2 – Portrait du jour : Gilles Delmotte (aventurier, pilote, auteur, photographe)

« Aux US, il m’arrivait d’aller nager dans les clubs sportifs H24 à trois heures du matin. J’en ai aussi profité pour écrire dans les halls désertés des hôtels de luxe. J’y ai rencontré des âmes égarées, des artistes méconnus et des voyageurs ivres. Partout le monde brille de cette même beauté et partout il souffre des mêmes maux… »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Gilles Delmotte est un pilote de ligne vivant dans le Moyen Orient depuis plus de dix ans.

Sa passion pour l’aviation lui a fait parcourir le monde depuis ses début dans les années quatre-vingt. Mais au travers de ses voyages dans ces horizons lointains, il a entretenu sa passion pour la photographie et la littérature.

Son travail photographique a été reconnu lors de ses nombreuses expositions à Dubai. Le prix d’honneur de la compétition d’Abu D’abi lui a été décerné en 2010 pour son image, Le prince du soleil…

Merci Gilles pour la spontanéité avec laquelle vous vous êtes plié à ce petit jeu d’écriture pour les fidèles lecteurs du site criminocorpus. Ph.P.

Rencontre avec l’auteur de roman policier Gilles Delmotte pour son livre « Un tueur en héritage », premier tome de la trilogie « Nom de code », paru aux PAVILLON NOIR en mai 2018 Un Tueur en héritage (Gilles Delmotte) – Criminocorpus

« Né en 1970, je viens du nord. Depuis l’enfance, les avions et navires qui quittent leur port me font rêver. Où vont-ils et quels étranges mondes vont-ils y découvrir ? Mon père me finança ma licence de pilote à dix-huit ans. Mes premiers jobs me firent surveiller des autoroutes en monomoteur à 200 mètres d’altitude ou transporter des passagers sur des vieux coucous branlants. En 2002, j’ai rejoint une grosse compagnie du Moyen-Orient sur Boeing 777. Mon premier vol me fit traverser l’océan Indien pendant dix heures avant d’atteindre Perth. La ville semblait perdue dans l’immensité australienne, minuscule îlot habité dans un désert aride. Quelques jours plus tard, je me posais à New York après un survol à basse altitude de la ville. La vie de pilote est spéciale, décalée et solitaire. Je me réveillais souvent à minuit pour errer dans des  villes endormies. Avec le temps, j’avais pris d’étranges habitudes comme de m’entraîner au triathlon au milieu de la nuit. Aux US, il m’arrivait d’aller nager dans les clubs sportifs H24 à trois heures du matin. J’en ai aussi profité pour écrire dans les halls désertés des hôtels de luxe. J’y ai rencontré des âmes égarées, des artistes méconnus et des voyageurs ivres. Partout le monde brille de cette même beauté et partout il souffre des mêmes maux.

Dans cet univers romanesque, mon esprit a forgé des mondes mystérieux. C’est durant un voyage dans le grand Ouest américain qu’Un tueur en héritage a vu le jour. Traversant les villages perdus du Nevada, le sentiment d’abandon qui y régnait m’avait impressionné. Tout y inspirait l’oubli, la fin, la mort. On aurait pu disparaître dans ces ruelles désertées ou même s’y battre à l’arme lourde sans que personne n’en sache rien. Peu à peu, le scénario prit place. Un homme pris au piège par des puissants qui utilisent une force démesurée. Les personnages s’y sont intégrés naturellement. Ces puissants doivent être en relation avec l’industrie de l’armement. Noyés dans les six cents milliards de dollars du budget de la défense américaine, ces hommes ont perdu toute vertu et toute morale. Je les imagine corrompus par une carrière de marchand de mort, vide de toute humanité et prêt à tout pour protéger leurs sales secrets. La trilogie Nom de code met en scène quatre magnats qui, durant toute leur vie, ont tissé des liens irrécusables pour établir leur pouvoir. Les lobbyismes de leurs empires ont influencé chaque gouvernement. Ils tiennent les rênes du pouvoir et personne ne peut les inquiéter. Mais une dispute éclate sur leur fin. L’un d’eux décide alors de se venger avec cette même ingéniosité qui a fait leur puissance. Pour se faire, il embauche secrètement un ancien soldat à qui il confie un dossier, tout en s’assurant que ces anciens amis prennent connaissance de cette étrange opération.

Nom de code est écrit sur le concept d’une aventure simple masquant une affaire machiavélique. J’aime ces scénarios qui surprennent sans tomber dans le burlesque. Il faut du réalisme, de l’ingéniosité et de l’imagination pour assembler une trame comme une mécanique de précision. Les personnages d’Un tueur en héritage sont torturés par leurs passés. Tout comme nombres d’hommes de pouvoir, ils se compromettent dans leurs complots et autres trahisons qui finissent par les perdre. Leurs actes, dictés par une logique malsaine, les amènent à prendre des risques avant que leurs tentatives de sauvetage désespérées ne les embourbent un peu plus. L’histoire s’est mise en place étape par étape. Il me fallait des rôles secondaires que j’ai trouvés dans l’actualité. À l’image du hacker Garry McKinnon qui avait piraté le Pentagone durant 13 mois en 2001, effaçant des fichiers sensibles et paralysant l’approvisionnement en munition de la flotte Atlantique. Comme les autistes-Asperger que l’on trouve à la Silicon Valley, j’ai imaginé Jeffrey, génie informatique, personnage naïf et attachant qui peine à comprendre les réactions de ses contemporains. Il me fallait aussi un agent du FBI à la dérive, celle-ci ne fut pas difficile à trouver. Enfin, un héros sensible et dur à la fois, à la personnalité effritée et aux réactions imprévisibles. Là encore, un profil psychologique commun aux vétérans d’Afghanistan. Mon scénario était en place, il ne restait plus qu’à l’écrire.

L’actualité de ce monde troublé est une source d’information inépuisable. L’ingéniosité criminelle s’y étale sans interdits. Nom de code s’en inspire, c’est le roman de nos sociétés décadentes depuis leurs origines. Notre résilience est la clé de l’humanité, celle qui nous a permis de survivre à toutes ces tragédies. Mon héros affrontera la folie dévastatrice de puissants dévorés par l’angoisse de tout perdre. Y survivra-t-il ? La réponse dans Un tueur en héritage. Alors bonne lecture et à bientôt ! »

Profils Gilles Delmotte | Facebook


Vous aimerez aussi...