5 – Portrait du jour : Benoit Herbet, l’auteur du roman « Le Bathory »

« Mon dernier roman, Le Bathory, est un kaléidoscope. Je revisite Charleroi, dans sa plus parfaite obscurité. Je raconte une intrigue à tiroirs, l’histoire d’un homme qui s’invente des mystères pour échapper à son passé traumatique … »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Ce soir nous accueillons Benoit Herbet, auteur du polar Le Bathory  où il revisite Charleroi et y situe une intrigue haletante à la conclusion vertigineuse.

Merci Benoit pour ce partage avec les lecteurs du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …  Ph.P.

« Né en 1972, j’ai vécu à Charleroi jusqu’en 1998. Ma ville m’a profondément imprégné. Elle se conjugue à merveille avec mon goût pour les romans noirs. Depuis vingt ans, je vis à Strasbourg. Je travaille notamment sur Nancy, Troyes, Luxeuil les Bains. J’aime les communautés urbaines, les centres historiques, les dédales de vieilles rues. Ils provoquent mon imagination. Là où les ambiances industrielles de ma ville natale génèrent des ambiances désespérées, quand je traverse Nancy, les fulgurances de l’Art Nouveau me dictent des intrigues énigmatiques. Qui sait ce qui se trame derrière les vitraux d’une maison de Gaudi ou à l’ombre de la cheminée d’un Haut-Fourneau carolo ? Je ne pourrai jamais écrire toutes les histoires qui me viennent à l’esprit.

Mon écriture a longtemps été somnolente. J’écrivais des nouvelle quand j’étais à la fac. J’y mêlais mon goût pour les thrillers psychologiques à la Ruth Rendell et ma passion dévorante pour la musique. J’avais ainsi écrit neuf récits en déclinaison des neuf chansons qui composent Violator, l’album culte de Depeche Mode. Dans les années nonante, pardon, quatre-vingt-dix, avant l’émergence du net et des mails, je tenais une abondante correspondance avec des cinéphiles, j’écrivais également des articles pour un fanzine consacré à James Bond. Les années ont passé, j’ai élevé mes enfants. Et en 2014, a eu lieu l’alignement des planètes. L’envie d’écrire, une histoire qui me plaisait, le courage de m’y mettre, et la rencontre avec Editions Ex AEquo- mon éditeur. L’ombre de la chimère était né.

Je suis inspecteur dans une compagnie d’assurances. Toujours en déplacement. Toujours sur le qui-vive. Mon métier est très contraignant, si je veux l’exercer correctement. Mais je l’aime et en retour, il me nourrit. Et il me procure deux havres de paix, propices à l’écriture : les trajets en voiture, qui me laissent du temps pour peaufiner le puzzle mental que constitue chaque chapitre quand je le planifie, et les soirées à l’hôtel, ou dans des bars. Je m’isole, je me coupe du bruit ambiant, qui devient un stimulateur, un facteur de concentration, et j’écris. Il y a un mélange antinomique de discipline et de spontanéité dans ma démarche. Discipline, car quand la fatigue se fait sentir, après une journée de travail, il faut quand-même se donner des coups de pied au derrière pour se mettre à écrire. Et spontanéité car quand je suis assis sur l’écran de mon PC, les mots jaillissent tout seul.

Mes influences littéraires sont nombreuses. Du polar, évidemment. Simenon, Rankin, Ellroy. Mais aussi du fantastique. Lovecraft, pour sa capacité à décrire l’indicible, et Matheson, pour son talent de conteur. Et pourtant, les plus fortes filiations artistiques que j’assume sont cinématographiques. Je songe à mes romans comme à des storyboards des films que je chéris. Le cinéma de Dario Argento est ma première influence. Des couleurs, des filles et du sang. Fantasmagorie et fétichisme. Avec le temps, je m’en affranchirai, je définirai mes propres univers, mais il me plait, à travers mes intrigues, de perpétuer le Giallo à l’italienne.

Mon dernier roman, Le Bathory, est un kaléidoscope. Je revisite Charleroi, dans sa plus parfaite obscurité. Je raconte une intrigue à tiroirs, l’histoire d’un homme qui s’invente des mystères pour échapper à son passé traumatique. Et je rends un hommage aux salles de cinéma, le Brady en tête, qui consacraient leur programmation au cinéma d’épouvante et d’horreur. En mêlant les trois, j’obtiens un patchwork du crime, qui effleure les faits divers qui ont parsemé la Belgique ces trente dernières années. »


Vous aimerez aussi...