55 – Portrait du jour : Jean-Luc Aubarbier, écrivain, historien des religions, conférencier

« … Bien sûr, je voulais devenir romancier ; c’est la voie royale de l’écriture. J’avais même trouvé mon sujet, un fait divers de la Résistance en Périgord, l’histoire incroyable d’une religieuse maîtresse d’un prêtre résistant et volage. Pour se venger de ses infidélités, elle dénonce le réseau à la Gestapo de Périgueux. Arrêtée, elle revendique son crime et demande à être fusillée. Une véritable Antigone … »

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son cinquante cinquième Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du blog reçoit Jean-Luc Aubarbier , auteur du thriller « Le complot de l’aube dorée » chez City éditions.

Romancier, historien des religions, libraire dans le Sud-Ouest, il est membre d’une obédience maçonnique française de rite écossais. Il est l’auteur de plusieurs romans chez Jean-Claude Lattès …

Merci Jean-Luc Aubarbier pour cet excellent portrait et bienvenue sur les pages de Criminocorpus. Ph.P.

______________________________________________________________________________________

« Comme tout le monde, j’ai d’abord été lecteur, un lecteur boulimique, avide de découvrir le monde à travers les livres. Mes parents voyageaient peu, j’ai voyagé avec Jules Verne, Bob Morane et tous les auteurs qui me tombaient sous la main. Je crois que j’ai beaucoup appris de la vie dans les livres : les paysages, les sentiments forts, le sens de l’épopée. Les livres ont guidé mon existence : dès que j’ai gagné ma vie, j’ai voyagé dans les pays qui m’avaient attiré en tant que lecteur. J’ai appris à piloter en hommage à Pierre Clostermann (Le Grand Cirque) et Antoine de Saint-Exupéry. Je ne connaissais pas encore cette phrase de Dickens « Serai-je le héros de ma propre vie où devrai-je laisser ce soin à quelqu’un d’autre » (David Cooperfield), mais je crois que j’ai toujours voulu vivre ma vie comme un roman.

Je n’ai pensé à écrire qu’en dernière année d’études (diplômé de l’INSEEC, une école supérieure de commerce de Bordeaux) en 1977-1978. Au cours d’une conversation, un ami a dit « j’aimerai être écrivain ». Ce fût comme une révélation : c’était exactement ce que je voulais faire. J’ai commencé à gribouiller, passé quatre années comme cadre en entreprise (profond ennui), puis j’ai acheté avec ma sœur, Geneviève Binet, une librairie à Sarlat, notre ville natale (nous sommes tous littéraires dans la famille). Mon attache géographique a joué un rôle dans mon métier d’écrivain : je suis né à Sarlat en 1955 et je n’ai jamais envisagé de vivre ailleurs. Aujourd’hui, je partage mon temps entre Sarlat où je vis et Arcachon où j’ai passé mes vacances d’enfance (deux endroits merveilleux). Mais cela fût pénalisant, car en matière littéraire, tous se passe à Paris (ça n’a pas changé depuis le XIX° siècle).

J’ai appris le « métier » d’écrivain » sur le tas (il n’y a pas d’écoles pour cela). En 1983 (j’étais tout juste libraire), le directeur des éditions Ouest-France qui venait de lancer une collection sur le Périgord, me téléphone et me demande ce qu’il doit publier. Un livre sur la préhistoire en Périgord, répondis-je. Je n’ai pas d’auteur pour le faire, me dit-il. Alors je vais vous l’écrire (au culot, je ne suis pas préhistorien). Et il a dit oui. Pendant quinze ans, j’ai publié pour Ouest-

France des guides touristiques et des ouvrages historiques qui ont connu un grand succès. Je travaille encore pour eux, notamment pour la série des « Guides secrets » (6 livres à mon actif, bientôt 7).

