37 – Portrait du jour : Serge Tachon, auteur du polar  « Musique de chambre close »

 

 « … « Musique de chambre close » est un roman policier « whodunit »: l’intrigue est au cœur du récit. Pour que le lecteur soit acteur, je lui propose de l’interactivité: un morceau musical à chaque chapitre qui a un certain rapport avec l’action. Mais surtout cinq phrases, cinq apartés au lecteur, histoire d’être « fair play », à la sauce Dickson Carr qui a joué ce jeu dans certains de ses romans: « Le lecteur est prévenu » ou « Les neuf mauvaises réponses »… »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son trente septième  Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du carnet reçoit Serge Tachon , auteur du polar « Musique de chambre close » de Serge Tachon

Serge Tachon est né en 1963 à Mont‐de‐Marsan dans les Landes. Attiré très jeune par la lecture, il découvre son genre de prédilection au collège : le roman policier. Deux auteurs majeurs à ses yeux façonneront sa vision du style : Charles Exbrayat, auteur français prolifique et John Dickson Carr, maître des problèmes de chambre close. Lecteur fasciné, il prend aujourd’hui la plume pour le plus grand bonheur des fidèles lecteurs du  Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

« Entre le roman policier et moi, c’est une histoire d’amour qui a commencé très tôt. En quête d’évasion pour pousser les murs de mon HLM, j’étais à la recherche d’un « tueur de temps ».

Mon frère de cinq ans mon aîné a toujours eu – du plus loin que je me souvienne – un livre dans les mains. Il m’a proposé de faire comme lui. C’était dur, c’était vraiment pas « ma tasse de thé »! Je ne sais plus qui m’a mis entre les mains un « Michel mène l’enquête » de la bibliothèque verte. J’ai trouvé ça intéressant, poser une énigme, la résoudre. Ça y est, j’étais ferré.

Très vite, il m’en a fallu plus, car Michel était bien gentil, mais je ressentais un manque. Au collège, j’ai fait un saut à la bibliothèque de l’établissement et j’ai découvert une collection de romans policiers avec pour logo un chat hérissé. Chouette (!) j’adore les chats! J’ai essayé Simenon (le chien jaune -décidément, on en sort pas) mais je n’ai pas été captivé.

J’ai alors fait ma première rencontre majeure : Charles Exbrayat et son roman « Une petite morte de rien du tout ». Jouissif, novateur, malin! J’avais trouvé ma voie. Très peu de temps après, le chat noir (!) m’a indiqué un autre auteur qui est mon deuxième pilier : John Dickson Carr avec « La chambre ardente ». Des gens qui traversent les murs, des cercueils qui se déplacent tous seuls dans une crypte, et tout ça expliqué rationnellement, c’est Noël tous les jours! Voilà le roman policer que j’aime.

Avec « Le sang de la forêt« , j’ai voulu mélanger roman de terroir (à l’image des romans non policiers d’Exbrayat) avec des personnages aux caractères très différents, parfois antagonistes. L’évocation de la vie rurale dans les Landes des années 1950 est la trame de fond sur laquelle je n’ai pu m’empêcher de superposer un problème de portes fermées de l’intérieur…

« Musique de chambre close » est un roman policier « whodunit »: l’intrigue est au coeur du récit. Pour que le lecteur soit acteur, je lui propose de l’interactivité : un morceau musical à chaque chapitre qui a un certain rapport avec l’action. Mais surtout cinq phrases, cinq apartés au lecteur, histoire d’être « fair play », à la sauce Dickson Carr qui a joué ce jeu dans certains de ses romans : « Le lecteur est prévenu » ou « Les neuf mauvaises réponses ».

C’est sans prétention que j’essaie d’imaginer des histoires susceptibles de captiver le lecteur amateur du genre … Merci pour votre attention. »

Clip Le sang de la forêt Roman Policier – YouTube

Un peu de terroir dans le polar Roman Policier – YouTube

Le sang de la forêt l’interview – YouTube


Vous aimerez aussi...