GRAND FORMAT. Ateliers mémoire, cellules adaptées, aide-soignants… Comment la prison s’adapte à ses vieux détenus

L’ambiance est presque bucolique dans l’allée principale de la prison de Toul (Meurthe-et-Moselle), ce mercredi 4 juillet. Les fleurs du jardin, entretenu par les détenus, prennent un bain de soleil. Ce centre de détention renferme pourtant une aile baptisée « le couloir de la mort », au deuxième étage. Y séjournent 43 prisonniers âgés et dépendants, une population particulièrement élevée ici. « On a du cancéreux, des poches [urinaires ou de colostomie] », énumère un gardien devant ses écrans de surveillance.

Toul ne fait pas complètement exception. Si la population française vieillit à l’extérieur, elle prend également des rides derrière les barreaux. Les plus de 50 ans représentent désormais 12% des personnes écrouées. C’est six fois plus qu’en 1980. Or, l’état de santé d’un quinquagénaire en prison est comparable àcelui d’un homme de 65 ans.

L’administration pénitentiaire est obligée de s’adapter, bon an mal an. Cellules médicalisées, aides-soignants « à domicile », lits palliatifs… De quoi donner des airs d’Ehpad à certaines prisons. Mais jusqu’où faut-il aller dans la prise en charge du troisième âge et de la dépendance en « milieu fermé » ? Une peine de prison a-t-elle encore du sens pour un détenu atteint de la maladie d’Alzheimer ou sénile ? Est-il normal de rendre son dernier souffle en étant privé de liberté ? Autant de questions auxquelles les professionnels que nous avons interrogés et rencontrés tentent de répondre au quotidien…

Pour en savoir plus GRAND FORMAT. Ateliers mémoire, cellules adaptées, aide …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.