« Lueurs économiques » de Jacques Sautarel

Date de publication le 1 décembre 2017 – Les révolutions de nos pères furent politiques, superficielles ; la Révolution sociale reste à faire. Les formes du Pouvoir se sont démocratisées : la couronne d’un roi pourpré, maître absolu du peuple et de son trésor, a fait place au pouvoir de quelques centaines de roitelets en redingote, valets des rois tout-puissants du capital, qui dominent tout avec l’argent. Le pouvoir existe toujours. Sa destruction sera l’œuvre de la socialisation des richesses communes que nous accomplirons.

En 1998, Régis Debray, che-guévariste vieillissant expliquait la République à sa fifille chérie. Cent ans plus tôt, un honnête bijoutier parisien d’origine catalane et vrai révolutionnaire anarchiste révélait la lutte des classes à ses compagnons illégalistes. La sulfureuse brochure n’avait jamais été rééditée. A vrai dire, nous ne sommes même pas sûrs qu’elle ait été diffusée à l’époque. Et pour cause. Lueurs économiques ? En changeant le titre de son ouvrage au dernier moment, Jacques Sautarel, futur membre des Travailleurs de la Nuit, cette fameuse bande de voleurs organisée par l’honnête cambrioleur Alexandre Jacob au début du siècle dernier, radicalisait son engagement en proposant un épatant constat social, économique, historique et politique. Il fournissait aussi une base théorique sur le droit naturel à l’existence à ses amis du club de la pince monseigneur. Un livre, joliment illustré en couverture par Thierry Guitard et accompagné d’annexes et d’un volume critique conséquent ; une lecture saine et salutaire ; une démonstration théorique brillante qui n’a pas pris une ride … ou si peu en ces temps jupitériens, car si Dame Clio ne fait pas se répéter l’histoire, elle la fait souvent bredouiller.

Jacques Sautarel –  Né le 5 janvier 1870 à Lladó (province de Gérone, Espagne), mort à une date inconnue. Fils de Jean et de Marie Tresent (de nationalité espagnole), marié à Marie Tixier (née à La Châtre en 1870), deux enfants : Lucien (mort en 1917) et Carmen. Bijoutier et écrivain.

Jacques Sautarel nia toujours son implication au sein des Travailleurs de la nuit. Il ne cessa jamais d’affirmer avoir rencontré Alexandre Jacob pour la première fois lors de leur détention commune à la prison d’Abbeville en 1904. Tout concourt pourtant à donner un rôle important au bijoutier anarchiste dans la bande d’illégalistes. Les aveux de Joseph Ferrand lors de l’instruction en vue du procès d’Amiens (du 8 au 22 mars 1905), les déclarations de la concubine de celui-ci (Gabrielle Damiens) le mirent formellement en cause. C’est d’ailleurs chez lui que cette dernière se rendit le 9 janvier 1903 pour y déposer les produits d’un vol commis par son amant à Bourges quatre jours plus tôt … Pour en savoir plus sur sur le site des Éditions de   La pigne

Lueurs économiques

Editions de La Pigne
21 rue Yvan Goll
88100 Saint Dié

Auteur s: Jacques Sautarel