Décès d’Emile Demaret le 8 mai dernier. Il aurait eu 100 ans en juin – Le dernier survivant du corps des surveillants militaires des services pénitentiaires coloniaux de la Guyane.

Merci infiniment Emile pour les heures d’entretien en ta compagnie ( Marc et Philippe )

Émile DemaretSurveillant principal (assimilé Lieutenant), Emile Demaret est peut-être le dernier survivant du corps des surveillants militaires des services pénitentiaires coloniaux de la Guyane. Né le 26 juin 1918 à Toulouse, il a été mousse à l’Ecole des Apprentis marins de Brest le 4 avril 1934, engagé dans la Marine nationale pour cinq ans à partir du 17 août 1934, embarqué sur les cuirassés Jean Bart et Paris, matelot timonier le 1er octobre 1935 sur le torpilleur Enseigne Roux à Bizerte (Tunisie), quartier-maître timonier le 1er octobre 1936 embarqué sur le sous-marin Circé et le contre-torpilleur Lion à Toulon, puis sur le sous-marin L’Espoir à Saïgon (Indochine) et Toulon. E. Demaret est démobilisé le 13 juillet 1940.

Surveillant militaire à compter du 24 juillet 1942, il fait deux séjours en Guyane du 11 mai 1945 au 5 mars 1947 puis du 18 mars 1950 au 29 mai 1952. Adjoint au délégué du Ministère de la Justice pour les services pénitentiaires coloniaux auprès du Directeur régional des services pénitentiaires de Bordeaux en août 1952, il assure la gestion du bureau après le départ à la retraite du titulaire. Surveillant-chef le 15 novembre 1958 et surveillant principal le 31 décembre 1962. Admis à la retraite au titre des services pénitentiaires coloniaux le 26 juin 1972. Dernier agent en activité, il demeure en fonctions au titre de l’Administration pénitentiaire métropolitaine jusqu’au 26 juin 1983.

Boxeur mi-moyen, passionné de littérature classique, pratiquant la peinture à l’huile, M. Demaret nous livre ici le témoignage d’un surveillant atypique.

Pour en savoir plus lire le billet Surveillant militaire, j’ai vu la fin du bagne – Revues.org – OpenEdition

Émile, l’un des derniers témoins de l’envers du bagne de Guyane …


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *