Vérité historique et vérité judiciaire dans l’affaire Seznec (Denis Langlois)

Le blog de Criminocorpus accueille ci-dessous un texte ayant valeur de témoignage sur une affaire criminelle célèbre. Nous avons accepté de le publier en raison de son intérêt à la fois informatif et historique. Son contenu n’engage que son auteur et sa publication ne vaut pas prise de position de l’équipe de Criminocorpus.

Marc Renneville
Directeur de la publication de Criminocorpus


Vérité historique et vérité judiciaire dans l’affaire Seznec

Toute énigme judiciaire suscite l’intérêt légitime d’historiens, de chercheurs, qui veulent découvrir la vérité. Chacun avance sa version, sa théorie, son hypothèse, et rejette celles des autres qui sont souvent perçus comme des concurrents dans une sorte de compétition. Cela peut donner lieu à des attaques, des dénonciations, des polémiques, amplifiées aujourd’hui par l’usage d’Internet où l’on dégaine de plus en plus vite. C’est le cas pour l’affaire Seznec, vieille de près d’un siècle, où l’on souhaiterait parfois plus de sérénité, le sérieux justement des recherches historiques bien comprises. Cependant l’indifférence et l’oubli risqueraient d’être encore pires.
En tant qu’ancien avocat de la famille Seznec, cette quête de la vérité que l’on peut qualifier d’historique, mais aussi de mémorielle, ne peut me laisser insensible. J’aimerais moi aussi savoir ce qui s’est exactement passé en mai 1923.
Cependant, c’est surtout une autre vérité que je poursuis : la vérité judiciaire. En novembre 1924, la Cour d’assises du Finistère a condamné Guillaume Seznec aux travaux forcés à perpétuité pour le meurtre de Pierre Quémeneur (parti en voiture avec lui pour Paris) et pour faux en écriture (afin de s’emparer à bon compte d’une propriété que Quémeneur possédait en Bretagne). A-t-elle jugé équitablement ? A-t-elle précisément respecté la vérité judiciaire, celle qui veut que l’on ne condamne que si l’on est absolument certain de la culpabilité de celui que l’on juge ? La réponse est non.
Les faux en écriture sont avérés pour tous ceux, historiens ou avocats, qui se sont penchés sérieusement et honnêtement sur le dossier. Mais Seznec aurait dû bénéficier du doute en ce qui concerne le meurtre. Ne pouvant établir de façon indiscutable sa culpabilité – n’inversons pas les rôles, ce n’était pas à Seznec de prouver son innocence – la Cour d’assises aurait dû l’acquitter pour ce chef d’accusation. C’est ce que j’appelle l’innocence judiciaire que je ne saurais confondre là non plus avec l’innocence historique, notion beaucoup plus complexe.
Depuis 2015 et la publication de mon livre Pour en finir avec l’affaire Seznec (qui ne vise pas bien sûr à mettre fin aux recherches et aux découvertes historiques), les autorités judiciaires sont informées de l’existence du témoignage de Petit-Guillaume, l’un des fils de Guillaume Seznec. En 1978, celui-ci a révélé à son neveu Bernard Le Her qu’il avait vu un matin de mai 1923 le cadavre de Quémeneur sur le sol de la salle à manger familiale de Morlaix. Sa mère, Marie-Jeanne Seznec, aurait repoussé violemment des avances trop pressantes. J’ai retranscrit scrupuleusement par écrit ces révélations qui avaient été enregistrées sur une bande magnétique que j’ai restituée à Bernard Le Her, aujourd’hui décédé, qui me l’avait seulement confiée.
Récemment, au début de mai 2018, deux des fils de Petit-Guillaume, Jean-Yves et Gabriel Seznec, ont confirmé ce témoignage dans une émission d’Anne-Sophie Martin sur France 2. Il existe quelques légères différences, mais l’essentiel est identique dans les trois révélations : le cadavre de Quémeneur gisait sur le sol de la salle à manger, du fait de la réaction de Marie-Jeanne Seznec à ce que l’on appellerait aujourd’hui une « agression sexuelle », Seznec qui se trouvait sur la route à bord de sa Cadillac déglinguée n’était pas présent et n’a constaté la catastrophe qu’à son retour.
Cependant, tout témoignage humain est subjectif. Petit-Guillaume, qui n’avait que douze ans au moment des faits, peut s’être trompé, avoir menti ou avoir reconstitué inexactement une scène qui l’a traumatisé. Pour être pris en considération par la justice, ce témoignage, même rapporté par trois personnes, doit donc être étayé, confirmé, par un élément matériel, devenir en quelque sorte admissible judiciairement.
Il se trouve que le témoignage enregistré par Bernard Le Her en 1978 est nettement plus précis sur certains points. Petit-Guillaume croit savoir où ses parents ont « mis » le corps de Quémeneur : dans « un genre de cellier », à côté de la maison.
En s’appuyant sur ces éléments, un arrière-petit-enfant de Seznec a présenté en décembre 2015, comme il en avait le droit, une demande de fouilles dans l’ancienne propriété de Morlaix. Il s’agissait d’obtenir de la justice un « acte préalable à une requête en révision ». La réponse, tant du Procureur de la République de Brest qu’en appel du Procureur Général de Rennes, a été négative : pas de nouvelles recherches dans cette affaire considérée comme définitivement close après le rejet en 2006 de la quatorzième demande en révision.
C’est ce refus qui a amené Bertrand Vilain et une équipe de bénévoles, passionnés par l’affaire Seznec, à entreprendre des fouilles privées à Morlaix, avec l’autorisation de l’actuel propriétaire des lieux. Leur souci était la recherche de la vérité historique. De mon côté, j’ai apporté mon soutien à cette initiative, car je pensais qu’elle pouvait permettre d’aboutir aussi à la vérité judiciaire, c’est-à-dire enfin à une révision du procès de 1924.
Le cellier évoqué par Petit-Guillaume a été délimité par Bertrand Vilain qui s’appuyait sur des constatations sur le terrain, un plan dressé en 1923, mais aussi sur l’inventaire des biens de Seznec qui confirmait qu’existait en 1923 à Morlaix une cave ou un cellier où la famille Seznec entreposait barriques et bouteilles.
Ces fouilles mouvementées et largement médiatisées n’ont pas permis, on le sait, de découvrir des ossements humains qui auraient confirmé le témoignage de Petit-Guillaume. Seuls deux os d’origine animale ont été déterrés. (Dans un premier temps, un médecin légiste désigné par le Procureur de la République avait considéré qu’il s’agissait d’os humains.)
Cependant, après un arrêt pour ouverture d’une procédure judiciaire, les fouilles privées ont repris. On a creusé plus profondément – Petit-Guillaume parlait de travaux effectués par ses parents « dans un sol, assez profond » – et l’on a découvert une couche insolite de cendres et de scories. Or, plusieurs voisins avaient affirmé à la police en 1923 que Seznec avait brûlé le corps de Quémeneur dans la chaudière de sa scierie. Les cendres et les scories constituent-elles le résidu de cette incinération ?
Pour la vérité historique et pour la vérité judiciaire, il serait important de le savoir. Les historiens continueront de chercher des éléments complémentaires, mais la justice serait obligée, si l’on trouvait par exemple dans les cendres des débris d’os humains, de considérer qu’un élément matériel vient étayer le témoignage de Petit-Guillaume qui devrait dès lors être considéré dans son ensemble. Une révision du procès pourrait être envisagée. Si Seznec était finalement exonéré du meurtre, on aboutirait à la vérité judiciaire telle que je l’entends, c’est-à-dire à la justice tout court.
Une expertise scientifique officielle des cendres et scories serait donc la bienvenue, puisque l’équipe des fouilleurs bénévoles n’a pas la possibilité d’y procéder. Elle a photographié et répertorié minutieusement ses découvertes. Elle les tient à la disposition des autorités judiciaires.
La balle est dans leur camp. Montreront-elles que la vérité judiciaire, et donc l’équité de la chose jugée, est pour elles un souci primordial pour le passé comme pour l’avenir ?

Denis LANGLOIS
Avocat honoraire et écrivain


Pour aller plus loin :

Le blog de Denis Langlois consacré à l’affaire

Compte rendu de son livre Pour en finir avec l’affaire Seznec (2015) dans la revue Criminocorpus


Vous aimerez aussi...