Aux marches du palais – Mémoires du preneur d’otages (Georges Courtois)

Parution du livre le 19 novembre 2015 – Le 19 décembre 1985, Georges Courtois comparaît pour un braquage sans butin ni victime au Palais de justice de Nantes. Au deuxième jour du procès, il prend en otage grâce à un complice le président de la Cour d’Assises, le procureur, les jurés et 25 personnes du public.

Le 19 décembre 1985, Georges Courtois comparaît pour un braquage sans butin ni victime au Palais de justice de Nantes. Au deuxième jour du procès, il prend en otage grâce à un complice le président de la Cour d’Assises, le procureur, les jurés et 25 personnes du public. Sa première revendication : que FR3 vienne filmer la prise d’otages. Cela va durer 36 heures, au cours desquelles Courtois dresse un état sanitaire et moral des prisons françaises et un réquisitoire contre la mort sociale des détenus… Mémoires écrites et orales d’un  » Robin des lois « .

Né en 1947 à Nantes, Georges Courtois se revendique malfaiteur professionnel. Il fait ses classes jeune adolescent en maison de correction pour vol de viande, où les sévices de ses gardiens le poussent à exercer sa malice et l’insoumission à l’autorité. À sa majorité, la mort de son père le pousse aux braquages avec un goût prononcé pour l’humour et l’aventure. Il voyage dans les années 60-70 entre grand air et enfermement carcéral, rencontrant prisonniers politiques et grand banditisme. Insensible à leurs méthodes et idéologies, il fait cavalier seul et finit par mener une guerre à l’arbitraire et au sentiment de supériorité des magistrats. Devenu maître dans l’art des lettres d’insulte, sa plume lui vaut le courroux des juges, et les applaudissements des salles d’audience. Après la prise d’otages du Palais de justice de Nantes, une peine de 20 ans commuée en 12, et un nouveau plongeon, Georges Courtois retrouve sa liberté en 2014.

Editions Le Nouvel Attila.

la prise d’otages du palais de justice de Nantes, en décembre 1985.

La prise d’otages du palais de

justice de Nantes, en décembre 1985.

Après douze années d’incarcération, un homme bénéficie d’une permission. Il s’appelle Georges Courtois. Il a été condamné à 20 ans de prison pour avoir, le 19 décembre 1985 à Nantes, pris en otage les magistrats et les jurés qui le jugeaient pour plusieurs hold-up. Il avait alors exigé la venue d’une équipe de télévision et dénoncé la mort sociale des détenus. Ces images ont fait le tour du monde.

Dans l’entre-deux de la permission, il tente de retrouver les siens : sa femme, Chantal, qui vit dans l’attente de sa sortie, ses filles et ses petits-enfants qu’il n’a connus qu’au parloir. Ensemble et séparément, ils s’interrogent sur son parcours fléché, les effets de la prison, l’enfermement.

Un documentaire de Frédéric Goldbronn

Pour en savoir plus voir le lien Georges-courtois

Pour visionner un extrait de 2 minutes 47 secondes sur Vimeo.com

Article de presse à consulter Georges Courtois, malfaiteur professionnel – Propos recueillis par Clémence Durand et Ferdinand Cazalis sur le site jefklak


Vous aimerez aussi...