57 – Portrait du jour : Alexandra Parrs « Une sociologue passionnée par l’étude des groupes minoritaires »

« … La littérature policière m’a toujours fascinée, pour son aspect sociologique justement. Souvent dans les policiers, on trouve des reflexions sociales sous-jacentes très justes, peut-être parce qu’elles ne sont pas, en apparence, au coeur de l’intrigue criminelle. J’ai voulu construire un roman à plusieurs niveaux. L’intrigue criminelle, les contrastes entre la Belgique et l’Egypte, ou encore l’Orient et l’Occident et des rémanences orientalistes dans les études contemporaines d’un universitaire belge, qui se trouve au coeur de l’histoire. Je fais allusion au voyage de Flaubert en Egypte, à sa rencontre avec Kuchuk Hanem et aux aventures des Orientalistes, le Capitaine Newbold et le Consul Van Kremer… »

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son cinquante septième Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du blog reçoit Alexandra Parrs, l’auteure du polar « La putain de Flaubert » aux Editions ROD

Alexandra Parrs est sociologue. Elle a vécu et enseigné la sociologie en Birmanie, au Sultanat d’Oman, aux États-Unis et en Égypte. Pendant ses quatre années passées en Égypte, elle a fait une recherche ethnographique originale sur les Gitans d’Égypte, ce qui lui a permis d’écrire son premier ouvrage de fiction : « La putain de Flaubert », paru en 2017 . Elle habite à Bruxelles.

La rédaction du carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … remercie infiniment Alexandra pour ce magnifique portrait qui nous plonge dans le monde des groupes minoritaires et nous rappelle à des réalités parfois dérangeantes …  Ph.P.

Alexandra Parrs – « Je suis sociologue passionnée par l’étude des groupes minoritaires et de leur positionnement dans des sociétés qui leur sont souvent hostiles. J’ai écrit ma thèse sur l’identité – changeante – des Arabes Américains après le 11 septembre 2001, à New York, une ville dans laquelle j’ai habité pendant trois ans. J’ai également publié un livre sur ma recherche aux Editions L’Harmattan, Construction de l’identité arabe américaine et un article. Ensuite, je suis partie en Birmanie, où j’ai donné des cours d’anglais à des novices dans des monastères, puis des cours d’anglais et de sociologie à d’anciens prisonniers politiques qui venaient d’être libérés ; je me suis également intéressée à un groupe minoritaire dans un environnent plutôt hostile, les Rohingyas dont on parle beaucoup maintenant, mais qui étaient complètement ignorés à l’époque (2006-2008). J’ai ensuite déménagé au Sultanat d’Oman où j’ai donné des cours d’anthropologie et fait des recherches sur les groupes (évidemment minoritaires!) Balouchis et Lawatis. Ce qui m’intéresse est de comprendre comment se construit une identité dans un contexte parfois fermé, où les majoritaires cherchent à imposer leurs propres règles, mais surtout à quel point tous ces groupes font point d’agencité – un mot alambiqué de sociologue qui s’intéresse aux stratégies employées par les membres des groupes qui se réinventent, se repositionnent et jamais ne sont les pions passifs que la société dominante souhaiterait faire d’eux.

J’ai emménagé au Caire en 2012 et pendant deux années, de 2014 a 2016, j’ai conduit une étude ethnographique afin de mieux connaitre le groupe (évidemment minoritaire, ignoré, stigmatisé, etc.) des Doms, que l’on appelle aussi les “Gitans Égyptiens”, un groupe méconnu qui, comme les Roms européens, serait issu de vagues migratoires en provenance d’Inde, ayant eu lieu entre le 7eme et 12eme siècle. Pour certains chercheurs, les Roms comme les Doms seraient des descendants de la caste des intouchables, ayant quitté l’Inde pour sortir de son rigide système de castes, alors que pour d’autres, il s’agirait de guerriers ayant combattu auprès des Perses, puis s’étant déplacés vers l’ouest au gré des conflits. Les Roms sont allés jusqu’en Europe, alors que les Doms se sont installés au Moyen-Orient. Contrairement aux Roms européens, les Doms sont très peu connus. On les trouve en Syrie, en Jordanie, au Liban et en Egypte. Pendant deux ans, j’ai rencontré ces Doms égyptiens qui habitent en général dans des quartiers très défavorisés du Caire ou d’Alexandrie, comme celui de la Cité des Morts, un cimetière du Caire où environ 30000 personnes ont choisi de vivre avec les morts, faute de mieux. Bizarrement, même dans le cimetière, les Doms occupent une place marginalisée, installés la plupart du temps dans les tombes les plus vétustes. Tout comme les Roms, les Doms sont associés à des activités spécifiques: lire les lignes de la main, rempailler les chaises, mais aussi soigner les animaux… et dans les imaginaires européens et moyen-orientaux, ils sont aussi intimement liés à des activités particulièrement marginalisantes : crimes, enlèvements d’enfants et jetage de sorts en tout genre. Dans les campagnes égyptiennes, les parents effraient leurs enfants avec des histoires de Doms nomades qui risquent de les enlever s’ils ne rentrent pas chez eux avant que le soleil ne se couche. Le mauvais oeil qui plane sur les sociétés moyen-orientales comme un épée de Damocles, est également souvent lié aux Doms de la région – ils vous le donnent ou vous en débarrassent.

