42 – Portrait du jour : Rémy Lasource, auteur du polar « Barbicaut barbote en idées noires »

“… Dans ma série de polars, les « Barbicaut », il y a beaucoup de souvenirs de police, d’ambiances et de faits divers que j’ai romancés pour donner un goût réaliste au roman, à la limite du docu fiction. Je ne cache rien. Vous évoluez dans un monde de béton et d’asphalte. Parfois il y pousse des fleurs sur le bitume, ces jeunes mal nés qu’on croise le temps de s’attacher à eux dans un univers où les lueurs de la ville sont comme les néons, superficielles, et où la chance d’avoir une vie normale est fragile…”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son quarante deuxième Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du carnet reçoit aujourd’hui Remy Lasource l’auteur du polar « Barbicaut barbote en idées noires » )

Après avoir fait des études de droit Rémy Lasource est devenu fonctionnaire. Il a travaillé quelques années en banlieue nord de Paris au contact des policiers et magistrats, et vit aujourd’hui en limousin. Edité chez Ex Aequo pour ce 9ème ouvrage, l’auteur fait partie des membres du jury du Prix Zadig de la Nouvelle Policière . Avec ce roman débute la série des « Barbicaut », des polars ayant pour théâtre la banlieue.

Bienvenue Rémy sur le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …et au plaisir de te rencontrer très vite aux cotés d’Annabel Peyrard… et de Laurence SchwalmPh.P.

Rémy Lasource, auteur de polars et membre du jury Prix Zadig de la Nouvelle Policière

“J’écris depuis toujours, du moins aussi loin que remontent mes souvenirs, et principalement de la poésie. Après ma faculté de droit je suis devenu policier, les collègues qui me lisaient m’avaient demandé d’écrire sur notre métier, mais je n’en avais pas envie alors. En quittant la région parisienne j’ai souhaité non plus écrire pour mon plaisir, mais pour trouver des lecteurs. J’ai donc mis de côté la poésie pour travailler des romans qui sont aujourd’hui publiés aux Editions Ex AEquo. J’écris sous un pseudo sans jamais parler de mes fonctions, parce que mes premiers livres ne traitent pas de police.

On m’a souvent dit « ça existe un flic qui écrit des poèmes ? », « et la police, pourquoi ? » Gamin je voulais porter un blouson de cuir et avoir un revolver, une envie de garçon. A la faculté j’ai fait des études de droit pour travailler dans le privé, puis ma maîtrise de droit en poche, est venu le temps de rentrer dans le monde du travail. Pourtant, avant d’envoyer de premiers CV, j’ai quand même tenté un concours de police, rattrapé par mon rêve d’enfance. Et me voilà lieutenant chez les flics, le trois janvier 2000, tout excité. J’ai choisi une banlieue au nord de Paris car mon épouse travaillait près de Roissy. Et là j’ai été servi. Mon métier est alors devenu une leçon de vie, j’étais le personnage de candide au milieu d’un tissu urbain dur, loin de tout ce qu’on disait dans les médias. J’ai dû apprendre vite, mais c’était passionnant. Mon chef d’alors m’avait dit à l’époque « arrête ta poésie faite de rivières et de forêts, on s’en fout, écris plutôt sur ce qu’on vit ici. La réalité. Ecris notre travail au quotidien pour montrer aux gens ». Alors j’ai essayé, j’ai commencé à écrire des moments de banlieue ; et je les ai laissés dormir dans un tiroir. Mais aujourd’hui, sous les conseils de mon éditrice Laurence Schwalm, j’ai repris ces textes pour préparer une série de polars sous la forme de chroniques de police de banlieue.

Le personnage en est le Lieutenant Barbicaut (cette série commence avec la nouvelle « Bienvenue en banlieue », puis le premier roman est « Barbicaut barbote en idées noires » ). La nouvelle « Bienvenue en banlieue » m’a fait connaitre du cinéma, des réalisateurs Fabrice Garçon et Kevin Ossona (FGKO) qui ont réalisé le film « voyoucratie ». Ils m’ont fait travailler sur un projet qu’ils ont abandonné quand ils ont lu mon roman « Du crépitement sous les néons », une cavale entre un jeune délinquant amoureux d’une prostituée qu’il arrache à son réseau de proxénètes. C’est un récit vif, sombre et brutal. Aujourd’hui ce roman est en cours d’adaptation au cinéma. Le tournage est prévu pour 2019 et le film devrait être présenté à Cannes en 2020.

Dans ma série de polars, les « Barbicaut », il y a beaucoup de souvenirs de police, d’ambiances et de faits divers que j’ai romancés pour donner un goût réaliste au roman, à la limite du docu fiction. Je ne cache rien. Vous évoluez dans un monde de béton et d’asphalte. Parfois il y pousse des fleurs sur le bitume, ces jeunes mal nés qu’on croise le temps de s’attacher à eux dans un univers où les lueurs de la ville sont comme les néons, superficielles, et où la chance d’avoir une vie normale est fragile. Vous ouvrez les pages pour mettre votre blouson de cuir et traiter la violence du quotidien. L’accumulation de victimes, de cadavres et d’agresseurs vous colle au corps, c’est parfois poisseux, souvent poétique, mais vous devenez flic le temps de quelques pages. Rien ne vous sera épargné. Mais vous comprendrez l’amitié avec les collègues, les coups durs, les coups de mou, vous vivrez l’ambiance des pots entre flics, une tape sur l’épaule, un verre de trop. Les flics au bout du rouleau. L’écriture de ces romans est différente de mes autres livres. Elle colle au rythme d’un commissariat : à l’urgence.”

Rémy Lasource Barbicaut barbote en idées noires, booktrailer …


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anne dit :

    Bravo Remy ! j’aime beaucoup ce livre que tu as écrit avec tes tripes !!!!