62 – Portrait du jour : Patrick Nieto, officier de police et auteur de polars

« … Dans mon deuxième opus intitulé Funestes randonnées, qui relate la traque d’un tueur en série chassant ses proies sur les chemins de randonnée du Sud-Ouest, il est question des problèmes psychiatriques que rencontrent certains criminels. Il n’est, bien entendu, pas question d’excuser mon assassin, mais il m’a paru intéressant de dépeindre un tel personnage, conscient de son hyper violence, qui éprouve une souffrance insupportable à l’idée de ne pas réussir à se maîtriser mais jouit tout de même de ses crimes. De tels meurtriers existent. Pourtant, même lorsqu’ils se retrouvent incarcérés, ils refusent pour la plupart l’aide de la part de professionnels de santé et vivent dans une insécurité mentale quasi permanente… »

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son soixante deuxième Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du blog reçoit Patrick Nieto l’auteur de Funestes randonnées

Après un premier polar remarqué Toutes taxes comprises , huis-clos politique, Patrick Nieto nous lance sur les traces d’un serial killer qui chasse ses proies sur les chemins de randonnées du Sud-Ouest, un thriller psychologique.

Bienvenue Patrick sur le blog d’informations du site Criminocorpus.

Originaire de Bordeaux, Patrick NIETO, 55 ans, exerce comme commandant de police en région parisienne. Ses 30 années passées dans le domaine de l’investigation judiciaire lui ont permis d’acquérir une approche très fine des pratiques en vigueur dans son métier ainsi que des hommes et des femmes gravitant dans le milieu policier. Passionné de littérature asiatique et de polars, il est venu à l’écriture sur le tard.

« J’ai commencé ma carrière au milieu des années quatre-vingt dans un commissariat de sécurité publique de la banlieue parisienne où pendant plus d’une décennie j’ai traité ce que l’on appelle des affaires de petite et moyenne délinquance, c’est-à-dire celles qui empoisonnent la vie des gens au quotidien. J’ai côtoyé des voleurs, des escrocs, des drogués, des trafiquants, des individus violents… mais aussi la mort violente sous toutes ses formes, que ce soit des suicidés, des accidentés ou bien des personnes assassinées. À un moment de ma carrière, j’ai choisi une affectation à l’inspection générale de la police nationale où j’ai pu observer d’autres facettes de mon métier. J’y ai quotidiennement croisé des collègues extraordinaires de dévouement envers la population, mais également d’autres, peu nombreux mais ô combien visibles, dont le comportement ternit l’image de l’institution.

Toutes ces années au cours desquelles j’ai rencontré une multitude de situations et de gens m’ont amené à m’interroger sur certains problèmes de société. Peu à peu, l’idée de partager mes expériences et mes réflexions en racontant des fictions a germé dans mon esprit. Je disposais de la matière, j’avais toujours aimé écrire, alors pourquoi ne pas se lancer un polar ? Ce n’est qu’en 2014 que je me suis décidé à franchir le pas. C’est donc mon expérience professionnelle qui nourrit aujourd’hui mon écriture et à travers mes livres je n’ai pour seule ambition que de distraire les lecteurs.

L’intérêt du polar, pour moi, réside dans le fait que, bien souvent, sa lecture peut se faire à plusieurs niveaux. À travers une intrigue policière distrayante ; le polar offre la possibilité d’aborder des thématiques intéressantes. Et c’est ce qui fait toute sa richesse.

Ainsi, dans Toutes taxes comprises, paru aux Editions Cairn dans la Collection Du Noir au Sud, j’ai évoqué à travers des crimes commis sur fond d’escroquerie à la taxe carbone, la problématique de l’emballement des machines judiciaires et médiatiques dans certaines enquêtes, qui peut parfois aboutir à l’erreur judiciaire. Tout le monde garde en mémoire l’affaire d’Outreau par exemple.

Dans mon deuxième opus intitulé Funestes randonnées, qui relate la traque d’un tueur en série chassant ses proies sur les chemins de randonnée du Sud-Ouest, il est question des problèmes psychiatriques que rencontrent certains criminels. Il n’est, bien entendu, pas question d’excuser mon assassin, mais il m’a paru intéressant de dépeindre un tel personnage, conscient de son hyper violence, qui éprouve une souffrance insupportable à l’idée de ne pas réussir à se maîtriser mais jouit tout de même de ses crimes. De tels meurtriers existent. Pourtant, même lorsqu’ils se retrouvent incarcérés, ils refusent pour la plupart l’aide de la part de professionnels de santé et vivent dans une insécurité mentale quasi permanente.

Enfin, si mes intrigues sont ancrées dans le paysage occitan, c’est parce que cette région que je connais bien m’est particulièrement chère.

Rencontre avec Patrick Nieto – Toutes taxes comprises