« Haine noire » de Patrick Caujolle

Parution du livre le 13 septembre 2018 –  Paris. 2ème arrondissement. 1er mai 2015. Ce matin-là, Jean-Emmanuel, archéologue, se rend sur son chantier. Ce qu’il découvre alors dépasse l’entendement. 6 cadavres démembrés. Une scène d’enfer face à lui. Un tombeau a disparu mais surtout les 6 crânes. Tous présentent la même particularité : 1 pieu de bois enfoncé dans l’orbite de l’œil gauche. Quelques jours plus tard. Aux abords du Bras de la Monnaie. Paris toujours. Un corps est repêché de la Seine. Signe particulier : il manque la tête. Tête qui sera retrouvée peu de temps après dans une poubelle, un bout de ferraille enfoncé dans l’orbite de l’œil gauche. 2 affaires. 2 services de police. 1 particularité.

Ancien fonctionnaire de Police, Patrick Caujolle se veut au plus près du terrain, trempant sa plume sémillante dans l’encre noire du crime. Et on aime ça ! Après avoir obtenu de nombreux prix de poésie et publié aux éditions De Borée plusieurs livres dans les collections « Mystères » ou « Grandes Affaires criminelles ».

Éditeur De Boree Eds

Collection Marge Noire

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

« Et voilà comment on change de calibre en pénétrant le monde du polar et en accouchant de « beaux mecs » d’enfer, de baveux ripoux et de serrages d’anthologie. Un premier, « Beau temps pour les couleuvres », sorti en poche chez De Borée, qui dévoile parfois avec causticité les états d’âme de ce milieu et les couleuvres que l’on doit y avaler »…

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son neuvième portrait homologué nous accueillons aujourd’hui Patrick Caujolleavec un texte tout en finesse et dans « l’esprit poulaga » … de quoi ravir les fidèles lecteurs du carnet criminocorpus. Le dernier polar de Patrick :  « Le Mort est dans le Pré » de Patrick Caujolle

Merci à toi Patrick de « t’être affalé » pour le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

« Bon ok ! Ancien flic, aujourd’hui, pour Criminocorpus, c’est moi qui m’affale. Mon blase, vous l’avez, mon âge, bientôt 60. Que vous dire de plus si ce n’est que je suis un pur produit du Sud-ouest, élevé au foie-gras, au confit, au Madiran, au liquide jaunâtre et très tôt affecté par cette « maladie bleue », par ces migrants colombidés qui font tant frissonner fin octobre lors des premiers vols.

Et oui ! Ma vie a toujours été liée aux vols, quels qu’ils soient. Et puis un jour…marre. Moi aussi j’ai eu envie de voler. J’ai donc pris ma plume et me suis élancé devant une étrange feuille blanche. But du jeu ? M’évader. Ne pas subir la société mais créer la mienne. Lentement, j’ai donc commencé à planer, quelques mots deci-delà se sont écrasés, et j’ai fini par atterrir dans un monde merveilleux, rempli de métaphores et de musique. Ainsi la Poésie a-t-elle été ma maîtresse quelques années avant que je ne délaisse pour des livres terroir ( Les mystères du Gers, du Tarn-et-Garonne, de la Haute-Garonne, Les grandes affaires criminelles du Béarn et du Pays basque…) que les éditions De Borée ont eu l’inconscience de me confier.

Et puis l’Adn Police a repris le dessus avec la commission de quelques délits mineurs où j’ai laissé mes paluches. J’ai donc pénétré chez les gens par le biais de livres tels que « Les ennemis publics », « Les casses du siècle » ou « Meurtres au sommet de l’Etat français » que les éditions du « Papillon rouge » à Béziers ont bien voulu cautionner .

Enfin, une audition libre dans une radio toulousaine et un animateur qui me fait mijoter une petite heure pour finalement avouer tout le mal qu’il pense de moi : « Mais lance-toi dans le roman, vas-y, tu es mûr, tu écris bien tu sais… »

Et voilà comment on change de calibre en pénétrant le monde du polar et en accouchant de « beaux mecs » d’enfer, de baveux ripoux et de serrages d’anthologie. Un premier, « Beau temps pour les couleuvres », sorti en poche chez De Borée, qui dévoile parfois avec causticité les états d’âme de ce milieu et les couleuvres que l’on doit y avaler…Un second, « R.I.P Requiescat In Pace », dont l’affaire se situe dans la haute vallée de l’Aude lors de la fin du monde de décembre 2012 et de l’embarquement planétaire planifié par les zombies locaux. Un troisième « Le prix de la mort », nomine au prix du quai des Orfèvres 2017 et enfin, « Le mort est dans le pré » sorti tout dernièrement chez Cairn…Le pire étant bien sûr à venir en septembre avec « Haine noire », à nouveau chez De Borée.

Que vous dire de plus si ce n’est que ma cellule de dégrisement est remplie de brillants fantômes tels René Fallet ( complice de mon adolescence), Octave Mirbeau, Tourgueniev ou Gadenne que j’écoute parfois en écoutant Léo Ferré et en buvant un verre avec Didier Van Cauwelaert.

Bien, fin de peine pour vous, je crois voir tout dit. Maintenant, à vous de juger. » P. CAUJOLLE

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.