« Musique de chambre close » de Serge Tachon

Parution du livre en mai 2018 – Donné favori pour prendre la tête de son parti, Christophe Garnier est impliqué dans un double meurtre, alors qu’il passe quelques jours dans les Landes, à Mont‐de‐Marsan, sa ville natale. Il est retrouvé grièvement blessé à côté des cadavres de ses deux amis dans une villa hermétiquement fermée de l’intérieur.

La scène de crime défie toute logique, le témoin principal invoque l’amnésie, les autres ne sont pas franchement coopératifs. Ça n’aide pas le lieutenant de police mis sur l’enquête, déjà aux prises avec d’autres problèmes…

Un homme politique en pleine ascension, son frère aux fréquentations douteuses, une fiancée d’une jalousie maladive, les membres d’un groupe de musique pop… Qui dit vrai dans ce meurtre truffé de faux semblants ? Notre policier a quand même un atout : un ami historien passionné par sa région et… les numéros d’illusion !

Serge Tachon est né en 1963 à Mont‐de‐Marsan dans les Landes. Attiré très jeune par la lecture, il découvre son genre de prédilection au collège : le roman policier. Deux auteurs majeurs à ses yeux façonneront sa vision du style : Charles Exbrayat, auteur français prolifique et John Dickson Carr, maître des problèmes de chambre close. Lecteur fasciné, il prend aujourd’hui la plume.

Editions Cairn

Rencontre auteur : 🎶 Serge Tachon sera au tabac-presse Monge de Saint-Vincent-de-Tyrosse ce vendredi 13 juillet pour y présenter son dernier polar « Musique de chambre close » de la collection Du Noir au Sud


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15 juillet 2018

    […]  « … « Musique de chambre close » est un roman policier « whodunit »: l’intrigue est au cœur du récit. Pour que le lecteur soit acteur, je lui propose de l’interactivité: un morceau musical à chaque chapitre qui a un certain rapport avec l’action. Mais surtout cinq phrases, cinq apartés au lecteur, histoire d’être « fair play », à la sauce Dickson Carr qui a joué ce jeu dans certains de ses romans: « Le lecteur est prévenu » ou « Les neuf mauvaises réponses »… » […]