Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie) 2012/12

Chers amis,

Pour me faire pardonner 6 mois de silence, voici la 2eLettre en deux semaines 

Rassurez-vous ou abandonnez vos illusions ( ?) ces rythmes inhabituels vont laisser place à une diffusion normale (disons « mensuelle » dans le meilleur des cas…)

Mais un certain nombre d’annonces ne pouvaient pas attendre et d’abord celle-ci :

Nous n’avons jamais caché l’empathie et les affinités électives qui nous rapprochaient du site CRIMINOCORPUS et de l’équipe qui l’anime …

C’est donc tout à fait logiquement que nous avons, en commun accord avec le comité de rédaction du site de référence pour tout ce qui touche l’histoire (au sens le plus large de l’acception) de la Justice, décidé de déménager le blog / Politeia qui prolonge et archive les Lettres aux amis sur le site de Criminocorpus.

Vous trouverez tous les détails techniques et le lien dans la Lettre de janvier ainsi que les nouveautés de Criminocorpus.

Bonnes fêtes de fin d’année (des idées de cadeaux originaux à la fin de cette Lettre) et à l’année prochaine

Jean-Marc BERLIERE,

Professeur émérite de l’Université de Bourgogne

 

 

 Deux nouvelles importantes :

 

A/ Avant la migration vers Criminocorpus… (encore en cours et expérimentale…) le blog  / Politeia change d’adresse :

L’hébergeur Overblog étant devenu trop petit pour accueillir, gérer, stocker les très longues Lettres… voici la nouvelle adresse du site Politeia qui publie la Lettre aux amis de la police et de la gendarmerie, en archive les anciens numéros et en assure les transitions par temps de carence pour les nouvelles  !

Les archives du Blog Politeia seront encore disponibles sur Overblog pendant quelques semaines (voire quelques mois) avant de les retrouver au complet sur le nouveau site.

http://politeiablog.jimdo.com/

B/ Un outil indispensable ***

Vous en avez rêvé, Édouard Ebel, Ronan L’Héréec, Jean-Noël Luc l’ont fait !

La nouvelle Bibliographie en ligne sur l’histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie

 http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Bibliographie-de-l-histoire-de-la.html

2415 titres ! C’est le résultat de l’inventaire des publications et des travaux universitaires consacrés, exclusivement ou principalement, à l’histoire de la gendarmerie. Un tel chiffre n’aurait pas été atteint sans le recensement de l’abondante production de l’ego-histoire et des érudits locaux sur les grandes figures de l’arme et sa participation à des événements glorieux ou sensationnels. Même lorsqu’ils n’apportent pas d’informations nouvelles, ces récits constituent une documentation utile pour l’histoire des représentations.

Cette bibliographie propose un classement chrono-thématique des références et une récapitulation par ordre alphabétique des auteurs. Deux entorses ont été faites aux règles habituelles pour faciliter l’information des utilisateurs. Quelques sources imprimées (souvenirs et « historiques » de l’arme), signalées par un astérisque, ont été ajoutées aux études proprement dites. Les travaux universitaires ont été distingués des autres titres pour donner plus de visibilité à l’état de la recherche.

 Six ans après la publication du Guide de recherche sur l’histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie, le Service historique de la Défense a voulu mettre un nouvel instrument de travail à la disposition de celles et de ceux qui s’intéressent au destin des soldats de la loi.

1 – Des livres, des articles…

 

Diane ROUSSEL, Violences et Passions dans le Paris de la Renaissance, Champ Vallon, 2012, 392 pages, 28€

Couverture du livre Capitale politique du royaume de France, monstre démographique et chaudron social sans cesse bouillonnant, Paris est-elle également la capitale du crime ? Cela ne fait aucun doute pour les chroniqueurs de la Renaissance, persuadés de voir proliférer le crime organisé à l’intérieur des murailles de la ville… (suite à lire sur criminocorpus)
http://criminocorpus.hypotheses.org/?p=5467

Un ouvrage qui évoque la police de Paris d’avant 1667, ce n’est pas si fréquent…

 

 

 

 

 

 

Paul THUEUX, Mensonges, rumeurs et silences. L’un des premiers résistants témoigne, Avant-propos de Jean-Marc Berlière, éditions CERN 95, 2012, 231p., 15 €

[Pour se procurer le livre deux solutions :

un mél à l’adresse cern95@gmail.com

ou un courrier à
JP Dubreuil / CERN
156 rue Jules César 83200 Toulon
avec un chèque de 15€ à l’ordre du centre études René-Nodot]

 

https://sites.google.com/site/paulthueuxresisantdeporte/

 

Juillet 1940, de jeunes (très jeunes) gens de Pontoise et Saint-Ouen-L’aumône, récupèrent et cachent les armes abandonnées par l’armée française en retraite.

Pour quel usage ? Ils l’ignorent, mais ils espèrent qu’un jour les Anglais viendront aider les Français à se défaire du joug et de l’occupation allemands.

Ces jeunes, catholiques, issus de la Jeunesse de l’Empire français, de mouvements scouts ou chrétiens, attendent en vain des adultes, de leurs aînés curieusement passifs dans cette protohistoire de la Résistance passée aux oubliettes, un encadrement, des conseils, une direction…

De façon informelle, ils s’agrègent comme ils le peuvent à un mouvement — les « cadets de France — fondé début 1941 par un responsable du mouvement scout…

La catastrophe survient en décembre 1941 quand ils tombent victimes d’une provocation montée par le Groupe 610 de la GFP. Après de longues filatures effectuées par une équipe de policiers de la Brigade spéciale criminelle de la PJ parisienne (le « 36 » quai des Orfèvres lui-même) ils sont arrêtés, jugés, début 1942, par un tribunal militaire allemand qui prononce des condamnations à mort et des peines de prison très diversifiées (mais qui s’avéreront souvent mortelles : les emprisonnés étant soit fusillés comme otages à la suite des attentats des FTP du printemps 42, soit déportés).

En 1945, un seul des jeunes du « groupe de Pontoise », Paul Thueux, revient des camps. Il a la douloureuse surprise de voir que tout le monde l’évite… Puis la rumeur se développe : des bruits, des ragots de trahison de la part des « FFS » (forces françaises de septembre) étrangement absents à l’époque des faits, mais très en vue en août-septembre 1944, après la bataille quand il n’y a plus que les médailles, les postes, les honneurs à récolter .

Et puis un long silence : comment parler de ces jeunes plutôt conservateurs, chrétiens, issus des classes moyennes, qui ont résisté avant les adultes, avant les « propriétaires » de l’antifascisme et leur ont quelque part donné une leçon de patriotisme et d’engagement qu’ils ont payé du prix le plus fort ? Aucun parti ne leur édifiera un « monument », Aragon était indisponible, Guy Môquet occupait tout le terrain… Aucun président ne citera leur sacrifice ou leurs dernières lettres…

Le CERN 95 a décidé de faire quelque chose pour sortir de ces pesanteurs, des calomnies et des silences complices. Il a aidé Paul Thueux, le survivant, exclu de toutes les commémorations, ostracisé, qui porte depuis près de 70 ans au cœur cette blessure ouverte, à rédiger ces mémoires qui retracent l’action de ces jeunes gens, puis leur calvaire (sa déportation, les prisons, les camps…).

Un témoignage fort qui pose par ailleurs le problème de l’usage et de la compréhension des rapports de police…

L’Histoire peut aussi servir à redresser des torts et des erreurs…

 

 

Le livre de Stéphane Lemercier, Victimes du devoir, les policier français morts en service, (cf la Lettre 2011/09) est en vente au prix de 11 € au lieu de 22 € pendant tout le mois de décembre. À commander sur le site www.editionsduprevot.com

 

 

 

2. séminaires, Colloques, journées d’études…

 

Rappels

 

Gendarmeries, polices et société (XIXe-XXIe siècles)

Maintien de l’ordre, régulation sociale, sécurité intérieure et Défense

I – Séminaire de l’Université Paris—Sorbonne(Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris I – Paris IV) Automne 2012

Professeur Jean-Noël LUC – Arnaud-Dominique HOUTE, maître de conférences

jnoel.luc@gmail.comarnaudhoute@aol.com

Maison de la recherche (28 rue Serpente, Paris VIe – mardi 17h-19h, salle D 323.)

 

4 décembre – L’attentat

Les attentats politiques et l’émergence de nouvelles préoccupations sécuritaires au XIXe siècle (Karine Salomé, docteur en histoire, Centre d’histoire du XIXe siècle)

 

11 décembre – L’exportation du modèle gendarmique français

La création des gendarmes russes et la surveillance des étrangers sous Nicolas Ier, 1825-1855 (Véra Milchina, directeur d’études, Université russe des sciences humaines, Moscou)

 

18 décembre – Des acteurs méconnus de l’histoire de la sécurité publique

Les sapeurs-pompiers de Paris, de leur création, en 1811, à la fin des années 1930

(major Didier Rolland, historien des Sapeurs-pompiers de Paris)

 

 

METIS

METIS – Le renseignement et les sociétés démocratiques (séminaire de recherche)

Saison 10 (automne 2012) : Le renseignement en réseaux

 

Programme des prochaines séances :

 – Lundi 10 décembre 2012 17h30 : Sébastien ALBERTELLI, historien, « Le BCRA : morphologie d’un réseau pendant la Seconde Guerre mondiale »

– Lundi 14 janvier 2013 17h30 : Jean-François CLAIR, inspecteur général de la police nationale, ancien directeur adjoint de la DST : « Réseaux d’espions et réseaux terroristes, ressemblances et dissemblances »

 Informations pratiques

À partir de 18h00 au 56 rue Jacob 75006 Paris (1er étage).

Inscription : metisseb@gmail.com

 

 

Au Stade de France (sic) du 12 au 14/12 

Le forum sur la sécurité urbaine organise sa 5e conférence annuelle

“Sécurité, démocratie et villes :
le futur de la prévention”

12, 13 et 14 décembre 2012 
Stade de France
Aubervilliers et Saint-Denis 

Date limite d’inscription 5 décembre 2012

 


Efus 2012 conference

“Security, Democracy and Cities : The Future of Prevention”

12, 13 and 14 December 2012
Stade de France
Aubervilliers and Saint-Denis (France)

Registration deadline: 5 December

D-13 before the opening of the fifth international and interdisciplinary conference of the European Forum for Urban Security (Efus), organised in partnership with the cities of Aubervilliers and Saint-Denis (France).

Plenary Session: Citizenship, prevention and governance

Thursday 13 December, 2pm-3pm
Speakers:

  • Ms Evelyne BAILLERGEAU, Senior research fellow CREMIS/University of Montreal and at the University of Amsterdam
  • Mr. Irvin WALLER, Professor of Criminology at the University of Ottawa, Canada
  • Ms Gilda FARRELL, Head of the Social Cohesion, Research and Anticipation Division, Council of Europe
  • Mr. Anton ABELE, Member of Parliament, Sweden

Some 20 themeswill be addressed through workshops, roundtables and field visits. Below is the list of speakers who will intervene on: Citizenship, prevention and governance, Safety audits, programmes and evaluation, Using technologies for prevention, Public-private partnerships, Interaction between the local, regional and national levels, Violence at school and school dropout.  Safety audits, programmes and evaluation Wednesday 12 December, 4.30pm-6.30pm

In partnership with the German Forum for Urban Security (DEFUS)

