« Dernier combat » (Nathan Saint-Cames)

Parution du livre le 27 août 2013 – 21 juin – 8 juillet 1943 : ces deux dates renferment la légende de Jean Moulin. Arrêté à Caluire par Klaus Barbie puis torturé par la Gestapo, le chef de la Résistance est resté silencieux jusqu’à la mort. Sur la base de tous les témoignages et éléments historiques de cette période, Dernier combat raconte les derniers jours que Jean Moulin vécut face à son ennemi. La naissance d’un mythe. Extrait : « La porte s’ouvre et deux gestapistes se ruent sur moi. Ils me passent des menottes à griffes qui m’entaillent les poignets et me poussent hors de la cellule. Une traction noire avec un soldat au volant attend. On me projette sur la banquette arrière du véhicule qui démarre en trombe. Je connais ma destination. La voiture s’arrête devant un bâtiment imposant protégé par des barbelés. Je grimpe un étage puis on m’arrête devant une porte. Je devine que derrière elle m’attend celui qu’on appelle le boucher de Lyon. »

Nathan Saint-Cames est un jeune auteur, originaire du sud-ouest et vivant à Bordeaux. Il signe avec Dernier Combat son premier roman. Passionné par l’histoire et la littérature du XXe siècle, il trouve son inspiration auprès des grands hommes qui ont façonné le monde physique et intellectuel contemporain. Jean Moulin, 70 ans après sa disparition, est le premier d’entre eux.

Entre-deux France La rencontre de Louis-Ferdinand Céline et Jean Moulin

Une passion française

Parcourir également ces catégories : Le catalogue généralCollection Hors Temps

A la direction de la collection Hors Temps (romans historiques)
Catherine Moisand – Contact mail : Catherine.moisand@sfr.fr

Éditeur militant Les éditions Ex Æquo sont nées d’un constat : plus personne en France ne prend le risque d’éditer de la littérature populaire écrite par un auteur inconnu. En effet, on ne trouve plus dans les librairies que des romans formatés par l’industrie anglo-saxonne du livre. Les quelques romans français publiés aujourd’hui ressemblent à ceux que l’on peut trouver outre-Atlantique à une différence près, la langue. Pourtant, notre patrimoine littéraire est l’un des plus beaux de la planète ; notre culture a offert au reste du monde le meilleur de ses auteurs : de Maurice Leblanc à Gaston Leroux en passant par Emile Gaboriau ou les romans de Boileau et Narcejac ou ceux, plus proches, de Thierry bourcy, ou Jean d’Aillon qui dut recourir à l’auto-édition avant de pouvoir rencontrer le succès. Même Marcel Proust se vit rejeté lorsqu’il cherchait un éditeur pour « à l’ombre des jeunes filles en fleurs », alors pensez donc, pour un écrivain actuel… être édité relève de la gageure !

De nos jours, les éditeurs ne prennent plus le risque de publier un auteur inconnu s’il n’est pas parrainé ou n’a pas déjà convolé avec le succès grâce à un prix littéraire ou une distinction du public ; mais comment être reconnu et comment rencontrer les lecteurs si le monde de l’édition ne fait plus son travail ? Chez Ex Æquo nous avons décidé de servir le génie créatif français et de donner leur chance à des auteurs inconnus. Nous avons aussi la volonté de permettre à ce qui fut le fleuron de notre culture de retrouver toute sa place dans le paysage littéraire français et francophone : nous parlons du roman populaire. Nous voulons aussi faire partager le talent de tous ces écrivains auxquels l’industrie du livre ne laisse plus d’espace pour s’exprimer.

Nous voulons que notre belle langue écrite : celle de Voltaire, celle des pamphlétaires, celle de Madame de Lafayette, celle de Hugo, de Jules Verne, de François Villon, d’Apollinaire, d’Agrippa d’Aubigné, de Rabelais, de d’Ormesson… reste vivante et au cœur de ce qui a permis d’éclairer le monde et de transmettre à tous les peuples de la terre nos valeurs fondamentales, la liberté, l’égalité et la fraternité.

Comme Voltaire, nous combattrons certaines positions jusqu’au bout parce qu’elles avilissent l’humain, mais nous ferons tout pour que les idées puissent s’exprimer parce que c’est un droit fondamental.


Vous aimerez aussi...