61 – Portrait du jour : Jeanne Faivre d’Arcier, l’auteure du roman noir « Les Encombrants »

« … Et je continue à lire. Comme une dingue. Je découvre la Terreur anglo-saxonne, un genre très en vogue dans les années 80/90, avec Stephen King, Masterton, Peter Straub, Dean Koontz, etc. Ces gens-là me « parlent ». Autant que Zola, Maupassant, Flaubert, Proust, Henry Miller, Kafka, Freud, Schnitlzer, Stefan Sweig ou Pavese, quand j’étais plus jeune, mais qui aurait le culot de prétendre rivaliser avec des monuments de la littérature mondiale ? Pas moi. Alors que le jour où je tombe sur Anne Rice et son » Entretien avec les vampires » je me dis : « Les vampires, c’est ça le truc que je cherchais depuis un bon bout de temps ! » … »

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son soixantième et unième Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du blog reçoit  Jeanne Faivre d’Arcier, une romancière de l’imaginaire … qui nous dresse un portrait fort sympathique à l’intention de nos  lecteurs … D’autant plus que nous aimons les vampires à Criminocorpus ! Ph.P.

 Biographie de Jeanne FAIVRE D’ARCIER

Lettres Classiques et diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Chasseur de têtes en parallèle avec une activité d’écrivain que je mène maintenant à plein temps depuis dix ans. Auteur de dix sept romans. Romancière de l’Imaginaire avec une thématique fantastique, roman noir et jeunesse.

Prix Ozone 1998, Grand Prix de l’Imaginaire 2001, Prix de la ville de Gujan-Mestras 2016.

Membre de la Société des Gens de Lettres, du syndicat des écrivains de Langue Française et de la Charte des auteurs jeunesse.

______________________________________________________________________________________

« « Les encombrants », mon dernier roman noir, se déroule à Pigalle où j’ai posé mes valises en 1989. Il fourmille d’anecdotes vécues ou vues de mon balcon. Dans ce quartier interlope où se mêlent des tenancières de bars au nom imagé comme « La Chatte Blonde », des intellos déjantés, des paumés fracassés, des mythomanes flamboyants, des bobos friqués et de vrais artistes comme Josiane Balasko qui est ma voisine, l’aventure est au coin de la rue. On sort promener son chien et l’on discute croquettes et toilettage avec des dames de petite vertu et des truands… qui eux aussi, ont un compagnon à quatre pattes. Ce sont les voisins, voilà tout. Au même titre que le boulanger et le barman du troquet où l’on boit son petit noir le matin. Donc rien d’étonnant à ce qu’il y ait dans ce polar un homosexuel quinquagénaire aux yeux faits au khôl qui fouille les poubelles en caleçon à fleurs, marcel et charentaises et qui trouve un bébé de trois mois dans un buffet posé sur le trottoir à destination des « encombrants », le service de la mairie auquel les gens confient tous les nanars dont ils ne veulent plus : téloches cassées, frigos hors d’usage, buffets boiteux, vioques séniles, trisomiques, enfants abandonnés. Et bien sûr, dans cette histoire, il y aussi de faux gentils et des vrais méchants, des sadiques et des menteurs, des tueurs et une femme flic au grand cœur même si elle est plus préoccupée de sa propre identité sexuelle que de ses enquêtes : Pigalle, sera toujours Pigalle et un roman noir, c’est un roman noir !

Jeanne FAIVRE D’ARCIER 2012

Je suis née un 31 août, une date fatale, c’est le jour de la mort de Baudelaire. Laquelle date a dû exercer une influence occulte sur moi car j’ai commencé à écrire des petits poèmes à l’âge de sept, huit ans… Je plaisante : mes gribouillis n’avaient aucune valeur. En revanche, j’ai lu très tôt et très jeune. Fille unique, couvée par une mère sévère et un tantinet abusive, je n’avais d’autres copains que mes bouquins alors que les gosses de mon immeuble parisien jouaient à la marelle ou se chamaillaient dans la cour. Cette solitude subie a été une chance en vérité : je raflais toujours les meilleures notes à l’école en français et en histoire ! Une prof m’a dit en troisième après avoir lu une de mes compositions françaises : « Vous, vous serez romancière plus tard. »Je l’ai regardée, les yeux ronds en me disant qu’elle était cinglée. Mais j’ai quand même choisi de faire deux années de Lettres Classiques avant d’être reçue à Science Po Paris. Et rebelote en dernière année à l’Institut d’Etudes Politiques quand, à l’occasion de la notation d’un mémoire sur les femmes paysannes, un enseignant me lâche : « « C’est vachement bien écrit, votre truc, Jeanne ! » Et là je me dis qu’en fait de truc, oui, il y en a réellement un, de truc. Et que je n’en ai rien à cirer des agricultrices que j’ai interviewées en parcourant la Bretagne en stop, mon petit magnétophone dans mon sac à dos. Ce qui m’intéresse c’est d’écrire mes propres histoires, je le pige tout à coup.

