20 – Portrait du jour : Laurence Schwalm et ses sept péchés capitaux

« J’adorerais ouvrir une collection de romans érotiques ; une collection élégante, nourrie à l’amour courtois de la chevalerie médiévale. Je voudrais réveiller la vraie luxure, celle du plaisir à aimer prendre et offrir le plaisir. Je voudrais qu’on retrouve la luxure dans les belles lettres et non dans le vulgus commun… »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour le vingtième  Portrait du jour – Criminocorpus la rédaction du carnet est très honorée d’ouvrir ses pages à Laurence Schwalm / Éditeur/gérante des Editions Ex AEquo – Editeur militant –

Laurence Schwalm réalise son portrait en nous parlant de ses sept péchés capitaux avec délectation et sérénité  . Pour un vendredi précurseur d’un weekend riche en émotion ( l’équipe de football de Bergerac rencontre celle de Sauternes), les lecteurs du carnet y trouveront  leur compte.

Merci Laurence pour ta participation active au petit exercice d’écriture.  Les pages de Criminocorpus te sont désormais acquises. Amitiés. Ph.P.

« Mes sept péchés capitaux

Puisque la quasi-totalité de mon parcours professionnel est publique, car on peut la retrouver sur les sites comme Viadeo, et qu’il en est largement fait état dans ma présentation comme jury du Prix Zadig de la nouvelle policière

(https://prixzadig-editions-exaequo.com/laurence-schwalm-editions-ex-aequo-membre-du-jury-du-prix-zadig/),

je vais souscrire à la demande de Philippe Poisson de parler de moi, mais je vais le faire de manière légère en prenant comme fil de propos les 7 péchés.

Avarice

Je suis une radine, je m’en vante. J’ai horreur de gaspiller l’argent, car dans une petite maison d’éditions il est dur à gagner ; chacune de mes dépenses est donc sagement réfléchie. Cette avarice me permet de répartir ex æquo les revenus de mon entreprise avec mes auteurs en les rémunérant systématiquement à moitié des bénéfices tirés ; elle me donne aussi les moyens de remercier concrètement toutes les bonnes volontés qui aident Ex Ǽquo à poursuivre son chemin.

Colère

Je suis une sanguine, j’ai un caractère épouvantable et je l’assume. Je monte vite dans les tours dès qu’on me cherche des poux. L’imbécilité me met en rage. J’ai constaté au cours de ma vie que la connerie était une activité à temps-plein et que pour ceux qui la pratiquent il n’y a pas de mi-temps ni de temps-partiel, il n’y a pas de jours fériés ni de trêve ou de grève, et jamais de pause dans cette aptitude, assez largement répandue par ailleurs. Mon problème est que je ne la supporte pas, elle me met en colère.

Envie

J’ai envie de paresse. C’est paresser qui me manque le plus dans la vie. J’ai des dizaines de choses à faire chaque jour, des milliers de connaissances encore à acquérir, des centaines de manuscrits à lire qui sont encore à venir, des années de travail acharné devant moi ; j’ai envie de retrouver le temps d’écrire et ce temps-là me fuit toujours. Ah j’ai souvent envie d’être une Pénélope ! Je veux pourvoir me dire un jour : « Mais qu’est-ce que je pourrais bien faire aujourd’hui, car je m’ennuie ».

Gourmandise

J’aime l’humour et la bonne humeur sans modération, j’aime les bons vins, les fromages et la charcuterie, la bonne chère, j’aime par-dessus tout mon mari et mes amis, j’aime aimer. Je suis une gourmande du bonheur à vivre, je suis addicte aux sentiments. Je suis une accro de la vie.

Luxure

J’adorerais ouvrir une collection de romans érotiques ; une collection élégante, nourrie à l’amour courtois de la chevalerie médiévale. Je voudrais réveiller la vraie luxure, celle du plaisir à aimer prendre et offrir le plaisir. Je voudrais qu’on retrouve la luxure dans les belles lettres et non dans le vulgus commun.

Orgueil

Il faudrait que je pense plus souvent à parler de moi à la troisième personne pour garder une saine distance avec mon génie personnel. C’est une question d’humilité.

Paresse

Je suis une faignante, une vraie ! J’ai horreur de passer plus de temps qu’il ne faut sur une tâche, ce qui me pousse à chercher en permanence le maximum d’efficacité, et j’ai horreur de recommencer un travail, ça réveille toujours mon péché de colère.

En conclusion, j’ai tous les défauts de mon humanité. Heureusement, il paraît que j’ai aussi des qualités. Une amie plus que chère m’a dit un jour : « Les amis, ce sont les gens qui vous connaissent bien, mais qui vous aiment quand même ». Ça a été l’occasion d’un énorme fou-rire… »


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. et pour l’éditeur que je suis, cette magnifique coquille quand j’évoque la luxure….
    Non mais vraiment, qu’est’ce que c’est que ces gens qui écrivent et se relisent si mal ! Je parle souvent de la paille dans l’œil de mes auteurs…. je viens de me coller un coup de poutre en pleine tête.
    Mon Philippe, corrige-moi s’il te plaît.

  1. 9 juillet 2018

    […] du jour – Criminocorpus nous accueillons Virginie Paultes des éditions Moires. Après Laurence Schwalm et Clarisse Enaudeau, c’est la troisième éditrice qui se prête au petit jeu d’écriture à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.