Gayané l’Arménienne, les pèlerins de la vie : Livre 2 (Chérif Zananiri)

Parution du livre le 1er mai 2018 – A la fin du dix-neuvième siècle, la majorité des Arméniens se trouvent dans l’Empire ottoman et en Cilicie (région au sud de la Turquie qui longe la Méditerranée). En dehors des régions historiquement arméniennes, existent aussi d’importantes communautés dispersées sur tout le territoire. Il y en a environ trois millions. En 1914, les Arméniens ne sont plus que 2.250.000, suite aux massacres, conversions forcées à l’islam et à l’exil. Dans l’Empire ottoman, ils subissent une discrimination officielle ; ils sont considérés comme des citoyens de seconde catégorie. Dans leur grande majorité, ce sont des paysans pauvres qui doivent en plus subir les violences des nomades kurdes armés venant régulièrement les rançonner. Avec la décomposition de l’empire au XIXe siècle, la situation des Arméniens ne fait qu’empirer. Avant même que la Grande Guerre n’éclate en Europe, le gouvernement envoie des gendarmes dans les villes et les villages pour réquisitionner les armes. Cette réquisition est limitée aux Arméniens. Le 29 octobre 1914, la Turquie s’allie à l’Allemagne et entre en guerre contre les Alliés. Dès janvier 1915, on désarme les 250.000 soldats arméniens de l’armée ottomane pour les affecter dans des « bataillons de travail » à l’aube du 24 avril, qui deviendra la date commémorative. Le coup d’envoi du génocide est donné par l’arrestation à Constantinople d’intellectuels et de notables arméniens. Dans tout l’Empire ottoman, c’est le même scénario : on arrête puis on assassine partout les élites arméniennes. Le peuple arménien est décapité. Puis une nouvelle idée germe dans l’esprit des Turcs, idée sans doute soufflée par les Allemands : la déportation des Arméniens vers les déserts de Syrie pour des prétendues raisons de sécurité. La destination réelle est la mort. A la fin de 1915, à l’exception de celles de Constantinople et de Smyrne, toutes les populations civiles arméniennes de l’Empire ottoman prennent le chemin mortel de la déportation. Les convois sont formés, parfois massacrés sur place, à la sortie des villages ou des villes, notamment dans les provinces orientales isolées. Les autres, escortés de gendarmes, suivront la longue marche de la mort. Je me trouve en ce début d’ouvrage entre deux extrêmes. Prévenir le lecteur que les personnages, les faits qu’il va lire sont strictement fictifs et que s’il croit reconnaître des personnes ayant existé, cela ne pourrait être que le fruit du hasard tout en abordant la rive contraire et lui annoncer que le récit a été construit à partir de faits réels et que par endroit, je me suis contenté de changer uniquement les noms et les lieux. Sans doute, l’orthodoxie se trouve entre ces deux pôles, nichée dans cette vérité première : le peuple arménien a souffert, a subi un véritable génocide et non un simple massacre, a dû quitter son territoire et a essaimé dans tous les continents, devenant ainsi le pèlerin de la vie partout où il a résidé. Son installation en France fut difficile, mais une seule idée a conduit son action : être au moins aussi Français que les Français de souche, et, lorsque les temps devinrent à nouveau difficile pendant la deuxième guerre mondiale, il sut se distinguer et défendre avec efficacité sa nouvelle patrie. C’est cette partie que nous développons ici puisque nous reprenons le récit au moment où le bateau arrive au port de Marseille avec à son bord la famille Léonian : le père Hagop, son épouse Linda et Gayané, la narratrice, petite fille à l’époque. Aram son aîné de dix ans est resté avec sa jeune épouse à Beyrouth alors que les deux jeunes frères ont péri dans un incendie sur le bateau. Pour plus de clarté, les descriptions de l’auteur et ses dialogues avec Gaya n’ont pas la même police de caractère.

Physicien de formation et écrivain vulgarisateur pendant une longue période, Chérif ZANANIRI s’est intéressé aux terroirs sancerrois et solognot et y a planté les décors de ses romans, souvent liés à des éléments d’histoire : les guerres de Religion, celles de 1870, de 14-18 ou de 39-45. Ainsi, après Pisseur au vent et Léocadie Lepic, marraine de guerre, et bien d’autres romans de terroir comme Le Galoupiot de Sancerre …

Éditeur : 97929551092

L’Arménie : un passé sans sépulture – Chérif Zananiri