Ballin le sacristain pas très malin (Genneton, 1823)

Peut-être l’assassin deux-sévrien le plus bête du XIXe siècle. A vous de juger.

Le crime parfait. Voilà ce dont tout apprenti assassin rêve au moment du passage à l’acte. Malheureusement entre le rêve et la réalité, il y a parfois un gouffre. La preuve avec cette histoire qui prêterait à sourire si elle n’avait pas débouché sur la mort d’une jeune femme. 

9 mai 1823. René Ballin court à perdre haleine à travers les champs autour de Genneton. Le visage tendu, l’allure déterminée, il sait que ce jour de printemps va changer sa vie. A 26 ans, après des jours de doutes et de tergiversations, le cultivateur est à présent sûr de lui : il doit tuer sa femme. Après des semaines d’enquête, René Ballin a acquis la certitude que Henriette le Roy, avec qui il est marié depuis un an, lui a menti. Elle n’était pas vierge avant le mariage. Pire, il est certain qu’elle a eu deux enfants. La jeune femme s’est défendue de cette accusation mais les disputes se sont multipliées au sein du couple. Il y a six semaines, Ballin a même renversé son épouse au sol, avant de la traîner par les cheveux devant des voisins qui ont du intervenir. Il espère qu’au moment de son passage à l’acte, les villageois auront oublié ces disputes et ses actes déplacés. Et puis, comment pourrait-on le suspecter, lui le sacristain du village ? Sa profession constitue le meilleurs des alibis. C’est du mois ce qu’il croit au moment où il pénètre dans la forêt de Brignon. Il ne lui reste plus qu’à attendre le passage de sa femme…

Pour en savoir plus sur le site de Olivier goudeau

Olivier Goudeau habite près de Niort, il est professeur d’histoire. Il a déjà signé les Grandes affaires criminelles des Deux-Sèvres (3000 exemplaires vendus) et participé au beau-livre « Les grandes affaires criminelles en France ». Il est également « le » chroniqueur officiel des affaires criminelles auprès de la Nouvelle République à Tours.


Vous aimerez aussi...