La véritable histoire de Dracula (Michèle Barbier)

Parution du livre le 31 octobre 2013 – Oui, Dracula a bien existé. Non, il n’était pas un vampire. Non, il n’était pas Comte de Transylvanie. Il s’appelait Vlad III et a vécu de 1431 à 1476, soit au début de la Renaissance. Son père, Vlad II, avait été honoré de l’Ordre du Dragon (Dracul en roumain). Il est ainsi devenu Dracul-ea, fils de Dracul. Son deuxième surnom, Vlad Tepes (Vlad l’Empaleur) provient de son goût immodéré pour l’utilisation du pal, supplice infligé en temps de guerre pour exécuter l’ennemi et en temps de paix pour châtier les coupables dans la société civile. Témoin et acteur d’une époque tourmentée, où les guerres faisaient rage entre les pays chrétiens et l’Empire ottoman qui cherchait à conquérir l’Europe sous la bannière de l’Islam, Vlad Tepes, monté à trois reprises sur le trône de Valachie, n’a cessé de combattre. Utilisé et souvent trahi par ses alliés, impitoyable envers ses adversaires, il imposait en outre, d’une main de fer, ses valeurs à tout son peuple. Entre mythe et réalité, qui a été le véritable Dracula, quel personnage réel a inspiré le roman de Bran Stocker, au retentissement international ? Au-delà des faits, Michèle Barbier met en exergue la vie d’un homme et les raisons qui lui ont valu, de son vivant déjà, sa réputation de tyran sanguinaire. Illustrations de Roman Eftimescu.

Parcourir également ces catégories : Le catalogue généralCollection Hors Temps

Dramaturge, comédienne, auteur-compositeur-interprète, Michèle Barbier a passé plus de trente ans dans le monde du cirque, auxquels elle a déjà consacré trois ouvrages. Elle a adapté en roman sa pièce « Laissez Pleurer les Chiens », paru aux Editions Wâllada. Passionnée d’histoire, elle est également l’auteur de deux études sur la guerre d’Algérie et d’un livre sur la vie de grands directeurs de cirque pris dans leur contexte historique.

A la direction de la collection Hors Temps (romans historiques)
Catherine Moisand – Contact mail : catherine.moisand@sfr.fr

Éditeur militant Les éditions Ex Æquo sont nées d’un constat : plus personne en France ne prend le risque d’éditer de la littérature populaire écrite par un auteur inconnu. En effet, on ne trouve plus dans les librairies que des romans formatés par l’industrie anglo-saxonne du livre. Les quelques romans français publiés aujourd’hui ressemblent à ceux que l’on peut trouver outre-Atlantique à une différence près, la langue. Pourtant, notre patrimoine littéraire est l’un des plus beaux de la planète ; notre culture a offert au reste du monde le meilleur de ses auteurs : de Maurice Leblanc à Gaston Leroux en passant par Emile Gaboriau ou les romans de Boileau et Narcejac ou ceux, plus proches, de Thierry bourcy, ou Jean d’Aillon qui dut recourir à l’auto-édition avant de pouvoir rencontrer le succès. Même Marcel Proust se vit rejeté lorsqu’il cherchait un éditeur pour « à l’ombre des jeunes filles en fleurs », alors pensez donc, pour un écrivain actuel… être édité relève de la gageure !

De nos jours, les éditeurs ne prennent plus le risque de publier un auteur inconnu s’il n’est pas parrainé ou n’a pas déjà convolé avec le succès grâce à un prix littéraire ou une distinction du public ; mais comment être reconnu et comment rencontrer les lecteurs si le monde de l’édition ne fait plus son travail ? Chez Ex Æquo nous avons décidé de servir le génie créatif français et de donner leur chance à des auteurs inconnus. Nous avons aussi la volonté de permettre à ce qui fut le fleuron de notre culture de retrouver toute sa place dans le paysage littéraire français et francophone : nous parlons du roman populaire. Nous voulons aussi faire partager le talent de tous ces écrivains auxquels l’industrie du livre ne laisse plus d’espace pour s’exprimer.

Nous voulons que notre belle langue écrite : celle de Voltaire, celle des pamphlétaires, celle de Madame de Lafayette, celle de Hugo, de Jules Verne, de François Villon, d’Apollinaire, d’Agrippa d’Aubigné, de Rabelais, de d’Ormesson… reste vivante et au cœur de ce qui a permis d’éclairer le monde et de transmettre à tous les peuples de la terre nos valeurs fondamentales, la liberté, l’égalité et la fraternité.

Comme Voltaire, nous combattrons certaines positions jusqu’au bout parce qu’elles avilissent l’humain, mais nous ferons tout pour que les idées puissent s’exprimer parce que c’est un droit fondamental.