« La Peau d’Anna » de Nathalie Gendreau 

« La Peau d’Anna », de Nathalie Gendreau chez DACRES éditions. Un thriller psychologique où il est question de mémoire, celle qui s’enfuie mais aussi celle que l’on fuit. Découvrez comment la maladie d’Alzheimer conduit un père à renouer avec sa fille, après plus de trente ans de silence, pour lui restituer son histoire avant de tout oublier. Car la maladie avance à grands pas… Une (en)quête familiale intense et haletante qui permettra à Anna de dépasser ses peurs et reconstituer le puzzle de sa vie. Belle lecture à vous !

Après bien des années, un père se décide à écrire à sa fille. À 63 ans, Gérard Volène est atteint de la maladie d’Alzheimer. Le temps presse. Avant que la maladie n’emporte ses souvenirs, il souhaite retrouver celle qu’il n’a pas revue depuis 25 ans.

De son côté, Anna est paniquée à l’idée de se confronter à cet homme qu’elle ne reconnaît plus comme père. Mue par une force mystérieuse, elle finit cependant par accepter de le rencontrer. En s’engageant sur ce chemin escarpé du silence et des non-dits, elle devra combattre ses peurs qu’elle a enfouies dans les nombreux tiroirs de sa mémoire.

Les pièces du puzzle jaillissent, peu à peu, secret après secret, au rythme d’une enquête familiale, faisant émerger une autre vérité, celle qui permettra à Anna de se draper dans une nouvelle virginité.

La Peau d’Anna est une histoire d’amour fusionnel et ambigu entre un père et sa fille, le cheminement d’une femme qui se libère d’un passé dont elle était prisonnière pour changer de peau et renaître à elle-même.

Nathalie Gendreau signe avec La Peau d’Anna un second roman émouvant. Son premier roman Ainsi fut fait est paru en 2006, chez Jean-Claude Gawsewitch Éditeur.

Extrait : 

Les lettres de l’oubli

« Le 22 décembre 2006.

Ma Princesse, en ces fêtes de Noël, j’en appelle à ton indulgence. Un événement inattendu me force à bousculer ta vie. Crois-le : je le regrette. Je devine ton étonnement, ta colère. Je n’aurais jamais dû cesser de t’écrire. Mais ton silence m’a paralysé et je l’ai laissé prendre toute la place. Je me sentais comptable de cette réticence qui a fini par éroder mon courage. Avais-je encore une quelconque légitimité après ce rejet ? Un père reste-t-il un père quand sa fille ne le reconnaît plus ? Je me suis posé cent fois ces questions sans pouvoir y répondre. Elles m’ont torturé. Je les ai tournées sous tous les angles possibles, la vérité s’est toujours soustraite à ma compréhension. Je dois avouer que si je suis encore de ce monde, c’est parce que j’ai gardé l’espoir que tu te souviendrais de nos jours heureux.

Nathalie Gendreau est auteur, journaliste et rédactrice-conseil dans une entreprise de l’économie sociale à Paris. En parallèle, depuis 2013, elle dirige son cabinet de conseil en écriture et de biographie privée (PrestaPlume).

Depuis 2016, elle rédige sur son site PrestaPlume des critiques de spectacles et des chroniques littéraires, ainsi que des « Portraits Passion » sur des personnalités du monde littéraire et du théâtre.

En mai 2018, une nouvelle version de « La Peau d’Anna », parue en 2008 (éd. Gawsewitch), est éditée aux éditions Dacres. Ce roman psychologique met en scène les retrouvailles d’un père avec sa fille. Lui, atteint de la maladie d’Alzheimer, souhaite renouer avec sa fille pour s’expliquer avant de tout oublier ; elle, traumatisée par une enfance meurtrie, s’acharne à vouloir tout oublier.

En 2006, elle publie « Ainsi fut fait » (éd. Gawsewitch), une biographie romancée sur la vie d’un ancien déporté.

En 2006, elle prête également sa plume à Léa Cohen pour écrire ses mémoires « Léa et ses sœurs ». Cette biographie relate son enfance martyrisée, sa vie d’artiste de cirque, ses failles et ses doutes, mais aussi ses retrouvailles avec ses sœurs après 63 ans de séparation. Béatrice Schönberg a invité les quatre sœurs à raconter ce moment incroyable dans son émission « Histoires en série », sur France 2, le 30 avril 2013.

Éditeur : Jean-Claude Gawsewitch
Collection : LITTÉRATURE

Vous aimerez aussi...