54 – Portrait du jour : Michel Philippo, auteur du roman « Le crépuscule des ronces »

La photo provient d’un article du Télégramme Rédaction de St Brieuc  / Roselyne Veissid 

 » … Et l’écriture, me direz-vous ? Jamais très loin. Elle procède d’un besoin vital et n’a jamais cessé depuis l’enfance. Petit carnet à spirale en poche, je prends des notes. Jamais de photos. Nommer le monde qui m’entoure. Croquer l’instant comme dans ces chansons que je me mis à écrire dans les années quatre-vingt. Courte carrière de chanteur où, pendant trois ou quatre ans, guitare à la main, je me produisis dans les cabarets bretons. L’occasion de belles rencontres et de belles amitiés toujours vivaces. L’occasion aussi de comprendre qu’un autre chemin d’écriture, plus secret, moins directement exposé que la scène, conviendrait mieux au trac paralysant qui me terrifiait désormais à chaque concert … »

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son cinquante quatrième Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du blog reçoit Michel PHILIPPO, écrivain. Son dernier roman : Le crépuscule des ronces, éditions Marivole. L’absurdité de la vie révélée dans un style « camusien ».

Michel est né à Lille le 30 avril 1956. C’est en Flandres qu’il passera les six premières années de son existence, dans ce creuset linguistique où picard, français et flamand mêlés au quotidien lui inculqueront un amour passionné des mots et du langage.

Quelques années en Bourgogne précéderont l’arrivée en Bretagne, terre d’élection depuis 1967 dans laquelle, sans rien renier des origines, il se trouve aujourd’hui profondément enraciné, de cœur et d’âme.

La littérature ? Une évidence ! Car on n’échappe pas à l’empire des livres quand, comme Michel Philippo, on a passé son enfance auprès d’un père imprimeur-libraire.

Après un détour par la scène dans les années 80 en tant qu’A.C.I (Auteur Compositeur Interprète), Michel Philippo poursuit aujourd’hui une carrière d’écrivain et d’enseignant.

Bienvenue sur notre site Michel et merci de ton texte. Ph.P.

______________________________________________________________________________________

Portrait de l’auteur par lui-même. Redoutable exercice lorsqu’il sort du cadre scolaire, de l’usage cadencé des adjectifs, de la brillance calculée des métaphores d’élèves studieux suçotant leurs crayons. Il se trouve à l’autoportrait une sorte d’impudeur et de brutale nudité qui pour être tolérée exige que l’on y mette la forme. C’est pourquoi le romancier se cache derrière la fiction. Protestation de fictivité : toute ressemblance avec … on connaît la suite.

Je songe qu’il m’eût été plus commode d’être peintre. De simplement copier la nature trait por-trait, avec le formalisme d’une académie du XIXe. Au mieux avec l’humour contemporain d’un Norman Rockwell au triple portrait. Mais copier c’est déjà porter un regard. C’est déjà altérer la réalité perçue.

Que reste t-il alors ? Me faire tirer le portrait ? Pourquoi pas ! Pour la postérité. Mais seulement par un grand nom de la gâchette argentique. Rien de moins ! Il faut de l’ambition … Trop coûteux, hélas ! Et Nadar avec Hugo ont de long quitté ce monde.

Quant à me faire arranger le portrait, on ne sait jamais sur quelle canaille on peut tomber : c’eût été trop risqué, trop violent pour le rêveur pacifiste que je suis, moi qui ai toujours fui sport et jeux violents, leur préférant la solitude feutrée des bibliothèques. Un mauvais coup est si vite arrivé. Trop dangereux pour mon joli minois – avis tout personnel, je l’admets – mais minois auquel je me suis accoutumé au fil des soixante-deux dernières années.

Il me reste les mots. Ceux-là me sont fidèles. Plus que les chiffres. Tentons avec eux d’aller sans trahir au bout de l’exercice.

Je suis pour tout dire, d’une lignée de modeste origine – ouvriers des grandes filatures du nord de la France et ouvriers du bâtiment quant aux aïeuls et bisaïeuls – mais d’une famille flamande fière et trop bien éduquée pour m’autoriser un portrait craché, tout dégoulinant de fatuité satisfaite. Ne jamais oublier d’où l’on vient !

