Les immigrés irlandais, mal-aimés de l’Angleterre

« Émigrants quittant l’Irlande », Henry Doyle, 1868 – source : WikiCommons

Fuyant leur pays occupé par les Anglais et touché par la famine, deux millions d’immigrés irlandais, au XIXe siècle, vont se réfugier en Amérique ou en Angleterre. Ils y seront souvent très mal perçus.

Occupée par l’Angleterre depuis le XVsiècle, l’Irlande du XIXe siècle est un pays exsangue. Au milieu des années 1840, une terrible famine s’abat sur le pays, faisant plus d’un million de morts. L’émigration irlandaise, déjà importante, devient alors massive : plus de deux millions d’Irlandais quittent le pays.

Leurs destinations : les États-Unis et le Canada, mais aussi, pour les plus pauvres, le tout proche Royaume-Uni. Là, ils vivent dans les pires quartiers des villes et peinent à trouver du travail. Lorsqu’ils y réussissent, ils deviennent dockers, manœuvres ou terrassiers.

Ils sont souvent méprisés par la population locale, qui les perçoit comme des barbares, des sous-hommes issus de la « race » celtique. Leur mode de vie fruste est régulièrement accusé de corrompre et d’abaisser la classe ouvrière anglo-saxonne.

Dans beaucoup de journaux britanniques, la Grande Famine est d’ailleurs perçue comme une punition divine contre « l’insouciance » des Irlandais, partisans de « l’erreur » catholique…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 01 juillet 2018 par Pierre Ancery sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...