Clichés tsiganes, entre romantisme et stéréotypes

Le Musée national de l’histoire de l’immigration interroge la représentation des Tsiganes par la photographie entre 1860 et 1980.

L’installation de Mathieu Pernot sur les photographies d’une famille gitane, Les Gorgan, 1995-2015, complète l’exposition.

L’exposition « Mondes tsiganes, une histoire photographique, 1860-1980 » révèle comment, dès son invention, la photographie contribue à construire une représentation stéréotypée et fantasmée de ce sujet iconique par excellence. Le médium prêtant alors main-forte aux anthropologues, aux observateurs scientifiques ou autoritaires étudiant les caractéristiques physiques de cette communauté, souvent dans le but de faire ressortir un « type gitan ».Ainsi des clichés de Bohémiens face/profil ou soulignant le côté folklorique du gitan danseur, guitariste pris à la fin du XIXe siècle par le prince Roland Bonaparte ou encore par l’anthropologue Eugène Pittard détourant les visages pour mieux en souligner les traits. Des images dont s’emparera la raciologie radicale pour légitimer leur discrimination.Roulottes, caravanes, tentes font partie de cette iconographie romantique de l’errance et du vagabondage qui attire le regard des photographes. Contre quelques piécettes, amateurs ou professionnels saisissent…

Pour en savoir plus et lire la vidéo :

Clichés tsiganes, entre romantisme et stéréotypes – YouTube

VIDEO – Clichés tsiganes, entre romantisme et stéréotypes – La Croix

VIDEO – La saga des Gorgan par Mathieu Pernot – La Croix


Vous aimerez aussi...