Juin 1968, le gauchisme hors la loi

Le ministre de l’intérieur Raymond Marcellin prononce un discours le 21 juin 1973, lors de l’inauguration du centre d’Instruction de la Police nationale de Vannes. © AFP / AFP

Dans la période qui s’ouvre, Raymond Marcellin, nommé ministre de l’Intérieur le 31 mai à la faveur d’un vaste remaniement, joue un rôle déterminant. Persuadé que l’agitation ne cessera pas de sitôt et qu’elle peut déboucher sur le terrorisme, il déploie une politique de répression tous azimuts.

Le 12 juin 1968, le gouvernement  dissout une dizaine d’organisations d’extrême gauche. Le 18, de Gaulle gracie une douzaine de condamnés de l’Algérie française – Raoul Salan en tête.

Ces deux décisions lourdes de sens montrent, s’il en était besoin,  que Mai 68  ne s’est pas terminé avec l’allocution radiodiffusée qui permit au général de reprendre la main et avec la manifestation des Champs-Elysées qui vint le soutenir le 31 mai… Juin 1968, le gauchisme hors la loi – France Inter

Invité de l’émission Philippe Artières Historien, chercheur au CNRS

LA MARCHE DE L’HISTOIRE du lundi 11 juin 2018 par Jean Lebrun

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *