La grève des midinettes, joyeuse et victorieuse

Le 18 mai 1917, les couturières des maisons parisiennes sont en grève – source : Gallica-BnF

En mai 1917, les ouvrières de la couture refusent l’amputation de leur salaire d’une journée chômée pour cause de guerre. Des milliers de midinettes cessent le travail pour l’application de la « semaine anglaise » intégralement payée.

On les appelle les midinettes, parce que, travaillant loin de chez elles et n’étant pas fortunées, elles se contentent à midi d’une dinette, c’est à dire un repas rapide, pris sur le pouce. Elles travaillent dans les maisons de couture parisiennes, tirant l’aiguille à longueur de journée (10 heures de travail quotidien) dans les ateliers pour réaliser les robes sur mesure des riches clientes, souvent oisives…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Michele Pedinielli le 19 juin 2018 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...