8 – Portrait du jour : Guy Rechenmann et son « Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné »

« J’écris des romans noirs – Une vache ne boit pas de lait . De la même façon, la lecture des romans policiers n’est pas ma tasse de thé, raison pour laquelle, dans mes écrits on est loin de retrouver l’actualité migratoire ou le psychopathe pervers narcissique bipolaire schizophrène… qui tranche, découpe et éviscère… »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Ce soir nos accueillons un rêveur et un poète, l’écrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann.  Le hasard, il n’y croit guère, préférant parler de coïncidences, son thème de prédilection…

Il attendra 2008 pour publier un recueil de poésies et de nouvelles La Vague (Ecri’mages). Suivront plusieurs romans dont Flic de papierFausse note, et A la place de l’autre (Prix virtuel du Polar 2016) aux éditions Vents Salés, dans lesquels apparaîtra Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné qui lui permet de revisiter de façon inattendue le genre policier. Quatrième volet des aventures d’Anselme,La 4ème enquête d’Anselme Viloc aux Editions Cairn, sortie fin février 2018  , est son premier roman aux éditions Cairn.

Merci Guy pour ce petit jeu d’écriture que les fidèles lecteurs du Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … apprécieront… Ph.P.

« J’écris des romans noirs  -Une vache ne boit pas de lait . De la même façon, la lecture des romans policiers n’est pas ma tasse de thé, raison pour laquelle, dans mes écrits on est loin de retrouver l’actualité migratoire ou le psychopathe pervers narcissique bipolaire schizophrène… qui tranche, découpe et éviscère. Mais sait-on jamais ? Pour ma part le seul intérêt que je rencontre lorsque j’écris un roman est de développer des thèmes en partant de mon oxymore préféré « Homme bon ». La résilience pour Flic de papier, le bien et le mal pour Fausse note, l’emprise mentale pour À la place de l’autre et le retour sur soi pour le dernier Même le Scorpion pleure, m’ont amené à faire des recherches intéressantes afin de développer ces thèmes, à travers une personnalité banale de flic en quête d’équilibre. J’aurais pu écrire sur ces sujets en littérature générale mais je les trouve plus aisés à traiter via le roman noir. Pour moi, le psychopathe au couteau suisse est un personnage de fiction trop facile, une caricature inexistante, l’âme humaine étant noire et complexe, dénuée de tout manichéisme ! Mais souvent le lecteur cherche l’adrénaline qui lui manque dans la vie ce qui explique le succès de ce type d’ouvrages.

En outre, j’attache beaucoup d’importance à l’écriture que je revendique « poétique », au rythme et à la musique des mots . Raison pour laquelle je n’écris pas de pavés bourrés de dialogues inutiles. Un de mes prochains textes sera après mon polar mentaliste, un polar philosophique mais chut ! »