35 – Portrait du jour : Yves Carchon, l’auteur du polar « Les vieux démons »

 

« … Le polar est un genre néanmoins que je recommande à tout écrivain débutant. Avec le polar, tu apprends à faire court, sans fioritures. Tu dois raconter une histoire, ménager le suspense, donc apprendre le rebondissement incessant. Faire dans le vif, d’où l’emploi de dialogues, si possibles percutants. Camper moult personnages secondaires tout au long de l’enquête et donc peindre les milieux rencontrés… C’est la meilleure école pour apprendre à écrire.. »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son trente cinquième   Portrait du jour – Criminocorpus nous recevons Yves Carchon l’auteur du polar Les vieux démons.

Romancier, nouvelliste, poète, conteur, dramaturge et chroniqueur,  Yves Carchon est né en 1948. Il passe son enfance dans le Lyonnais où se forge son goût pour la rêverie et l’écriture. À vingt ans, sac au dos, il découvre l’Afrique. Suivent d’autres voyages. Entre deux périples, il vit de petits boulots. Il écrit pour le théâtre, mais aussi des romans, des chroniques littéraires, des microfictions et se lance dans le polar en 2011. En 2016, il a publié Riquet m’a tuer dans la collection Du noir au Sud aux Editions Cairn. Il vit aujourd’hui dans le Lauragais.

Pour les fidèles du carnet, Yves nous présente son portrait sous forme d’interrogatoire…

Merci Yves pour ce moment de partage. Cordialement. Ph.P.

« Interrogatoire mené dans les locaux de la PJ de… faisant suite à la parution de mon dernier polar Les vieux démons… On m’a collé sur une chaise, menottes aux mains, dans un local qui sentait le moisi. L’un des deux flics se moquait bien que j’écrive des polars. Mais l’autre était curieux, un peu trop, à mon goût… Et bien sûr, il m’a illico tutoyé !

Où crèches-tu ? — Dans le Lauragais, appelé aussi Pays de Cocagne.

Une famille, des enfants ? — Une épouse – je préfère le mot compagne, lectrice redoutable avec qui j’ai coécrit une fresque historique : Les Volontaires de la Nouvelle France, suivi des Les Moissons de l’Exil – et une fille.

Ah ouais ? Et ton job, c’était quoi ? — Protection Judiciaire de la Jeunesse…

OK, je vois, déjà délinquant ! Quand as-tu commencé à écrire ? — Vers l’âge de 17 ans…

Pourquoi ? — Je n’avais pas de réelle appétence pour une vie compétitive. J’étais plutôt rêveur. Je voulais voyager. Ecrire, c’était m’évader d’une vie qui ne promettait pas de grandes choses, à part gagner du fric et se couler tranquillement dans le moule des jours. J’ai donc écrit et voyagé.

Tu devrais plutôt dire que tu t’es fait la belle ! Et le voyage, c’est quoi pour toi ? — Frotter sa vie à l’écorce du monde. C’est un peu comme frotter deux silex d’où naîtra une brève étincelle. Eh bien, voyager, c’est provoquer une étincelle entre le monde et toi ! Avec un peu de chance, un texte en sortira.

As-tu déjà publié ? Quoi, dans quel genre ? — Oui, chez plusieurs éditeurs. Quoi ? Plein de choses. Romans, nouvelles, théâtre, polars, chroniques… Voir ma bio sur www.theatre-yvescarchon

Ta dernière parution ? — Un nouveau polar, plus ambitieux que les précédents. Cette fois-là, on remonte en tout début de carrière du privé Fragoni. En 1961… Je me suis dit que mener une histoire avec rebondissements, c’était bien. Mais en mettant du lourd, c’est encore mieux ! Un polar avec un fond social ou politique, ça peut être pas mal !… Mon précédent polar, toujours chez Cairn, Riquet m’a tuer, se situe lui le long du Canal du Midi, avec mon personnage fétiche qui, cette fois-là, est aidé d’une jeune Toulousaine plutôt douée…Mais je n’en dis pas plus !

Toujours le polar donc…— Oui. Avant Riquet m’a tuer, deux autres ont fait des leurs : Maudit blues et Le testament des Muses …Le polar est un genre néanmoins que je recommande à tout écrivain débutant. Avec le polar, tu apprends à faire court, sans fioritures. Tu dois raconter une histoire, ménager le suspense, donc apprendre le rebondissement incessant. Faire dans le vif, d’où l’emploi de dialogues, si possibles percutants. Camper moult personnages secondaires tout au long de l’enquête et donc peindre les milieux rencontrés… C’est la meilleure école pour apprendre à écrire.

As-tu un rituel pour écrire ? — J’écris essentiellement sur mes deux fesses, rarement couché comme Proust…

Tes distractions ? — La marche, la lecture, le jardinage… As-tu un blog ou un site ? — www.theatre-yvescarchon et une page FB.

Qu’est-ce qui te met le plus en boule ? — L’actualité incessante. Les nouvelles égrenées chaque jour. Les désastres humains qu’on aurait pu largement prévenir si on l’avait vraiment voulu…Le cynisme de dirigeants calamiteux qui se moquent de leurs peuples… Le racisme, la bêtise… Allez, j’arrête !

Le flic a grimacé, a ôté mes menottes. — Allez, file ! il m’a dit. Moi, je n’ai pas traîné. J’ai fait ni une ni deux, j’étais déjà dehors ! » Yves CARCHON


Vous aimerez aussi...