Peut-on se libérer de la mort ? Yves Léon et le système concentrationnaire nazi

L’éntrée du Schutzhatlager Sachsenhause-Oranienburg. Carte postale, collection particulière.

S’il est bien une personne qui, par son parcours et ses engagements, souligne toute l’ambiguïté de l’expression « libération des camps de la mort nazis », c’est Yves Léon. Né en 1921 à Plouaret, dans les Côtes-du-Nord, ce survivant des camps de Sachsenhausen-Oranienburg, Heinkel et Bergen Belsen est décédé chez lui, à Plérin, non loin de Saint-Brieuc, le 9 juin 2018. Mais la chronologie est parfois trompeuse en ce qu’elle peut cacher les profonds tourments d’un homme qui, par certains égards, n’est jamais totalement revenu de l’enfer…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Erwan LE GALL sur le site de la revue En envor.

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *