29 – Portrait du jour : Lydie Herbelot et Dominique Fey, auteur(e)s du remarquable Clairvaux. Vies emmurées au XIXe siècle

« Dès lors, depuis près de 10 ans, nous « épluchons » les archives de la prison auboise afin de permettre au plus grand nombre de connaître un peu mieux l’histoire de cette maison centrale. Et c’est d’abord la naissance et l’évolution de ce qui va devenir la plus grande prison de France que nous avons racontées dans Clairvaux, vies emmurées au XIXe siècle (TheBookEdition, 2013, Lille), monographie qui a fait l’objet d’une très flatteuse recension de Jean-Lucien Sanchez, sur le formidable site de Criminocorpus. » – Portrait du jour : L’historien Jean-Lucien Sanchez, auteur du …

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Aujourd’hui pour son vingt neuvième Portrait du jour – Criminocorpus  nous accueillons deux fidèles ami(e)s du site criminocorpus,  Lydie Herbelot et Dominique Fey, auteur(e)s du remarquable Clairvaux. Vies emmurées au XIXe siècle.

Tous deux enseignants, passionnés d’Histoire et de criminalité, ils ont consacré un premier travail d’archives à divers Crimes et Châtiments dans l’Aube (Éditions Guéniot) en 2008 … et tombés  alors sous le charme mystérieux et austère de l’abbaye de Clairvaux, ils ont eu eu envie de s’ intéresser à son histoire carcérale  au XIXe siècle… pour le grand bonheur des lecteurs du Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

 Merci à vous Lydie et Dominique. Très cordialement – Ph.P.

Lydie Herbelot et Dominique Fey, auteur(e)s du remarquable Clairvaux. Vies emmurées au XIXe siècle

« Merci, cher Philippe, de nous offrir cet espace pour évoquer, non pas seulement un couple de « chercheurs » somme toute fort banal, mais surtout une passion pour l’écrit et singulièrement pour l’Histoire. Toutefois, pour ne pas déroger aux règles élémentaires du portrait, voici quelques éléments de nos parcours respectifs qui mêlent l’individuel et le collectif.

Pour Lydie, des études de Lettres modernes à Reims – et notamment un mémoire sur Roger Vailland, journaliste et romancier injustement oublié aujourd’hui. Puis une carrière de professeure de Lettres – toujours d’actualité ! – et il y a peu, une année sabbatique consacrée à l’obtention d’une licence d’Histoire de l’Art (Université Lille III), indice d’un réel engouement pour cette autre discipline également. Et comme j’enseigne au lycée Camille Claudel de Troyes, j’associe les plaisirs, car je suis résolument fan de cette artiste dont je ne me lasse pas de voir les œuvres toutes proches, au musée très récemment rénové de Nogent-sur-Seine qui lui est consacré. Et au milieu de tout cela, les travaux historiques très stimulants menés conjointement avec Dominique.

Pour Dominique, justement, des études d’Histoire à Dijon et notamment un DEA consacré à l’infanticide et aux abandons d’enfants au XVIIIe siècle, sous la direction de Benoît Garnot. Enseignant aujourd’hui en lycée professionnel à Troyes, il n’en a pas oublié pour autant cette passion pour l’histoire de la criminalité : c’est à l’occasion de ses visites régulières aux archives locales qu’une première recherche commune a vu le jour. Dédiée à quatre affaires criminelles du département de l’Aube, elle explore en particulier celle du fameux Claude Gueux, si bien mise en scène par Victor Hugo dans son bref roman de 1834 et qui se déroule à Clairvaux. C’est ainsi, précisément, que le « projet Clairvaux » est né, après une première visite de l’ancienne abbaye qui a agi sur nous comme un catalyseur, suite au « choc » ressenti.

Dès lors, depuis près de 10 ans, nous « épluchons » les archives de la prison auboise afin de permettre au plus grand nombre de connaître un peu mieux l’histoire de cette maison centrale. Et c’est d’abord la naissance et l’évolution de ce qui va devenir la plus grande prison de France que nous avons racontées dans Clairvaux, vies emmurées au XIXe siècle (TheBookEdition, 2013, Lille), monographie qui a fait l’objet d’une très flatteuse recension de Jean-Lucien Sanchez, sur le formidable site de Criminocorpus.

Et comme nos nombreuses visites dans ce lieu si particulier n’ont jamais cessé de provoquer en nous ce petit frisson que procurent les sites pleins d’âme(s), cela a renforcé notre envie de poursuivre le travail entamé pour le XIXe siècle. C’est ainsi que très prochainement, à la fin de l’année sans doute, paraîtra ce qui sera vraisemblablement notre dernier apport à la connaissance de cette prison, dont on sait à présent qu’elle fermera ses portes en 2022. Ce livre intitulé Clairvaux en guerre aborde une fort sombre période de l’histoire de France, celle des années noires, considérées un peu plus largement en réalité puisque la chronologie adoptée part de l’année 1937 – date à laquelle des espions à la solde de l’Allemagne se trouvent incarcérés dans la vieille abbaye – pour s’achever en 1953 : c’est l’année de l’élargissement de presque tous les condamnés de l’épuration, en grand nombre à Clairvaux à partir de la fin de la guerre, parmi lesquels se trouvent les Maurras, Vallat, Cousteau et tant d’autres !

Lydie Herbelot

Pour terminer ce portrait, qu’il nous soit permis de déplorer la disparition programmée de la plus ancienne maison centrale française encore en activité, mais surtout l’absence de réelles perspectives quant à l’avenir d’un lieu de mémoire qui mérite à coup sûr une valorisation nationale. Avec la fermeture de la prison de Clairvaux, ce sont 900 ans d’histoire conventuelle (1115-1789) et carcérale (1808-2022 ?) qui sont en danger d’extinction. C’est aussi un drame social dans une région presque sinistrée, où le départ de dizaines de surveillants et de leur famille porte déjà un coup très dur à une économie locale exsangue. Certains rappelleront peut-être que les relations entre la prison et la population locale n’ont pas toujours été idylliques, mais les histoires passionnelles ne sont-elles pas toujours constituées, de facto, de hauts et de bas ? De notre côté, nous formons des vœux pour qu’un effort conséquent soit mené par les autorités politiques pour conserver et valoriser un tel joyau. Il n’en va pas seulement de l’avenir d’un petit coin de la campagne française, mais bel et bien de toute une histoire carcérale qu’il convient de préserver. »

Jean-Lucien Sanchez, « Dominique FEY et Lydie HERBELOT, Clairvaux. Vies emmurées au XIXe siècle », Criminocorpus [En ligne], 2015, mis en ligne le 13 février 2015 Dominique Fey et Lydie Herbelot, Clairvaux. Vies … – Revues.org

Dominique Fey et Lydie Herbelot, « Les dérives d’un système : Le scandale de Clairvaux en 1847 », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 05 décembre 2014 Les dérives d’un système : Le scandale de … – Revues.org – OpenEdition

Lydie Herbelot, l’histoire architecturale du site carcéral : Les métamorphoses de Clairvaux (Lydie Herbelot) – Criminocorpus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.