L’affaire Ducroisé-Laroche : Les chroniques de l’inspecteur Calderon

Parution du livre le 7 avril 2017 – L’inspecteur Calderon est un flic complexe, anti-héros et serviteur dévoué de l’idée qu’il se fait de la justice, lucide et paumé, drogué, alcoolique et pourtant accrocheur… Dans ce « pilote » de ses chroniques lilloises vous remontez aux sources du personnage que Frédéric Coudron à construit avec un indéniable talent, une observation fine des comportements humains.

Extrait : « En fumant une Marlboro, j’essayais de réfléchir. Ce n’était pas chose évidente. Les capacités de mon cerveau étaient lourdement affectées par les substances chimiques auxquelles je l’exposais. J’hésitai à sortir la bouteille de whisky que je cachais dans l’un de mes tiroirs. La tentation était grande de s’abandonner à quelques rasades apaisantes, mais j’eus le courage de résister. Je pris alors mon petit carnet à spirales pour en noircir les pages d’idées qui me passaient par la tête. Et si les trois jeunes filles et Salomone avaient fréquenté le Club Abxarus ? Ils auraient pu y faire une mauvaise rencontre. Un pervers aurait pu les convaincre de le suivre à Lille. Et là, les balancer dans la Deûle. Je décidai d’exposer cette théorie à mon père. Il ne se montra pas très réceptif à mon discours. Le temps et l’absence de preuves l’avaient, semblait-il, convaincu que les noyades étaient accidentelles. Je me surpris à faire la morale au commissaire comme il l’avait fait avec moi, quelques mois auparavant. — Tu sembles oublier la phrase que tu m’as dite il y a quelque temps, papa : peu importe que la raison de la mort paraisse évidente, ce qui interpelle, ce sont les circonstances qui ont conduit au décès. S’il subsiste la moindre interrogation, l’enquêteur doit faire son métier : enquêter. »

Frédéric Coudron est Ingénieur en Chef Territorial dans une grande collectivité lilloise. Passionné de littérature policière depuis l adolescence, il ébauchera ses premiers textes, après la lecture de la Ligne noire et du Serment des Limbes de Jean-Christophe Grangé. Il puise également son inspiration et nourrit la liberté de son style dans les ambiances musicales de trois génies disparus mais toujours vivants en lui, Bashung, Brel et Gainsbourg.L’affaire Ducroisé-Laroche est le pilote des enquêtes de l’inspecteur Calderon,viennent STABAT MATER, publié au printemps 2012, suivi de REQUIEMS à la rentrée littéraire, puis RIP en décembre 2012 et 616 en février 2013.

Éditeur : Ex Aequo éditions

Laurence Schwalm, directrice des Editions Ex Aequo

Éditeur militant Ex Aequo éditions sont nées d’un constat : plus personne en France ne prend le risque d’éditer de la littérature populaire écrite par un auteur inconnu. En effet, on ne trouve plus dans les librairies que des romans formatés par l’industrie anglo-saxonne du livre. Les quelques romans français publiés aujourd’hui ressemblent à ceux que l’on peut trouver outre-Atlantique à une différence près, la langue. Pourtant, notre patrimoine littéraire est l’un des plus beaux de la planète ; notre culture a offert au reste du monde le meilleur de ses auteurs : de Maurice Leblanc à Gaston Leroux en passant par Emile Gaboriau ou les romans de Boileau et Narcejac ou ceux, plus proches, de Thierry bourcy, ou Jean d’Aillon qui dut recourir à l’auto-édition avant de pouvoir rencontrer le succès. Même Marcel Proust se vit rejeté lorsqu’il cherchait un éditeur pour « à l’ombre des jeunes filles en fleurs », alors pensez donc, pour un écrivain actuel… être édité relève de la gageure !

De nos jours, les éditeurs ne prennent plus le risque de publier un auteur inconnu s’il n’est pas parrainé ou n’a pas déjà convolé avec le succès grâce à un prix littéraire ou une distinction du public ; mais comment être reconnu et comment rencontrer les lecteurs si le monde de l’édition ne fait plus son travail ? Chez Ex Æquo nous avons décidé de servir le génie créatif français et de donner leur chance à des auteurs inconnus. Nous avons aussi la volonté de permettre à ce qui fut le fleuron de notre culture de retrouver toute sa place dans le paysage littéraire français et francophone : nous parlons du roman populaire. Nous voulons aussi faire partager le talent de tous ces écrivains auxquels l’industrie du livre ne laisse plus d’espace pour s’exprimer.

Nous voulons que notre belle langue écrite : celle de Voltaire, celle des pamphlétaires, celle de Madame de Lafayette, celle de Hugo, de Jules Verne, de François Villon, d’Apollinaire, d’Agrippa d’Aubigné, de Rabelais, de d’Ormesson… reste vivante et au cœur de ce qui a permis d’éclairer le monde et de transmettre à tous les peuples de la terre nos valeurs fondamentales, la liberté, l’égalité et la fraternité.

Comme Voltaire, nous combattrons certaines positions jusqu’au bout parce qu’elles avilissent l’humain, mais nous ferons tout pour que les idées puissent s’exprimer parce que c’est un droit fondamental.