18 – Portrait du jour : Michel Malherbe, alias Mike de Chavornay, « ancien poulet de grain et écrivaillon »

Michel au Quai des Orfèvres / Photographie offerte par un reporter de France-Culture, lors d’une interview

« A cette époque également et par le plus grand des hasards, votre serviteur sera recruté par le cabinet du préfet de police de Paris, en qualité de rédacteur en chef de la revue « Liaisons », organe d’information de la Préfecture de Police. Il est vrai que ma formation initiale de journaliste plaidait en ma faveur. Encore que ! En fait de journalisme, je n’avais jusqu’alors connu, peu avant d’intégrer la police, que la rubrique des « chiens écrasés » dans les pages d’un modeste journal de banlieue… »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Encore un temps fort ce soir avec le dix huitième  Portrait du jour – Criminocorpus, notre ami Michel Malherbe, alias Mike de Chavornay, « ancien poulet de grain et écrivaillon, en simple transit sur la planète Terre ! »

Merci Michel pour ta participation active au petit exercice d’écriture destiné à nos lecteurs. Les pages de Criminocorpus te sont désormais acquises. Amitiés. Ph.P.

« Pour Criminocorpus

Michel Malherbe, alias Mike de Chavornay

Parler de soi est un exercice bien difficile. Je ne vais donc pas vous raconter toute ma vie, laquelle ne présenterait qu’un intérêt secondaire. Surtout qu’elle est pleine de trous cette vie ! Lorsque l’ami Philippe Poisson, m’a demandé une petite biblio, j’ai accepté sans en percevoir la difficulté. Car elle est grande. Il est plus aisé de parler des autres que de sa petite personne. Ma présentation sera donc brève : Michel Malherbe, 70 ans, ancien poulet de grain et écrivaillon, en simple transit sur la planète Terre !

Voici donc le résumé d’un parcours atypique, celui d’un ancien policier et écrivain.

La maison Poulaga…

Après avoir tâté divers métiers entre quatorze et vingt-deux ans, j’ai – un jour de 1972- cédé à la tentation de devenir un flic d’investigation. Une véritable vocation, car à cette époque le plein emploi était une réalité palpable et la police payait fort mal son personnel… Il n’est pas faux de dire que l’on entre dans la police, comme on entre en religion, car on quitte fatalement le siècle. J’ai ainsi passé trente années de ma vie à la Direction de la Police Judiciaire, alors basée au 36, quai des Orfèvres. Un lieu mythique où l’ombre des plus grands criminels se profile encore en ombre chinoise au coin de chaque couloir. Aucun regret, que nenni ! Si j’ai perdu quelques illusions sur la nature humaine, j’ai aussi eu la chance d’être formé à la rude école de la vie. Ce fut parfois cocasse comme par exemple l’une de mes premières enquêtes où je me suis retrouvé avec un grizzly aux fesses, lâché par des malfaiteurs dont je venais de localiser la tanière. Etant en simple repérage, j’étais seul. Cela ne se passait pas dans le grand nord canadien, mais à Villejuif en proche banlieue parisienne. Je suis donc certainement l’un des rares flics de France à s’être trouvé face à un ours dressé, animal appartenant à un cirque. J’ai ainsi éprouvé l’une des plus belles peurs de ma carrière. N’ayons aucune honte à l’avouer, la fuite me fut salutaire ! Car, dans la police, comme ailleurs, les vrais héros sont ceux qui sont morts…

Le virus de la plume

L’année 1983 va marquer un tournant important dans ma petite existence : la publication de mon premier ouvrage. Oh ! Pas de quoi concourir pour le prix Nobel de littérature. Loin s’en faut. Il s’agissait alors d’un ouvrage spécifique, consacré à l’armement des policiers sur une période de 80 ans : « Les Armes de la Police Nationale » publié aux Editions Jacques Grancher. Ce livre a connu un certain succès, étant alors le premier en ce domaine. Il restera longtemps un ouvrage de référence. Mais l’écriture, cette perfide addiction, me taraudait l’esprit depuis déjà quelques temps. Je me suis donc lancé dans l’aventure. Avec une petite crainte toutefois, car père spirituel d’un précédent manuscrit qui sera courtoisement refusé par deux éditeurs parisiens, cela calme quelque peu les ambitions. Il est vrai que ce roman d’espionnage était un véritable navet ! Je l’ai conservé, car il est l’exemple même de ce qu’il ne faudrait jamais faire en la matière… Le diable, lui-même, en rit encore !

Dans le même temps, ce livre sur les armes de la police m’ayant propulsé dans le milieu assez fermé des collectionneurs et tireurs sportifs, un magazine mensuel : « L’Amateur d’Armes » va me proposer une collaboration de pigiste occasionnel. Six mois, plus tard, après une formation au CFJ, j’en deviendrai le rédacteur en chef (pigiste).

