della legge negli ordinamenti di polizia in età moderna (XVI-XVIII secolo)
Marie GOUPY, Collège International de Philosophie / ICP
La dictature et la Loi Martiale : exception et nécessité sous la Révolution
DISCUSSION ET PAUSE DÉJEUNER

14H30 – 17H30

Du XIXe au XXe (1) : l’exceptionnalité, entre règle et exception
Présidente de séance : Marie GOUPY, CIPh / ICP
Rainer Maria KIESOW, EHESS
Autour de Carl Schmitt : Un cas exceptionnel entre loi et jugement
Mauro PONZI, Sapienza Università di Roma
Walter Benjamin et l’état d’exception : Révolution et souveraineté
Thierry GONTIER, Université Lyon, IRPhiL – LabEx COMOD
État d’exception et autoritarisme. Voegelin lecteur de Platon, Machiavel et Hobbes

DISCUSSION ET PAUSE

Juliette CADIOT, EHESS
Le mythe d’une quête de légalité. Les figures de l’Etat d’exception dans l’empire de Russie et en URSS (1864-1953)
Marie-Anne MATARD-BONUCCI, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis
État d’exception, État éthique et totalitarisme dans l’Italie fasciste

VENDREDI 1ER JUIN
9H30 – 12H30

Du XIXe au XXe (2) : le temps présent. Les formes de l’exception
Président de séance : YANN RIVIÈRE
Augustin SIMARD, Université de Montréal
Législation déléguée, planification économique et état d’exception dans l’après-guerre
Carlos-Miguel HERRERA, Université de Cergy-Pontoise, CPJP
État d’exception et doctrine de sécurité nationale: les dictatures militaires argentines et leurs conceptualisations juridico-politiques

DISCUSSION ET PAUSE

Rafael VALIM, Pontificia Universidad Catolica de Sao Paulo
État d’exception: la forme juridique du néolibéralisme
Matthias LEMKE, Hochschule des Bundes für öffentliche Verwaltung, Fachbereich Bundespolizei
Raconter l’exception. Comment les démocraties justifient la nécessité d’élargir leurs compétences.

DISCUSSION ET PAUSE DÉJEUNER
14H30 – 16H30
Epilogue : L’exception et/dans le temps
Président de séance : Thomas BERNS
Ninon GRANGÉ, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis
Le temps contre l’histoire : pouvoir et impuissance de l’état d’exception
Paolo NAPOLI, EHESS
Tra il penale e l’amministrativo: l’eccezione discreta della pedofilia. Un’attualità di lunga durata
Yann RIVIÈRE
Le sénatus-consulte ultime et la doctrine contemporaine

DISCUSSION

Colloque organisé par : ATELIER « DROIT ET POLITIQUE », LABEX TEPSIS « TERRAINS DU DROIT », PRI DE L’EHESS, EHESS PSL, CENTRE GEORGES SIMMEL, ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME, COLLÈGE INTERNATIONAL DE PHILOSOPHIE.

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Yann Rivière, EHESS / PSL
Marie Goupy, Collège International de Philosophie / ICP

CONTACTS
Nicolas Laubry
Directeur des études pour l’Antiquité
Giulia Cirenei
Assistante scientifique pour l’Antiquité
Piazza Farnese, 67 – 00186 Roma – Italia
T. +39 06 68 60 12 32 – secrant@efrome.it

Télécharger le programme : 31-05_01-06 Dictature_Exception