La libération d’une espionne : Marie Ducret sort de la prison de Rennes

Moins connue que Mata Hari, Marie Ducret fait pourtant partie de ces femmes qui intègrent le monde de l’espionnage à l’occasion de la Première Guerre mondiale1. Âgée de seulement 22 ans, elle « usait de ses charmes auprès des officiers français afin d’obtenir d’eux des renseignements intéressants qu’elle faisait ensuite parvenir aux Allemands »2. Mais en octobre 1918, alors que l’issue du conflit ne fait désormais plus aucun doute, des soldats français viennent l’arrêter « quelque part dans une petite ville du front français de la Somme »3. Elle est immédiatement traduite devant un conseil de guerre qui décide de sa condamnation à mort. L’espionne échappe finalement à la peine capitale suite à « la liesse générale de l’Armistice » et l’autorité militaire décide de commuer sa peine en travaux forcés à perpétuité4...

Pour en savoir plus lire le billet publié par Yves-Marie EVANNO sur le site de En envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…


Vous aimerez aussi...