Simone Veil, au temps de la désobéissance

Manifestation en soutien à la loi Veil sur l’avortement, le 24 novembre 1979, quatre jours avant son réexamen à l’Assemblée / © Alain Nogues / Gettyimages

Partie le 30 juin 2017 à l’âge de 89 ans, l’ancienne ministre de la Santé Simone Veil est entrée au Panthéon ce dimanche 1er juillet. C’est elle, qui, en 1975, après d’âpres débats au Parlement, avait fait adopter la loi sur l’interruption volontaire de grossesse. Une révolution dans le domaine de l’intime. « Ainsi, au temps quasi immobile de la société française, a succédé l’époque d’un temps accéléré », analyse l’historien Jean-François Sirinelli, dont nous republions ici le texte sur le désir de changement radical des baby-boomers pendant les Trente Glorieuses…

FRANCE – JEAN-FRANÇOIS SIRINELLI / GEO HISTOIRE – VENDREDI 29 JUIN 2018

Pour en savoir plus sur le site de Geo


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. luc nemeth dit :

    le fait que Simone Veil ait fait face à l’hostilité dans le cadre du vote de la loi qui porte son nom n’autorise pas à l’afficher dans le camp de la… « désobéissance ». C’était au contraire une politicienne qui ne faisait là qu’exécuter une promesse de campagne de Giscard dont elle aura été une fidèle, comme elle l’aura été ensuite de Chirac et de Sarkozy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.