La mémoire interdite de François Merlin, Maire de Petit-Bornand-Les Glières (Robert Amoudruz)

Parution du livre le 13 mars 2002 – Maire de Petit-Bornand-Les Glières, François Merlin a été exécuté par le maquis le 16 août 1944, c`est-à-dire quelques mois après le drame du Plateau en mars 1944, alors que le département de la Haute-Savoie se trouvait en plein soulèvement pour sa libération. Il était lui-même résistant et son fils Marcel, fondateur de l`AS dans la vallée de Borne, était un ami de Tom Morel et un pourvoyeur du bataillon des Glières.Cette étrange exécution de François Merlin a jeté la consternation dans toute la contrée, mais elle n`a jamais été revendiquée et jamais élucidée. Aucune plainte portée, aucune enquête publique, partout un silence de plomb.Puis, petit à petit, après la guerre, s`installe une explication commode, celle d`une bavure lamentable, fruit de vieilles rancunes de village. Personne n`est vraiment convaincu, mais tout le monde adopte cette thèse. Quelques années plus tard, l`abbé Truffy, curé de Petit-Bornand, prêtre haut en couleur, résistant et déporté, publie un livre qui embrouille définitivement l`affaire. Plus de cinquante ans après, Robert Amoudruz a cherché à retrouver la trace des réalités de l`époque de l`Occupation et à lever le secret de la mort de François Merlin.Cet ouvrage est le résultat d`une longue recherche parmi les archives consultables et auprès de quelque trois cents témoins encore en vie.Son travail contient de nombreuses révélations et fait apparaître les événements et les mentalités de l`époque sous  n jour nouveau.

Éditeur : Cabedita

 

« Le 16 août 1944, le maire de la commune mourrait d’une rafale de mitraillette. Meurtre qui ne sera jamais résolu.

La scène prend place il y a 70 ans, le mercredi 16 août 1944.

La chaleur est lourde, insupportable. Un vent d’espoir souffle cependant dans la région, suite au débarquement des Alliés ; on sait que la victoire n’est plus très loin.

Ce jour-là, François Merlin, maire du Petit Bornand, est chez lui. Il profite de cette belle journée pour tirer du miel.

Vers 16h38, une Delage Topédo noire entre dans le village. Elle vient s’arrêter devant le garage de Joseph, un des fils du maire, et des hommes s’entretiennent un instant avec lui, au sujet d’une réparation. Cinq autres sortent ensuite de la voiture, et entrent dans la maison du premier magistrat… »

Pour en savoir plus sur Petit-Bornand : le meurtre irrésolu du maire François Merlin