Suit un premier livre, publié chez Flammarion, un texte court et violent sur l’anorexie dont j’ai été atteinte entre 18 et 25 ans. Aujourd’hui on classerait ça en autofiction, à l’époque, l’éditrice a rangé le livre dans la catégorie « récit » .

 « La Ceinture »  obtient un succès d’estime. Suivent des tentatives que je qualifierai « d’ovnis et même de catastrophes littéraires ». Des mélanges désastreux entre l’autofiction et le roman noir. Ecrire des polars était mon ambition de départ quand je me suis mise au boulot. Mais à trop flirter avec les genres, ces machins qui n’étaient ni des romans noirs ni des récits autobiographiques n’ont pas trouvé preneur.

J’arrête d’écrire, en pleine dépression, lorsqu’après avoir été en lecture huit mois chez Grasset avec de bonnes chances de publication, l’un de ces romans est refusé à une voix près par le comité de lecture.

Je m’investis dans mon métier de chasseur de têtes. Je travaille avec les PDG des parfums Dior, de Chanel, de Vuitton, de grands labos pharmaceutiques. La réussite ne me monte pas à la tête mais elle compense la douleur de la blessure littéraire.

Et je continue à lire. Comme une dingue. Je découvre la Terreur anglo-saxonne, un genre très en vogue dans les années 80/90, avec Stephen King, Masterton, Peter Straub, Dean Koontz, etc. Ces gens-là me « parlent ». Autant que Zola, Maupassant, Flaubert, Proust, Henry Miller, Kafka, Freud, Schnitlzer, Stefan Sweig ou Pavese, quand j’étais plus jeune, mais qui aurait le culot de prétendre rivaliser avec des monuments de la littérature mondiale ? Pas moi. Alors que le jour où je tombe sur Anne Rice et son  « Entretien avec les vampires » je me dis : « Les vampires, c’est ça le truc que je cherchais depuis un bon bout de temps ! « .

Je rédige « Rouge flamenco : Biographie d’une vampire » et dans la foulée « La déesse écarlate« , l’histoire de deux femmes vampires, dont l’une est une danseuse de flamenco, en clin d’œil au « Carmen » de Bizet et de Mérimée ; et la deuxième la mère des vampires hindous, en détournement des grands mythes hindouistes qui sont sanglants, poétiques et cocasses et peuvent se lire comme « Blanche Neige et les Sept Nains », indépendamment de leur contenu religieux dont je ne sais rien. Ces deux livres de vampires ont eu une destinée incroyable avec cinq éditions différentes : en grand format chez Manya, puis en poche chez Pocket Terreur, puis une réédition en grand format chez Bragelonne sous la forme d’un opus appelé « L’Opéra macabre – l’intégrale » puis une édition numérique, et enfin une traduction en Allemagne chez Heyne, un grand éditeur allemand type Hachette. Cela fait donc plus de vingt ans que les gens les lisent. Ils sont devenus des classiques du genre en quelque sorte.

Après avoir passé cinq ans à travailler sur les vampires et à imaginer des scènes de morsure – « « L’ai-je bien mordu(e)? » « Comment vais-je la (le)mordre ce coup-ci ? » -, j’ai été saoulée et j’ai eu besoin de changer de registre.

J’ai publié un roman historique chez Belfond  « La Brûlure du péché »

Après avoir obtenu le grand prix de l’Imaginaire en 2001 pour une novella parue chez Flammarion dans une anthologie fantastique ( « Monsieur Boum-Boum »  in Cosmic Erotica), je me suis mise sérieusement au polar. Certains se déroulent sur le bassin d’Arcachon où je vis une grande partie de l’année, d’autres à Paris, ma ville natale.

Comme j’avais promis de faire une trilogie sur les vampires et que j’avais laissé mon lectorat fan de ce genre se morfondre près de dix ans (hou la vilaine !) j’ai enfin écrit « Le dernier vampire » que Bragelonne a publié en 2012.

J’écris aussi, avec un grand bonheur, pour la jeunesse. Chez Syros Nathan d’abord, dans la collection « Souris Noire » où mes petits polars pour les 9/12 ans se déroulant sur le bassin d’Arcachon sont très lus, sans cesse réédités et prescrits en milieu scolaire ; j’interviens régulièrement dans les écoles pour animer des ateliers d’écriture polar. Et chez Castelmore, la collection jeunesse de Bragelonne qui a publié ma petite série en deux romans sur Bordeaux avec des jumeaux télépathes de quinze ans qui font des voyages temporels, deux flics du SRPJ de Bordeaux, un chien de guerre géant de 140 kilos la mauviette, et bien sûr un vampire ( on ne se refait pas !)

En cours d’écriture : un roman noir pour les adultes.

En projet : des romans jeunesse »