Arrivera la génération suivante, montante, celle de mes parents. Le désir de gravir les marches. On a depuis inventé l’expression « ascenseur social ». Une volonté opiniâtre, des cours du soir, la reprise d’études interrompues par nécessité économique et enfin le sésame salvateur : voici mon père brillant titulaire du Brevet Supérieur de Technicien du Livre. Au gré des mutations, je vivrai donc une enfance bourguignonne puis une adolescence bretonne au cœur des librairies. Voici la pomme tombée bien prés de l’arbre ! Pour mon plus grand bonheur.

Pourtant, je dois à la vérité l’aveu suivant : je me considère comme un scientifique contrarié. Mes années collège n’ont été que désir d’apprendre les rudiments de l’électricité et de l’électronique, désossant tout au fond du garage, vieilles TSF et téléviseurs de récupération, expérimentant parfois dans ma chair l’effet tétanisant d’un condensateur, mettant en pratique des connaissances acquises empiriquement et devançant de la sorte le Charpak de La main à la pâte. Je me voyais déjà ingénieur électronicien, œuvrant pour le C.N.E.T de Lannion. Je lisais passionnément La radio ?… mais c’est très simple de E. Aisberg, transformant mes expérimentations hasardeuses en connaissances plus formelles. J’avais treize ans.

C’était sans compter avec la désastreuse parenthèse des « maths modernes » dont je tombai dès 1969, victime collatérale et parfaitement innocente. C’est du reste en innocent que me considéreraient désormais mes profs de maths successifs, scellant ainsi un destin tracé de « littéraire » et mon orientation. Fin de ma prometteuse carrière scientifique. Je fus prof de lettres et enseignai l’anglais. Toujours en activité à ce jour …

Je tins ma revanche des années plus tard et renouai avec mes amours contrariées en enseignant à l’IUT dans le Département Sciences et Génie des Matériaux où j’assurais fréquemment la relecture d’articles scientifiques pour les « publis » de mes collègues enseignants-chercheurs.

Si je n’ai pas fait carrière dans l’électronique, je n’ai jamais totalement lâché la passion de la radio. J’anime aujourd’hui sur l’antenne de Bretagne 5 une émission littéraire, Page blanche, dont les podcasts sont accessibles au lien suivant https://www.bretagne5.fr/emissions/page-blanche/

Et l’écriture, me direz-vous ? Jamais très loin. Elle procède d’un besoin vital et n’a jamais cessé depuis l’enfance. Petit carnet à spirale en poche, je prends des notes. Jamais de photos. Nommer le monde qui m’entoure. Croquer l’instant comme dans ces chansons que je me mis à écrire dans les années quatre-vingt. Courte carrière de chanteur où, pendant trois ou quatre ans, guitare à la main, je me produisis dans les cabarets bretons. L’occasion de belles rencontres et de belles amitiés toujours vivaces. L’occasion aussi de comprendre qu’un autre chemin d’écriture, plus secret, moins directement exposé que la scène, conviendrait mieux au trac paralysant qui me terrifiait désormais à chaque concert.

Quelques années et quatre enfants plus tard, j’ai tiré quelques livres de ces fameux petits carnets dont le port constant a usé jusqu’à la trame les poches de mes chemises au grand dam de mon épouse : La vie fragmentée (2009), La tentation du pylone (2011), Un été au paradis (2012), lauréat du Grand Prix du roman 2013 décerné par l’association des écrivains bretons.

Bio-bibliographie détaillée et extraits des ouvrages sont à découvrir sur les pages de mon site officiel : Site Michel Philippo

Ma reconnaissance à vous lectrices et lecteurs pour la passion qui vous anime. Je vous souhaite de belles lectures. Et si d’aventure vous le souhaitiez, ma page contact vous permettra de me communiquer vos commentaires et remarques.

(Merci à Criminocorpus de m’accueillir en ces pages.)


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Homer Sutton dit :

    Bravo Michel, pour cet auto- portrait très réussi!
    Homer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.