« De colère et d’ennui – Paris, chronique de 1832 » (Thomas Bouchet)

Parution du livre le 1 mars 2018 – 1832 : tandis que Paris vibre, vacille et gronde sous les coups redoublés de l’épidémie et de la guerre des rues, Adélaïde s’ennuie. Elle frémit dans son salon à la lecture des journaux, se délecte du chocolat que sa domestique lui rapporte de chez Marquis, s’émerveille en recluse des oiseaux du Jardin des plantes où elle vit, loin des barricades où Gavroche meurt.

Émilie se bat et débat du côté de Ménilmontant et dans les cafés enfumés pour faire entendre la cause féministe chez les saint-simoniens. Louise, marchande ambulante du centre de Paris, atteinte du choléra puis soupçonnée d’avoir participé à l’insurrection, est sans cesse contrainte à faire face – au commissaire, au juge, au médecin, au directeur de sa prison. Lucie enfin, la mystique, jouit en son corps et du corps de Jésus derrière les murs d’un couvent, puis le choléra l’emporte.

C’est dans la compagnie des archives que Thomas Bouchet a pratiqué jusqu’ici son travail d’historien. Il s’appuie cette fois, en outre, sur les ressources de la fiction. Les quatre voix qu’il entrelace composent une histoire sensible et sociale. Son texte met les sens en éveil ; dans le Paris de naguère il donne chair à des visions du monde, à de douces rêveries, à d’intolérables douleurs.

Thomas Bouchet est maître de conférences en histoire du XIXe siècle à l’université de Bourgogne-Franche-Comté, membre du Centre Georges Chevrier. Il est spécialisé dans l’histoire politique et sociale de la France au XIXe siècle.

Il est l’auteur de : Le Roi et les Barricades. Une histoire des 5 et 6 juin 1832 (Seli Arslan, 2000), Noms d’oiseaux. L’insulte en politique de la Restauration à nos jours (Stock, 2010, Livre de poche, 2011) et Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours (Stock, 2014).

Ayant débuté chez 00h00.com, pionnier de l’édition en ligne, en 2000, Chloé Pathé a ensuite travaillé durant 13 ans aux éditions Autrement, comme éditrice et responsable éditoriale en sciences humaines.  Elle fonde Anamosa en 2016. Par ailleurs, elle a édité deux ouvrages consacrés à l’architecture avec Le Cabanon et est également rédactrice en chef de la revue Citrus (L’agrume).

Anamosa  se veut un espace d’expériences à la fois savant et populaire. Les ouvrages et les revues proposés relèvent de cette volonté : soigner le fond et la forme parce que la non-fiction peut être lue par tous… comme un roman.

Profondément ancré dans le monde contemporain et les questionnements multiples qu’il suscite, le projet d’anamosa est ainsi d’aborder ces derniers loin des doctrines qui cloisonnent et de l’immédiateté du discours qui peut enfermer.

Nos auteurs sont au centre de ces préoccupations : comment transmettre des savoirs pour aider à mieux comprendre les problématiques qui traversent nos sociétés, comment interroger les contradictions humaines, sans vouloir les résoudre à tout prix en ne négligeant aucunement le plaisir de l’écriture et de la lecture.

 Chez les Sauks, une tribu amérindienne, anamosa signifie « tu marches avec moi ». Et c’est bien de cela qu’il s’agit : marcher ensemble, longtemps, au gré des livres, avec les auteurs, avec les libraires, avec les lecteurs.

 Diffusée et distribuée en librairie par Volumen, la maison publie entre 6 et 10 ouvrages par an et édite également deux revues, Delta t et Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.