59 – Portrait du jour : Pascal Chabaud, l’auteur du polar « Mort d’un sénateur »

 « … Des recherches ensuite : J’ai choisi l’été 1940 comme contexte de mon roman parce que ces mois de juin et juillet ont sans doute été ceux où les hommes de pouvoir ont dû faire des choix dramatiques alors qu’ils étaient dans l’incapacité de les faire. Les années qui suivent ont été celles des choix, aux conséquences individuelles et collectives souvent incontrôlables … » 

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son cinquante neuvième Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du blog reçoit l’auteur du polar  Mort d’un sénateur.

Pascal Chabaud – Né en 1959. Certifié d’histoire-géographie. Enseigne à Issoire. Après avoir été formateur, et participé à la réalisation d’un documentaire sur « le magazine du mineur », je me suis tourné vers l’écriture du polar historique qui demande autant de recherches qu’une thèse, mais laisse la porte ouverte à l’imagination.

Bienvenue Pascal sur les pages du carnet criminocorpus. Ph P.

________________________________________________________

« Mort d’un sénateur, premier roman d’une série contextualisée pendant la Seconde guerre mondiale, est l’aboutissement d’une démarche personnelle et de longues recherches.

La démarche, pour commencer : bien avant d’enseigner l’histoire, j’ai aimé en écrire. Des nouvelles « à la manière de… » René Barjavel, Edgar Poe. Lointaine période adolescente où je passais plus de temps au cinéma qu’à essayer de comprendre les cours d’algèbre. Puis vint le temps des études d’histoire, où, à travers le plaisir de la recherche je découvrais des histoires individuelles aux prises avec l’histoire officielle tel Pierre Tillonbois de Valeuil, garde-marteau des forêts du comté d’Évreux, chargé d’appliquer le code forestier de Colbert. Puis ce fut le temps de l’enseignement (qui n’est pas fini), où « la marche de l’histoire » laisse de côté les hommes et les femmes pour ne s’intéresser qu’aux événements, ou à quelques personnalités aux rôles reconnus.

Le cinéma est aussi une composante essentielle de mon travail d’enseignant et de romancier. Il est un formidable vecteur de portraits, de situations qui permettent de « visualiser » un moment, une période. Ainsi, la crise économique de 1929 est décrite avec précision et émotion dans Les raisins de la colère. Et quel meilleur moyen que d’aborder le fascisme italien avec «Une journée particulière» ? Et beaucoup de chapitres ont été écrits en utilisant une caméra « virtuelle » qui se déplaçait en même temps que mes personnages.

Des recherches ensuite : J’ai choisi l’été 1940 comme contexte de mon roman parce que ces mois de juin et juillet ont sans doute été ceux où les hommes de pouvoir ont dû faire des choix dramatiques alors qu’ils étaient dans l’incapacité de les faire. Les années qui suivent ont été celles des choix, aux conséquences individuelles et collectives souvent incontrôlables.

Ce sont ces histoires individuelles aux prises avec l’histoire officielle que j’ai voulu raconter. Le métier d’historien consiste à confronter des documents entre eux, de les soumettre à la critique, et d’en faire l’analyse. Lorsque l’historien est romancier (ou apprenti…) ses personnages doivent faire face à des événements réels et s’y adapter. Pas l’inverse. C’est ce que j’ai essayé de faire avec Mort d’un sénateur. J’aurais bien aimé que l’inspecteur Dumont puisse aller à Paris fin juillet 1940, mais les communications étaient coupées par les Allemands jusqu’au début août… »

Résumé du roman : Juillet 1940. Alors que le régime de Vichy vient de naître, l’inspecteur Joseph Dumont doit enquêter sur l’assassinat du sénateur Étienne Ferrand. Franc-maçon, adversaire acharné de Pierre Laval, le sénateur représentait un adversaire potentiel pour le nouveau régime. Il détenait en outre des documents confidentiels sur un véhicule révolutionnaire mis au point par Citroën. Assassinat politique ? Espionnage industriel ? L’enquête se déroule entre Clermont, Paris et Vichy et révèle des aspects ignorés de cette période de l’histoire.

Éditeur : Editions de Borée ›

Liens

Page Facebook « Mort d’un sénateur » Une critique sur :

http://www.action-suspense.com/2018/05/pascal-chabaud-mort-d-un-senateur-ed.de-boree-2018.html)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.