Les premiers à avoir écrit sur les Dom ont été les Orientalistes européens du 19eme siècle, férus de l’exotisme de l’Orient que les Dom (qu’ils appelaient “Gitans”) incarnaient parfaitement bien : des hommes perçus comme sauvages et violents, des femmes mystérieuses et sensuelles. En particulier, les Ghawazis, des danseuses du ventre Doms, ont titillé l’esprit et les sens des Orientalistes, et surtout ceux de Gustave Flaubert qui va ramener de son voyage en Egypte le mythe de l’Orient sensuel et consommable, incarné par sa rencontre avec Kuchuk Hanem, une Ghawazi dont il se serait épris et inspiré pour écrire certaines de ses nouvelles et même peut-être Madame Bovary.

Apres mes recherches ethnographiques, j’ai écrit un ouvrage de sociologie sur les Dom égyptiens : Gypsies in Contemporary Egypt – AUC Press publié aux éditions AUC Press et quelques articles, en français et en anglais. Cependant j’ai eu aussi envie de me servir de toutes les informations que j’avais accumulées sur les Doms d’une autre manière, d’une manière moins scientifique et plus créative. Je venais de déménager a Bruxelles et la grisaille de la ville, en contraste avec les lumières de l’Orient, m’ont inspirée. C’est comme cela que La Putain de Flaubert est née.

La littérature policière m’a toujours fascinée, pour son aspect sociologique justement. Souvent dans les policiers, on trouve des reflexions sociales sous-jacentes très justes, peut-être parce qu’elles ne sont pas, en apparence, au coeur de l’intrigue criminelle. J’ai voulu construire un roman à plusieurs niveaux. L’intrigue criminelle, les contrastes entre la Belgique et l’Egypte, ou encore l’Orient et l’Occident et des rémanences orientalistes dans les études contemporaines d’un universitaire belge, qui se trouve au coeur de l’histoire. Je fais allusion au voyage de Flaubert en Egypte, à sa rencontre avec Kuchuk Hanem et aux aventures des Orientalistes, le Capitaine Newbold et le Consul Van Kremer.

Cela a été très libérateur de laisser libre court à mon imagination à partir de toutes sortes de détails anecdotiques que j’avais relevés pendant ma recherche… que les femmes Doms se teignent en blond puis cachent leurs cheveux sous des hijabs qu’elles enlèvent lorsqu’elles sont chez elles, que les Doms mangent du koshari (Le plat traditionnel égyptien à base de pates, riz et lentilles) dans des sacs en plastique dont ils coupent un coin pour en aspirer voluptueusement le contenu, que toutes sortes de légendes folles circulent à leur sujet à l’heure actuelle et font la une des journaux à scandales, comme par exemple que les femmes Doms se rendent à la Mecque pour dévaliser des pèlerins et qu’elles rentrent au Caire les poches pleines de montres en or, que ces mêmes femmes fument à longueur de journée et frappent leurs maris, comme cela a été décrit dans le film égyptien Segn al-Nessa. Quand j’écris c’est souvent à partir de l’un de ces details un peu étrange que je construis un episode, que je tisse des relations entre les protagonistes.

Le roman policier est aussi un vecteur pour faire passer toutes sortes d’informations et dans le cas de La Putain de Flaubert, les crimes sont aussi métaphoriques de la violence qui existe entre différents groupes, qui sont séparés par des frontières ethniques, sociales, culturelles… Je suis maintenant en train de travailler sur un roman qui se déroule au Sultanat d’Oman, encore un policier, avec mon cher Inspecteur Dekyndt, un Belge un peu superstitieux qui est aux prises avec les superstitions omanaises et les légendes sur la magie noire ayant lieu dans la ville de Bahla… »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.