Guillaume Apollinaire ou plutôt Wilhelm de Kostrowitzky comme il s’appelait encore …

 


J’écoute les bruits de la ville
Et prisonnier sans horizon
Je ne vois rien qu’un ciel hostile
Et les murs nus de ma prison

Le jour s’en va voici que brûle
Une lampe dans la prison
Nous sommes seuls dans ma cellule
Belle clarté Chère raison.
G.A.

Le poète incarcéré : reconstitution | Criminocorpus

Les mauvaises fréquentations de Guillaume | Criminocorpus

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.