A cette époque également et par le plus grand des hasards, votre serviteur sera recruté par le cabinet du préfet de police de Paris, en qualité de rédacteur en chef de la revue « Liaisons », organe d’information de la Préfecture de Police. Il est vrai que ma formation initiale de journaliste plaidait en ma faveur. Encore que ! En fait de journalisme, je n’avais jusqu’alors connu, peu avant d’intégrer la police, que la rubrique des « chiens écrasés » dans les pages d’un modeste journal de banlieue. Les piges étaient alors payées à la ligne publiée et la rémunération proche du pourboire… Cette aventure préfectorale se poursuivra durant quelques années. Puis, n’ayant nullement l’échine souple et l’effet de manque se faisant sentir, j’ai regagné – à ma demande expresse – la Police Judiciaire du quai des Orfèvres. Il faut avouer que l’action me manquait vraiment. Ceux qui m’ont connu à cette époque évoqueront certainement un flic atypique, turbulent et passionné. Un personnage n’ayant rien à voir avec un dévoué policier de salon…

En ce qui concerne les livres, les Editions Crépin-Leblond, spécialisées de la presse armement, me passeront commande d’un grand nombre d’ouvrages. Principalement des monographies d’armes célèbres. Nos recherches porteront alors sur l’histoire et la vie de créateurs proches du génie, comme : Samuel Colt, Georg Luger, Hugo Borchardt, Winchester, etc. Chez ce même éditeur, un changement de cap va s’opérer. Un peu lassé des armes, je me suis lancé un beau jour dans l’écriture d’ouvrages historiques portant sur des affaires criminelles : « Les Grande Affaires de Police – 1800 à 1900 », et un ouvrage relatant une infime partie des situations les plus cocasses rencontrées au cours de mes enquêtes : « Flag en délire ». Toujours dans la même veine : « Les Orfèvres du 36 – Histoire de la Police Judiciaire ». Premier ouvrage portant sur l’histoire de la Police judiciaire parisienne, du Moyen-Age à nos jours. J’ai eu l’étrange sensation d’avoir enfin trouvé ma voie. Ensuite, j’ai eu la chance de rejoindre l’équipe des Editions De Borée, chez qui trois ouvrages seront publiés : « La bande à Bonnot », « La Face Sombre de la Belle-Epoque » et un petit dernier intitulé « Du Crime au Châtiment ». Du crime au châtiment ; lorsque rôdent les assassins … – Criminocorpus

Cette Belle-Epoque est une période fantastique, glauque, un peu déjantée et riche en évènements. Ce qui me comble grandement. Dans ces histoires vraies, je m’insère totalement au cœur de l’intrigue. Quittant ce siècle, j’opère alors une descente aux enfers en côtoyant virtuellement ceux qui furent les grands criminels d’antan. Ce côté « chien de chasse » me pousse toujours à rechercher le moindre petit détail utile. Il arrive également que je cède à la tentation de reprendre entièrement l’enquête en partant des éléments de la procédure. Ce fut le cas pour l’affaire Landru ! C’est un domaine qui demande une grande probité intellectuelle et beaucoup de rigueur. L’histoire est particulièrement têtue et il est impossible de se permettre la moindre entorse sans être immédiatement sanctionné par ses pairs… »

Michel MALHERBE

(pseudo littéraire : Mike de Chavornay)

– Liste des ouvrages publiés –

Connaissance & histoire des armes à feu

1. Les Armes de la Police Nationale – (Editions J. Grancher – 1984)

2. Les Pistolets Mitrailleurs Européens – (Editions E.LT. – 1985)

3. Le P 38, Seigneur de la guerre – (F.G . Editions – 1986)

4. Le Colt 45 auto – (Editions Crépin-Leblond – 1987)

5. La Saga du Luger – (Editions Crépin-Leblond – 1987)

6. Pistolets MAC 50 & MAS 1935 – (Editions Crépin-Leblond – 1988)

7. Colt : la légende – (adaptation française pour les Editions E.P.A – 1990)

8. Winchester – (adaptation française pour les Editions E.P.A – 1991)

9. Les pistolets Beretta – (Editions Pardès – 1992)

10. Les pistolets allemands 1914-1945 – (Editions Pardes – 1994)

11. Le Colt M. 1911 & sa descendance moderne – (Crépin-Leblond – 2008)

12. Le Luger – Histoire du Parabellum – (Editions Crépin-Leblond – 2009)

13. Le P 38 & son histoire – (Editions Crépin-Leblond – 2012)

14. Les pistolets Walther PP & PPK – (Editions Crépin-Leblond – 2013)

Histoires criminelles & Police

1. Les Grandes Affaires de Police 1800 -1900 – (Editions Crépin-Leblond –1992)

2. Flag en délire (affaires policières délirantes) – (Crépin-Leblond – 1995)

3. Les Orfèvres du 36 (Histoire de la Police Judiciaire) – (Crépin-Leblond – 2007)

4. La Bande à Bonnot – (Editions De Borée – octobre 2013)

5. La Face Sombre de la Belle-Epoque – (Editions De Borée – septembre 2016)

6. Du Crime au Châtiment – (Editions De Borée – novembre 2017)

Prochaines publications

L’assassin court toujours – (Editions De Borée)

Landru, intime conviction et doutes !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.