Les camps de réfugiés, un devoir de mémoire

Camp d’internement de Rivesaltes• Crédits : Krishna Naudin

Zaatari, Tabanovce, Calais, Malakasa… Les traces des camps de réfugiés sont peu nombreuses. Les témoignages écrits et oraux des migrants sont les seules sources d’information pour les anthropologues et les historiens. Existent-ils d’autres formes de mémoires ? Comment sont-elles exploitées ?

Depuis 1920, les camps de réfugiés se sont multipliés de manière exponentielle dans les Balkans et au Proche-Orient. Protéiformes, ils évoluent et mutent en fonction du rythme d’arrivée et de départ des populations. L’aspect provisoire d’un camp complique sa conservation. Objets abandonnés sur place, productions artistiques, transmission générationnelle… Autant de sources que les anthropologues et les historiens utilisent pour mener un travail archéologique sur le long terme…

Les camps de réfugiés, un devoir de mémoire

14.05.2018 (MIS À JOUR LE 15/05/2018 À 10:17)

Pour en savoir plus et écouter le document sonore  Les camps de réfugiés, un devoir de mémoire – France Culture


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.