Quand la France vendait l’opium en Indochine française (Vincent Ricouleau)

Vincent Ricouleau, professeur de droit, counsel legal, pseudo « Vincent Graham » pour la littérature policière – auteur de deux polars « Saigon brûle t-il ? – Vincent Graham » et « Saigon à bout portant Vincent Graham » – .

Se plonger dans le livre de Léon Mossy, « Principes d’administration générale de l’Indochine » publié en 1906 ou dans celui de Henri Guermeur, « Le régime fiscal de l’Indochine » publié en 1909 pour saisir les arcanes juridiques du monopole de l’opium de l’Etat français en Indochine, reste une bonne idée mais bien austère.

Toutefois, le commerce occulte de l’opium, sa contrebande, la piraterie chinoise, les seigneurs de la guerre chinois, les cultures des minorités locales, l’occupation japonaise, la décolonisation, la géopolitique de la drogue font que la réalité sur le terrain est bien différente.

Cet article nous rappelle en tout cas que le financement de notre ancienne colonie indochinoise s’est fait au détriment de la santé publique de ses populations.

Par Vincent Ricouleau, Professeur de droit.  MARDI 19 SEPTEMBRE 2017

En savoir plus sur Village-justice.

53 – Portrait du jour : Vincent Ricouleau, auteur de polars avec le …


Vous aimerez aussi...