12 – Portrait du jour : Jean Wysock, l’auteur de “La Barbarie occidentale”

“J’ai écrit mon premier roman à l’âge de quatorze ans, plus sérieusement, le premier lisible, à dix-huit ans. Ce n’est qu’en 2008 que je me décide à publier. D’abord un roman contemporain sur le dernier coup d’état au Cambodge, puis une série de trois thrillers, dont le dernier « attentat à l’amour » tire ses racines dans la détresse des français, comme la mienne, après les attentats sanglants en France.”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Douzième Portrait du jour – Criminocorpus  :  Après une école préparatoire à Louis le Grand, Jean Wysock abandonne ses études de commerce par envie de vie, du grand large, d’autres horizons… Le carnet lui ouvre ses pages ce matin pour un survol biographique d’expériences diverses…

Il est l’auteur des romans  La Barbarie Occidentale, Frerot, Chéri je crois que j’ai tué ton père et Attentat à l’amour

Merci Jean pour ce partage avec les fidèles lecteurs du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

“Bonjour à tous.

Pas facile de dresser en quelques lignes un portrait de soi, qui de toute façon, ne sera pas objectif.

Pour résumer, je dirais que les deux points qui me caractérisent sont une empathie aiguë et une curiosité quasi maladive.

J’aime tant la vie, les êtres quels qu’ils soient, les hommes dans leur diversité, que je ne peux m’empêcher d’en savoir plus, sans cesse plus sur eux, leurs vies, leurs amours, leurs plaisirs et leurs malheurs.

Comme si cela ne suffisait pas, je suis curieux de tout. Raisons pour lesquelles, j’ai touché à autant de métiers – plus de quarante à ce jour – commençant par des études de médecine, puis prépa HEC et école de commerce pour une partie des études, allant de pianiste de bar, à négociant en vins, tourneur fraiseur, laveur de carreaux, journaliste, professeur ou tondeur de pelouses. Ma belle-mère, qui m’adorait, comme vous pourrez le constater, parlait de moi en ces termes : bon à tout, bon à rien.

Conséquence inéluctable, j’ai eu envie de voyager- plus de vingt-cinq ans à l’étranger- et donc, par respect pour les cultures qui me baignaient, désir d’apprendre les langues : cinq courantes à ce jour. Mais ça se soigne, je compte en attaquer d’autres !

J’ai écrit mon premier roman à l’âge de quatorze ans, plus sérieusement, le premier lisible, à dix-huit ans. Ce n’est qu’en 2008 que je me décide à publier. D’abord un roman contemporain sur le dernier coup d’état au Cambodge, puis une série de trois thrillers, dont le dernier « attentat à l’amour » tire ses racines dans la détresse des français, comme la mienne, après les attentats sanglants en France.

Aujourd’hui, comme souvent, je travaille de front sur trois ouvrages, deux polars et un roman contemporain avec en toile de fond la guerre de quarante.

J’aime le genre polar ou thriller, parce qu’il est très répandu et me permet au travers des lignes de diffuser certaines questions qui me tiennent à cœur.

Il parait que je parle trop au premier abord, timidité peut-être, alors je m’arrête là. Si vous en voulez plus, au plaisir de vous lire et de vous répondre.”