La Femme coupable – Petite histoire de l’épouse adultère au XIXe siècle (Chantal Gleyses)

Parution du livre le 1er janvier 1994 – Au XIXe siècle, la femme adultère s’impose aux écrivains avec la force d’une obsession. Des vertiges de la tentation au retour souvent repentant à la monotonie du foyer conjugal, toute une littérature met en scène les états d’âme et la vie cachée de l’épouse coupable.

Recherchant les causes de cette fascination, et s’attachant plus particulièrement à l’époque de Maupassant, Chantal Gleyses montre la femme étroitement définie, limitée par la cellule familiale, et gardienne à son corps défendant, par son abnégation et sa vertu, de l’ordre bourgeois. Réprouvé d’un point de vue moral, l’adultère féminin – au contraire de l’adultère masculin, naturel et toléré – revêt toute la noirceur du péché, la violence de la subversion sociale.

Réprobateurs bien-pensants ou cyniques libertins, romanciers et essayistes soupçonnent, épient, dénoncent l’épouse dans ses dévoiements, s’interrogent sur la faiblesse et la duplicité de la nature féminine. Au temps des premiers débats sur le divorce ou sur la contraception, nous voici dans l’alcôve, suivant le regard des hommes de lettres sur la sexualité et le désir d’émancipation ldes femmes.

Chantal Gleyses a rédigé la thèse suivante : l‘amour coupable : de l’adultère considéré comme un des beaux-arts par les bourgeoises à l’époque de Maupassant (par Chantal Gleyses sous la direction de Jack Corzani – Bordeaux 3)

Éditeur : Imago