Bien sûr, je voulais devenir romancier ; c’est la voie royale de l’écriture. J’avais même trouvé mon sujet, un fait divers de la Résistance en Périgord, l’histoire incroyable d’une religieuse maîtresse d’un prêtre résistant et volage. Pour se venger de ses infidélités, elle dénonce le réseau à la Gestapo de Périgueux. Arrêtée, elle revendique son crime et demande à être fusillée. Une véritable Antigone. Mais je sentais qu’il me manquait quelque chose. Le véritable secret de l’écriture, c’est le lâcher prise : ne pas vouloir tout contrôler avec la tête. Penser son histoire, faire les recherches historiques (tout cela je savais le faire), puis oublier et se jeter dans l’écriture. On n’écrit bien qu’avec son corps ; c’est un processus d’incarnation, au sens où un acteur incarne un rôle (il n’imite pas).

En l’an 2000, j’avais 45 ans. Le changement de siècle et de millénaire me lança dans le métier. Je me souviens encore comment j’ai rédigé mon premier chapitre. Il devait se passer à la Noël 42, dans la cathédrale Saint-Front à Périgueux. J’écoutais un CD, Roberto Alagna chantait « Minuit chrétien » : j’ai vu toute la scène et je l’ai raconté « caméra à l’épaule ». Après la sortie du roman, une dame m’a téléphoné pour me dire « j’y étais » et que ma description était parfaite (moi, bien sur, né dix ans après la fin de la guerre, je n’y étais pas). J’ai achevé mon livre, je l’ai fais lire à ma sœur, puis à vingt personnes. Je n’avais aucune relation et je connaissais les difficultés pour être édité (1 sur 1000 dans les grandes maisons parisiennes). J’ai envoyé mon manuscrit par la poste à 14 éditeurs parisiens… et j’ai eu 4 réponses favorables ! J’ai publié «Les démons de soeur Philomène » chez Jean-Claude Lattès. Le roman a connu un certain succès, il a même été adapté au cinéma. Deux autres ont suivi chez le même éditeur mais mon non-parisianisme a pénalisé ma carrière.

J’adorais l’histoire, la littérature et la philosophie : je poursuivais l’écriture de romans historiques, souvent liés aux phénomènes religieux. J’adore toujours « faire du faux avec du vrai ». C’est Jacques Ravenne (auteur avec Eric Giacometti de thrillers à succès) qui m’a guidé sur le chemin du thriller. Nous étions voisins (il habite dans le Lot) et tout deux francs-maçons. La pratique de la franc-maçonnerie a joué pour moi un rôle majeur dans l’apprentissage du « lâcher prise ». Jacques m’a conseillé de me mettre au thriller ésotérique, pour toucher un public plus vaste, plus jeune. Et puis l’écriture du thriller est très technique et amusante. J’ai rédigé L’échiquier du Temple : il n’était pas facile de faire original avec le thème des Templiers. J’ai décidé de faire du lieu le personnage principal. Le château de Commarque dont j’avais exploré les ruines comme tous les adolescents du Périgord (c’était interdit, donc excitant) m’offrit un cadre fantastique. Le patron des éditions City a été intéressé par le projet ; il m’a demandé de créer des héros récurrents. Il ne fallait pas se tromper, car j’allais passer plusieurs années avec eux. Ainsi sont nés Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec. Aujourd’hui, je rédige leur cinquième aventure et mes lecteurs ont créés une page Face book pour eux.

Je crois qu’il me serait très difficile aujourd’hui de cesser d’écrire. J’alterne les thrillers et les romans historiques (Le chevalier du soleil , premier roman consacré à Montaigne, sort le 13 septembre 2018 chez de Borée). Je me sens toujours redevable à certains auteurs qui m’ont servi de modèle : Marguerite Yourcenar, Umberto Eco, John Irving à qui j’ai emprunté certaine technique. Je ne me prends pas pour un génie littéraire, mais en empruntant aux grands écrivains, on risque moins de se tromper. L’écriture est une école de modestie et de persévérance. Qu’ils aient ou non du succès, les livres sont vite oubliés. Il faut s’appliquer à bien faire, comme un artisan des mots, laisser parler l’enfant qui subsiste en nous (les enfants créent naturellement des histoires) et surtout, prendre du plaisir à ce que l’on fait. Ecrire nous fait rester jeunes, car, année après année, on a toujours un projet en cours. J’espère écrire jusqu’à mon dernier jour, pour pouvoir, selon le mot de Yourcenar, « entrer dans la mort les yeux ouverts »… »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.