Le témoin du vendredi : Jean Kergrist, à Lyon, en mai 68, la mort du commissaire Lacroix

Jean Kergrist en 2006 © AFP / FRED TANNEAU

La vulgate dit qu’il n’y a pas eu de mort en mai 68. C’est inexact, il faut au moins les doigts d’une main pour les compter. A Lyon, le 24 mai, un camion fou surgit des rangs des manifestants, qui, de l’autre côté du pont va tuer le commissaire Lacroix, le coinçant contre un parapet.

« Vous n’avez pas honte de dormir à Lyon » : Le 24 mai, les étudiants d’extrême gauche de la ville décident de faire aussi bien que ceux de Paris. Ils modifient le parcours d’une manifestation en la dirigeant vers les quais du Rhône. Pour qu’ils ne parviennent pas à la préfecture, les forces de l’ordre barrent le Pont La Fayette. Un camion fou surgit des rangs des manifestants, qui, de l’autre côté du pont va tuer le commissaire Lacroix, le coinçant contre un parapet. Personne, à ce moment, ne conteste cette version. Deux personnes, des trimards brouillés avec le langage – pas des étudiants, sont d’ailleurs rapidement arrêtées : Raton et Munch.

Invité de l’émission France Inter : La Marche de l’histoire : Jean Kergrist

Pour en savoir plus sur le site de l’émission de Franceinter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *