Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie) 2012/11

Chers collègues et chers amis,

Un long, très long, trop long silence depuis le mois de… mai !

Vous avez été nombreux à vous en inquiéter.

Je vous dois des excuses.

La faute en incombe totalement au rédacteur… qui se couvre la tête de cendres, mais invoque des circonstances atténuantes : accablé d’échéances rédactionnelles multiples et toutes plus urgentes les unes que les autres, il n’a vraiment pas eu le temps de travailler à cette Lettre dont la rédaction demande (finalement) pas mal de temps…

En espèrant que vous pardonnerez une Lettre purement informative (la rubrique « débats » et quelques autres ont temporairement disparu) et assez lapidaire. Mais après de longs mois de silence et d’absence, il est plus que temps de vous signaler les publications qui se succèdent à un rythme soutenu, notamment dans le champ du colonial policing (programme de l’agrégation et achèvements de thèses importantes obligent) comme vous allez pouvoir en juger.

Bien cordialement

Jean-Marc Berlière

Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne

CESDIP (CNRS/ministère de la Justice)

1 – Des livres, des articles…

Jamais sans doute, la production scientifique n’a été aussi dense et riche qu’en 2012. Après les ouvrages signalés ce printemps, notez sur vos tablettes, cette nouvelle moisson de grande qualité…

 

  • Quentin DELUERMOZ, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris 1854-1914, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012. (38€, 408 pages)

Policiers dans la ville

En 1854, Napoléon III importe le modèle londonien de police dans la capitale française. La police de contact, visible et quotidienne (on dirait aujourd’hui de “proximité”) s’impose alors pour longtemps dans l’espace parisien. En jouant sur les échelles et les angles d’observation, cet ouvrage entend étudier les mutations d’une relation police-société dans la seconde moitié du XIXe siècle. Entre 1854 et 1914, le sergent de ville, devenu gardien de la paix, s’intègre progressivement dans l’espace social, politique et mental parisien, sans que cela implique bien sûr la fin des confrontations ni celle des débats.
S’observe en même temps la lente professionnalisation d’une nouvelle force de police, la mise en place d’un ordre public d’un nouveau type, plus intégré, mais qui produit de nouvelles résistances et mises à l’écart, ainsi que l’émergence d’une perception nouvelle du “quotidien urbain” et de la peur des “apaches”. Ce processus concerne peut-être l’ensemble du territoire français, mais il semble trouver une expression particulière, dans ses formes comme dans son intensité, dans la capitale. Le gardien de la paix parisien devient en effet dans la République des années 1900 un symbole, à l’échelle française et internationale, de ce qui est perçu comme une nouvelle et ambiguë “civilisation urbaine”.

  • Justine BERLIERE,  Policer Paris au siècle des Lumières. Les commissaires du quartier du Louvre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle Ecole des Chartes, 2012 (407 pages, 29€). Préface de Vincent Milliot.

Policer Paris au siècle des Lumières

« Malgré sa présence constante dans la vie quotidienne de Paris au XVIIIe siècle, on connaît très mal le commissaire de police. Sans prétexte aucun, la police mérite d’être étudiée parce qu’elle est une institution-clé de l’Ancien Régime ». Ce souhait exprimé en 1981 par Steve Kaplan est aujourd’hui en passe d’être réalisé.

Objets trop longtemps oubliés de l’histoire sociale du XVIIIe siècle, les quarante-huit commissaires enquêteurs examinateurs au Châtelet de Paris, dont les archives d’une grande richesse sont souvent utilisées sans qu’on s’intéresse à ceux qui les ont produites, sont au cœur de cette recherche, qui éclaire le fonctionnement et les rouages d’une machine policière longtemps méconnue.
Qui étaient ces magistrats, propriétaires de leur charge ? De quels milieux étaient-ils issus, à quelles stratégies sociales et familiales répondait le choix de cette carrière ? De quel personnel disposaient-ils ? Quelles étaient précisément leurs fonctions dans la police de la capitale dont le Lieutenant général de police avait la charge ? Quels rapports entretenaient-ils avec la population au milieu de laquelle ils vivaient, avec les autres acteurs de la sûreté d’une ville dont les états d’humeur pouvaient avoir de lourdes conséquences, comme allaient le démontrer les événements de 1789 ?
Ce travail a pour but de mettre en lumière le rôle de ces magistrats immergés au cœur de Paris – en sa vie quotidienne, ses ombres et lumières, ses turpitudes, et ce, dans un quartier stratégique : celui de Saint-Germain-l’Auxerrois, entre Seine et Palais-Royal, Louvre et Châtelet. Il offre une plongée du côté de ces agents de l’ordre public, dans les coulisses de la ville-capitale au temps des Lumières.

Les amateurs des aventures du commissaire Le Floch découvriront le vrai visage et les vraies fonctions des commissaires de police parisiens au XVIIIe siècle.

 

  • Jean-Pierre BAT, Le syndrome Foccart. La politique africaine de la France 1959-2012, Gallimard, Folio-histoire, 2012 (838 pages, 13,50€)

Le syndrome Foccart

Jacques Foccart a été, dans la République gaulliste de 1959 à 1974, le secrétaire général desAffaires africaines et malgaches. « Monsieur Afrique » incarne encore aujourd’hui dans lesesprits la « Françafrique » néocoloniale, avec tout ce que cela peut impliquer d’interventionspolitique et militaire, de corruption des dirigeants, de rôle trouble d’intermédiaires ou de coups tordus de mercenaires. Après son départ, ses successeurs ont marché dans ses pas, mélange subtil d’héritage des cadres tracés par les accords bilatéraux et de volonté personnelle de chaque président. Depuis les indépendances, l’Afrique a ainsi constitué un prolongement de la politique hexagonale. La pensée fondatrice de Foccart n’a, sur ce point, que peu évolué avec ses successeurs : « Les relations franco-africaines ne se situent pas seulement en effet sur le plan des relations diplomatiques, elles revêtent un caractère de coopération entre la France et ces États dans les secteurs les plus importants de leurs activités. De plus, elles se situent sur un plan de liens amicaux et personnels ».

L’Afrique constitue donc bel et bien le coeur de l’influence française, dans le concert desnations et la sécurité mondiale, pendant la Guerre froide comme après. Pourtant, au lendemain de la chute de la menace communiste, la France a de moins en moins maîtrisé les événements sur le continent, et semblent avoir éprouvé de plus en plus de peine à offrir une ligne claire et continue de son action.
La « méthode Foccart », pour être convenablement comprise, doit être réinscrite dans unelogique générationnelle : celle des classes politiques qui ont préparé puis orchestré ladécolonisation de l’Empire français des années 1940 aux années 1980. Trop souvent sortie de son cadre chronologique pour être analysée comme une recette politique des relations francoafricaines, la « méthode Foccart » a laissé place au « syndrome Foccart », à l’idée qu’il y aurait eu une politique africaine unifiée, tant dans ses objectifs que dans ses moyens, pour l’ériger en socle du grand dessein national imaginé par de Gaulle. Une idée fausse qui pourtant est restée, consciemment ou inconsciemment, l’horizon des relations franco-africaines pour tous ses successeurs au cours du demi-siècle qui succède aux indépendances.

NB : On retrouve dans les hommes employés par le « système Foccart » nombre de policiers et notamment des policiers épurés à la Libération.

  • Jean-Pierre BAT, « Police, censure et sociétés coloniales » in D. Barjot et J. Frémeaux (dir.), Les Sociétés coloniales à l’âge des empires des années 1850 aux années 1950, SEDES (Capès, Agrégation Histoire, 2012, pp. 271-279.
  • Jean-Pierre BAT, Nicolas COURTIN (dir.), Maintenir l’ordre colonial : Afrique et Madagascar (XIXe XXe siècles), Rennes, PUR, 2012 (205 pages, 17 €). Voir la Tables des matières
  • Christophe CARICHON, Jean Deuve. Artège, 304 pages,18,90€

Jean DeuveAu carrefour de nos intérêts sur le colonial policinget le renseignement, une biographie qui permet de découvrir une figure méconnue mais importante du SR…Si le propos reste (un peu) décevant, faute d’approfondissement critique (le scoutisme et le catholicisme constituent certainement une approche intéressante du personnage, mais sans doute pas la seule), on appréciera le bel état des sources qui constituera un instrument fort utile pour des recherches futures.Grand nom du renseignement militaire, le colonel Jean Deuve est l’un des « as » des services secrets français. Jeune aspirant, il combat vaillamment dans les Ardennes à la tête de ses tirailleurs sénégalais et voit son nom inscrit au « Mémorial de l’Empire ». Affecté en Afrique de l’ouest après l’armistice, il est repéré par les Britanniques qui l’envoient suivre un an d’entraînement aux Indes au sein de la fameuse Force 136, celle-là même qui fit sauter le pont de la rivière Kwaï. Parachuté au Laos en janvier 1945, Jean Deuve organise la lutte contre les Japonais et devient gouverneur de province à 27 ans. Il fonde la Police royale laotienne et a la haute main sur les services de renseignement du royaume pendant deux décennies. Responsable important du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE) dans les années 1970-1980, il est un témoin incontournable des relations internationales de la guerre froide.

Acteur incontournable du renseignement français pendant près de quarante ans, le colonel des troupes de marine Jean Deuve reste aujourd’hui largement méconnu du public mais aussi du milieu militaire. Seuls quelques initiés ou anciens des services secrets se souviennent de ce seigneur de l’ombre. Discret, Deuve n’a jamais cherché les lumières de la ville mais n’a pas caché non plus ce qui ne méritait pas de rester sous le boisseau. Dès la campagne de France, jeune aspirant de réserve, il a noté ce qu’il vivait, pour lui, pour sa famille et aussi pour transmettre. Méhariste au Niger, maquisard en Indochine, spécialiste du renseignement au Laos et en France, il noircit des centaines de feuillets et collecte des quantités d’archives. Officier d’activé puis en retraite, il publie le récit de ses aventures vécues dans plusieurs ouvrages et articles pour témoigner. Avant sa mort, il confie à plusieurs centres d’archives, les milliers de documents recueillis durant sa vie d’officier de renseignement. Le cinéaste Raoul Coutard, qui a connu Jean Deuve au Laos, a justement écrit en parlant de ses camarades du corps expéditionnaire : «Lorsque nous sommes arrivés en Indochine, il y avait ceux qui avaient envie, d’abord de voir, puis de savoir et ceux qui voyageaient comme des colis postaux dans la soute.» Nul doute que Jean Deuve fut des premiers.
Le fil conducteur de sa vie fut le scoutisme. Sans cesse il fut cet éclaireur, toujours prêt à appliquer les «cinq buts» de la pédagogie scoute : développement du corps, développement du caractère, habileté manuelle, connaissance et service du prochain et connaissance de Dieu. À cela il faut ajouter que Deuve fut un grand patriote, un de ces hommes qui firent don de leur personne à leur pays sans attendre d’autre récompense que celui du devoir accompli.
C’est donc l’histoire presque centenaire de cet officier français que l’on va lire, de la Normandie de l’entre-deux-guerres au front des Ardennes de 1940, des Indes anglaises aux maquis d’Indochine, du Laos de l’indépendance aux derniers soubresauts de la Guerre froide.

  • Commissaire Broussard, Mémoires, Nouveau Monde (poche), 2012, 895 pages, 12,50€ 

Mémoires du commissaire BroussardPrésentation de l’éditeur :

Robert Broussard fut l’un des plus célèbres policiers de France. Un commissaire dont le nom est à jamais associé aux années 1970-1980 et aux affaires de banditisme ou de terrorisme qui fascinent aujourd’hui encore le public. Que ce soit au travers de la brigade antigang ou de la brigade anticommando, il a tout connu : les prises d’otages, les enlèvements, les arrestations de braqueurs. Sans oublier, bien sûr, la traque des grands truands de son époque : Jean-Charles Willoquet, François Besse ou Jacques Mesrine. Au moment de partir à la retraite, Robert Broussard a publié ses Mémoires en deux tomes. Le premier était surtout consacré aux affaires de l’antigang. Le second abordait la suite de sa carrière, notamment son expérience de préfet délégué pour la police en Corse (1983) et la création du Raid (1985), l’unité d’élite de la police nationale. Ce livre est une réédition, en un seul volume, de ces ouvrages, épuisés depuis plusieurs années. Le texte a toutefois subi des modifications et des mises à jour. Si certains chapitres ont été condensés, d’autres ont été complétés et actualisés, en particulier celui consacré à Jacques Mesrine, mort sous les balles de l’antigang le 2 novembre 1979, Porte de Clignancourt, à Paris. NB : Il s’agit, réunis dans un seul volume, des deux tomes parus en 1997 et réactualisés en 2005.

  • Catherine DENYS (dir.), Circulations policières (1750-1914), Lille, Presses universitaires du septentrion, 2012, 210 pages, 22€.

 Circulations policières 1750-1914Comment améliorer « sa » police ? En regardant ce qui se fait « ailleurs » ; en l’adoptant, parfois. À rebours des historiographies nationales, ce livre fait découvrir l’histoire méconnue des circulations internationales des polices en Europe et à travers l’Atlantique. Il donne à voir les passeurs qui les animent comme les modèles qui se construisent dans les échanges, les transferts, les rejets ou les adaptations des systèmes policiers. Depuis l’Anglais Mildmay révélant le fonctionnement de la police parisienne en 1763 jusqu’à l’Américain Fosdick enquêtant sur la police des capitales européennes en 1913, des observateurs voyagent, étudient et décrivent les polices étrangères. Des administrateurs imposent des réformes justifiées par la supériorité supposée de ces polices voisines, d’autres les refusent énergiquement. Le débat sur la police déborde les limites des États. Neuf études de cas, de Buenos Aires à Paris, de Lisbonne à Rome, de Londres à Berlin, de Bruxelles, Genève ou New York, illustrent la richesse de cette histoire connectée des polices entre Ancien Régime et coopération moderne des polices contemporaines.

NB : Grande misère de la recherche en science sociale et en histoire en particulier, le titre de cet ouvrage — sans doutes le terme de circulations ?— lui vaut d’être classé à la rubrique « urbanisme » dans les catalogues…

Qu’on se rassure, il s’agit bel et bien de circulations de modèles, techniques, méthodes, organisations policières et pas de la police de la circulation…

 

  • Vincent DENIS et Catherine DENYS (dir.), Polices d’Empires : XVIIIe-XIXe siècles, Rennes, PUR, 196 pages, 16€
Polices d'Empires, XVIIIe - XIXe siècles

De Buenos Aires à Sydney, en passant par Rio, Montréal, Bombay, Le Cap ou Batavia, du Suriname aux Indes néerlandaises, ce volume retrace l’histoire des forces de l’ordre des empires coloniaux européens, l’intense circulation des pratiques, des conceptions policières et des hommes au sein des empires. Loin d’être la projection des structures des polices métropolitaines, les polices des territoires coloniaux ont été des terrains d’expérimentation. À bien des égards, elles furent le laboratoire de la modernité policière.

 NB : Décidément, les programmes des concours (CAPES et AGRÉGATION d’histoire) auront permis un bond éditorial conséquent pour les études de l’ordre colonial… on ne peut que s’en réjouir

  • Cédric NEVEU, La Gestapo en Moselle. Une police au cœur de la répression nazie, Metz, éditions serpenoise, 2012, 303 pages, 24 €.

 La Gestapo en MoselleLe sait-on ou l’oublie-t-on, le terme Gestapo (contraction de Geheime Staatpolizei / police secrète d’état) est devenue une métonymie servant à désigner les services répressifs allemands alors même que la « Gestapo » 1/ n’est qu’une des branches de l’appareil répressif nazi regroupé dans le RSHA 2/ n’a pas opéré en France puisque ce service ne concernait que la répression en Allemagne. De Gestapo, en France, il n’y eut donc point… sauf dans les départements rattachés au Reich dont la Moselle (et les départements alsaciens). Laurent Thiery dans sa thèse sur l’appareil répressif allemand en zone rattachée à Bruxelles (les départements du Nord et du Pas de Calais) a montré que sous le terme de « Gestapo » on mélangeait tout : la Feldgendarmerie, la Geheime Feldpolizei, la SIPO (Sicherheit polizei / service se sûreté), la Kripo (Kriminal Polizei / police judiciaire…) sans parler de l’Abwehr qui possédait aussi ses propres services. Or tous ces services ont leurs propres méthodes, missions, intérêts ! L’oublier donne à voir une bouillie bien peu scientifique (voir les fiches, conseils, bibliographies du concours de la Résistance de l’an dernier dont le sujet était justement la répression…)

C’est donc à bon droit que Cédric Neveu emploie l’acronyme et son étude nous permet de découvrir le personnel, les unités, les missions, les méthodes de la réelle Gestapo dans une situation et une région particulières. C’est dire que ce livre est important pour les chercheurs et lecteurs soucieux de précision autant que de connaître la situation bien oubliée à la Libération, de la Moselle et des Mosellans sous l’Occupation…

Un livre, une recherche qui s’inscrivent dans le renouveau — fondé sur la révolution documentaire que permet l’ouverture des archives de la répression — d’une histoire de l’occupation qui tournait largement en rond depuis longtemps.

  • Histoire et Patrimoine des Gendarmes

Le 4enuméro de cette revue de la Société nationale d’histoire et du patrimoine de la gendarmerie est paru. En voici le sommaire avec notamment un dossier sur la gendarmerie dans les banlieues.

 Table des matières :

Histoire et patrimoine de la Gendarmerie

Edito

Actualités

Articles du général Philippot.

Il y a…

– Benoît Haberbusch (capitaine), « Il y a 100 ans, le crime d’Angerville ».

– Sébastien Horner (garde), « Le MDL-Chef Roland Perrichon, un héros très discret ».

Dossier : Les gendarmes en banlieues

– Laurent Lopez (doctorant) «Gendarmes et policiers de la banlieue à la Belle Epoque».

– Benoît Haberbusch (capitaine), « Une force méconnue, la gendarmerie de la banlieue dans les années 1920 ».

– Jean Florek (adjudant er), « Souvenirs d’un gendarme « “banlieusard ” (1960-1988)».

– Georges Philippot (général), « La gendarmerie exclue des banlieues ? ».

Recherche

– Arnaud Blondet, « La naissance d’une unité militaire prestigieuse : les grenadiers de la gendarmerie. 15 mai 1791 – 14 mars 1793 »

– J’y étais… au Levant en 1941

– Ronan l’Héréec (AGIV), « A la rencontre de Roland Samson, fils de gendarme au Levant ».

Rédaction, « Avant première, une BD sur l’histoire de la gendarmerie »

Symbolique

– Richard Filmotte (lieutenant), « Le fanion, la marque d’un héritage »

Patrimoine

– Georges Philippot (général), « la remise du drapeau de la 7e LGM au panthéon des pavillons à Vincennes ».

Histoire

– Jean-Louis Jouffroy, « La réforme inachevée de la gendarmerie de Georges Clemenceau et du général Mordacq »

Lectures

  • La Gendarmerie : de la Guerre de 100 ans au 1er Empire

 

La Gendarmerie en Bande Dessinée

L’administration pénitentiaire l’avait déjà fait pour la formation de ses personnels, les gendarmes s’y sont mis : voici donc 5 siècles d’histoire de la Maréchaussée et de la Gendarmerie en BD.

Une démarche de vulgarisation intéressante.

 

2 – Séminaires, journées d’études…

C’est avec un grand retard, mais toujours le même plaisir que je vous communique ci-dessous :

1/ le programme du séminaire essentiel de Jean-Noël LUC pour 2012-2013

2/ la liste des travaux en cours ou réalisés ces derniers temps par les étudiants de ce séminaire (voir les liens ci-dessous)

 

Séminaire Force publique, régulation sociale, sécurité intérieure et Défense XIXe-XXesiècles

(Université Paris IV-Sorbonne et Centre d’histoire du XIXe siècle, Universités Paris I et Paris IV)

Contact : Pr. Jean-Noël Luc – jnoel.luc@gmail.com

 Ce séminaire a d’abord été consacré à la seule histoire, longtemps négligée, de la gendarmerie, considérée comme un corps militaire particulier, une composante d’un système policier en interaction avec son environnement, un groupe social engagé dans un processus de professionnalisation, un réseau de représentations et l’archétype d’autres forces publiques organisées, depuis deux siècles, dans une quarantaine de pays.

 Faire l’histoire des gendarmes offre la possibilité d’étudier le fonctionnement de l’État sous un angle nouveau et de mieux comprendre comment s’inventent une militarité articulée sur la culture de service public, une police de proximité, un art de l’enquête, une technique du maintien de l’ordre et des participations originales aux opérations militaires et aux dispositifs de Défense. L’observatoire est irremplaçable, puisque, jusqu’à l’étatisation des polices municipales en 1941, la gendarmerie constitue dans les faits la seule « police nationale », si l’on considère que ce terme désigne une force publique de l’État présente sur tout le territoire

 Les progrès réalisés dans la recherche sur cette institution, comme la fécondité de la notion de système policier, ont conduit à élargir les travaux et les conférences à l’ensemble des forces de l’ordre – y compris dans des pays étrangers – civiles ou militaires, publiques ou privées, professionnelles ou informelles. On espère ainsi contribuer au décloisonnement de l’histoire de la gendarmerie comme de celle des polices civiles et à une meilleure compréhension du fonctionnement, des acteurs, des pratiques et des enjeux de la sécurité publique.

 

1/ Calendrier des séances thématiques

 

2/ Travaux en cours (2011-2012)

METIS - Renseignement

METIS – Groupe de recherche sur le renseignement

On sait les liens qui unissent police et renseignement (et réciproquement) c’est pourquoi le séminaire du groupe de recherche METIS qui entre dans sa 10esaison, intéresse au plus haut point les amis de la police.

En voici le programme :

 

Saison 10 (automne 2012) : Le renseignement en réseaux

Il n’a pas été besoin d’attendre les travaux del’éminent sociologue Manuel Castells – dont l’ouvrage La société en réseaux est paru en France en 1998 pour que l’on découvre l’importance de la notion de réseau en matière de renseignement. Que ce soit par les liens qu’il présume entre ses membres ou par l’information qu’il véhicule, cet”ensemble organisé dont les éléments sont répartis en divers points” (dictionnaire Larousse) paraît consubstantiel à l’activité de l’enseignement.

Pour sa 10e saison, METIS, fidèle à son approche interdisciplinaire, a donc choisi de porter son regard sur cette notion multidimensionnelle : réseau de résistants,réseaux terroristes, réseaux d’espions, réseaux de service collaborant entre eux,réseaux de machines, …

Quelle est la valeur d’un réseau ? Que sait-on de ses modes de fonctionnement ? Quelle robustesse offre-t-il ? Comment les professionnels de la sécurité appréhendent-ils un tel objet ? Comment se comparent les réseaux entre eux ?Telles sont quelques-unes des questions qu’il est proposé d’aborder à partir d’interventions de spécialistes et de responsables de la question réticulaire .

Voir le programme complet de la saison METIS

Informations pratiques :

À partir de 18h00 au 56 rue Jacob 75006 Paris (1er étage).

Inscription : metisseb@gmail.com

3 – Colloques…

Cette Lettre est hélas trop tardive pour annoncer des colloques et journées d’études importants qui se sont déroulés à Caen (Mémoriales), à Paris (LICRA) et qui concernaient souvent polices et forces de répression… Il n’est pas trop tard pour se reporter aux programmes sur l’internet.

Il est en revanche encore temps pour annoncer ce colloque qui regroupera un nombre important de chercheurs que l’on voit rarement en France

■ « CHANGER D’ÉCHELLE POUR RENOUVELER L’HISTOIRE DE LA SHOAH » (lien vers le site officiel)

Lire le programme complet

Ce colloque international, propose de confronter les approches de chercheurs qui, tous, abordent l’histoire des persécutions à partir d’un angle local en comparant les points de vue engagés par les terrains, les méthodes et les échelles adoptées. Circonscrire le terrain d’observation revient à penser en termes d’espace social mais l’échelle micro historique donne-t-elle la possibilité de relire autrement la trilogie bourreau-victime-témoin ?

De par les interrogations méthodologiques soulevées, places respectives du témoignage et de l’archive, cadres monographiques ou encore modes d’écriture spécifiques, ce colloque est susceptible d’intéresser bien au-delà du sujet spécifique –l’histoire de la Shoah- en portant la réflexion autour des conditions de production d’un savoir historiographique sur cette période.

Il s’agit de voir dans quelle mesure la comparaison s’avère fructueuse en organisant un dialogue entre les chercheurs travaillant sur les différentes aires géographiques touchées par la mise en œuvre de la Solution finale.

Trois journées avec trois lieux différents : le 5 décembre 2012 à l’ENS, salle Dussane, le 6 décembre au Mémorial de la Shoah (accès sur réservation), le 7 décembre aux Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine.

 

4 – colonial policing (suite)

Avec un article et un séminaire…

Jan Beek, ‘There should be no open doors in the police’: criminal investigations in northern Ghana as boundary work’, The Journal of Modern African Studies, vol 50, Decembre 2012, 551-572

The Journal of Modern African Studies / Volume50 / Issue04 / December 2012, pp 551-572

Table of Contents – December 2012 – Volume50, Issue04

 ABSTRACT

In criminal investigations by police officers in northern Ghana, the lines are fluid: civilians arrest suspects on their own, assuming the tasks of the police. Police officers are heavily influenced by civilians, often forming paid alliances with them. Yet such entanglements paradoxically enable state policing and integrate the police into society in a context of low resources and low legitimacy. Other practices limit and frame such transgressions. Using the concept of boundary work, this article analyses how actors maintain and negotiate the seemingly blurred distinction between state and society in West Africa.

Correspondence:Department of Anthropology and African Studies, Johannes Gutenberg University Mainz, 55099 Mainz, Germany. Email: beek@uni-mainz.de

 

Deuxième année du séminaire : “Circulations des cultures d’opposition : Mouvements politiques et sociaux en Afrique et Madagascar (années 60s-70s)“, séminaire animé par  Maria-Benedita Basto (Paris4/Ceaf), Françoise Blum (CHS), Pierre Guidi (Cemaf), Elikia M’Bokolo(Ceaf), Ophélie Rillon (Cemaf), a repris à partir du 18 octobre.

Le 20 décembre 2012, deux membres éminents du GEMPA, Camille Evrard (Cemaf) et Romain Tiquet (Humboldt universitat zu Berlin)interviennent sur : “La mise en place d’une coopération française de sécurité et de défense en Afrique de l’Ouest : carrières et itinéraires croisés dans la police et l’armée à travers les Indépendances”.

Planning : Les trois années de ce séminaire sont conçues comme préparatoires à un  colloque international qui se tiendra fin 2013 ou début 2014.
Le séminaire a lieu le jeudi, une fois par mois, de 17h30 à 19h30, au CHS, 9 rue Malher 75004
Paris – 6e étage – Bibliothèque. Il est ouvert à toutes et tous.
Contact : fblum@univ-paris1.fr

5 – Soutenant de thèse

« Les Francs-tireurs et partisans (FTP) face à la répression. Une autre approche de l’histoire de la Résistance »

Franck Liaigre soutiendra sa thèse (où, on l’aura deviné, il est beaucoup question de police et encore plus d’archives de police) le mercredi 19 décembre à 14h à la préfecture de Police (le projet initial était d’organiser symboliquement la soutenance aux Archives de la PP, mais pour cause de relogement des services du commissariat du 13e arrondissement après incendie, la soutenance aura lieu dans la salle dite « des 167 », 3 rue de Lutèce 75004 (accès direct par l’extérieur, côté place Louis Lépine, à partir de 13h45) .

Le jury sera composé de Robert Belot, Sébastien Laurent, René Lévy, Olivier Wieviorka et Jean-Marc Berlière (directeur)

6 – Quelques lectures, sites web et recherches…

Emmanuel de Chambost, dont l’ouvrage sur La direction du PCF dans la clandestinité(Les Cyclistes du Hurepoix) montrait les belles dispositions d’historien, a terminé une longue recherche sur un sujet qui en dépit de son apparente austérité et confidentialité, s’avère sensible et exemplaire puisqu’il touche à la collaboration économique et technique et leurs enjeux dont on parle peu et souvent trop vite :

La radioélectricité en France sous l’Occupation(L’Harmattan)passe au microscope l’histoire de la Cie générale de télégraphie sans fil qui devait devenir le groupe Thalès : vous voyez sans doute mieux l’intérêt de la chose. Quoique la police n’en soit pas totalement absente, soyons franc, elle n’est pas le sujet principal d’un livre dont on pourra découvrir les « rushes » et les « chutes » à l’adresse suivante :

http://siteedc.edechambost.net/CSF/Histoire_CSF_occupation.html

Par ailleurs, E. de Chambost, ingénieur–historien-curieux et sans tabou, s’est intéressé à diverses questions (Paxton et ses contradictions, la famine en Ukraine en 1932-33, Guy Môquet…) que l’on trouvera développées sur son site que je recommande et qu’on lira toujours avec intérêt.

La radioelectricité sous l'occupation

PUB !

Les éditions Vendémiaires animées par Véronique Sales et Carl Aderhold publient des travaux novateurs et parfois iconoclastes, mais toujours bienvenus, mais aussi quelques textes importants et oubliés.

Parmi ces derniers, je souhaiterais attirer l’attention sur le texte d’un des survivants de la révolte de Treblinka, publié et diffusé clandestinement dès 1944 dans les conditions que l’on imagine :

  • Jankiel WIERNIK, Une Année à Treblinka, Vendémiaire, 2012, 190 pages, 17€.

Ce témoignage est accompagné d’une préface et d’une postface due à Jean-Louis Panné qui fait un point intéressant sur ces auteurs et livres à la mode (Littel, Haenel, Sigot, Binet…) qui reprennent (plagient ?) des textes authentiques, réécrivent des épisodes et faits réels tout en les falsifiant au nom de la liberté de l’écrivain…

Un texte qui complète son Jan Karski, le « roman » et l’histoire(Pascal Galodé éditeur, 2010, 187 pages, 17,90€) qui soulignait les dérives du livre de Y. Haenel.

  •  Jorge SEMPRUN, Le Fer rouge de la mémoire, Gallimard, Quarto, 2012, 1184 pages, 25€.

Et puis en parlant de roman, d’histoire et de Jean-Louis Panné, signalons l’excellente réédition par Gallimard (collection Quarto) de cinq ouvrages (plus des textes divers, préfaces, articles… pas toujours facilement trouvables et enfin regroupés dans un même volume à prix attractif) essentiels de Jorge Semprun, le tout accompagnée d’un appareil critique (notes, présentations, études…) remarquable. Une lecture indispensable pour qui s’intéresse à l’histoire, à la mémoire, au témoignage…

  • Le site CRIMINOCORPUS essentiel pour tous ceux qui s’intéressent aux questions de justice, prison, police… fait peau neuve.

Nous en reparlerons dans la prochaineLettre.

7 – Archives

Déménagement des fonds des AN de Paris vers Pierrefitte (rappel)

Le transfert qui durera 24 mois se traduira par une immobilisation « roulante » des fonds.

Les fonds « Intérieur/Justice » qui intéressent au premier chef les « amis de la police » sont touchés depuis début septembre (séries AA, BB…), les séries F7, Z6… le seront de début décembre 2012 à fin février 2013.

Songez-y…


Vous aimerez aussi...