  • Chairperson: Ms Claudia HEINZELMANN, Executive Director, DEFUS
  • Moderator: Mr. Frederick GROEGER-ROTH, Advisor, Prevention Committee of Lower Saxony, Germany

Speakers:

  • Ms Valeria FERRARIS, Professor, member of the board of Amapola, Italy
  • Mr. Dieter HERMANN, Professor of criminology, University of Heidelberg, Germany
  • Ms. Ille LAMBRECHT, Internal evaluator, Oostende, Belgium
  • Mr. Daniel SANSFACON, Executive Director, National Centre for the Prevention of Crime (CNPC), Canada
  • Mr. Tillmann SCHULZE, Ernst Basler + Partner, Switzerland
  • Mr. Maarten VAN DE DONK, Councillor, Rotterdam, Netherlands

 Using technologies for prevention Thursday 13 December, 9.30am-12pm

In partnership with the European research project SURVEILLE

  • Chairperson: Mr. Bertrand BINCTIN, Deputy Mayor of Le Havre, France (tbc)
  • Moderator: Mr. Gian Guido NOBILI, Head of the Research Unit, Department of Local Police and Urban Security, Emilia-Romagna Region, Italy

Speakers

  • Mr. Anton ABELE, Member of Parliament, Sweden
  • Mr. Marcelo Luis EBRARD CASAUBON, Mayor of Mexico City, Mexico
  • Mr. Martin GILL, Director of Perpetuity Research and Consultancy International, United Kingdom
  • Mr. Lionel LE CLEI, Vice President, Advanced Business Development Director, Thales Communications and Security, France
  • Mr. Martin SCHEININ, Professor for international public law, Coordinator of the SURVEILLE project, European University Institute, Florence, Italy
  • Mr. Tom SORELL, Professor of global ethics, University of Birmingham, United Kingdom

 Public-private partnerships Thursday 13 December, 3.30pm-5.30pm

In partnership with the World Bank

  • Chairperson: Mr. Erich MARKS, Vice President of the International Centre for the Prevention of Crime (ICPC)
  • Moderator: Mr. Sohail HUSAIN, Director, Analytica Consulting Services, United Kingdom

Speakers:

  • Mr. Jean-Marc BERNARDINI, Communication Director, RATP, France (tbc)
  • Ms Lorena COHAN, Specialist in Citizen Security of the Latin American-Caribbean Region, World Bank
  • Mr. Francis DUBRAC, President of Plaine Commune Promotion (tbc)
  • Mr. Jairo Garcia GUERRERO, Director of Security and Conviviality, Vice Presidency of Governance, Chamber of Commerce of Bogotá, Colombia

 Interaction between the local, regional and national levels Thursday 13 December, 9.30am-12pm

In partnership with the Italian Forum for Urban Security (FISU)

  • Chairperson: Mr. Giorgio PIGHI, Mayor of Modena, Italy and President of the Italian Forum for Urban Security (FISU)
  • Moderator: Mr. Philip WILLEKENS, General Director, Local Integral Security Sector, Ministry of Interior, Belgium

Speakers:

  • Mr. Abdelhak KACHOURI, Vice President of the Regional Council of Ile-de-France (tbc)
  • Mr. Erich MARKS, Executive Director, Prevention Committee of Lower Saxony, Germany and Vice-President of Efus
  • Mr. Andreu Joan MARTINEZ I HERNANDEZ, General Director of the Administration for Security, Ministry of Interior, Autonomous Region of Catalonia, Spain
  • Ms Rossella SELMINI, Director, Department of Local Police and Urban Security, Emilia-Romagna Region, Italy
  • Mr. Jean Louis TOURAINE, Member of Parliament, Rhône, Vice-Mayor of Lyon in charge of public order and security, France
  • Mr. Zanoxolo WAYILE, Executive Mayor, Nelson Mandela Bay Metropolitan Municipality, South Africa

 Violence at school and school dropout Thursday 13 December, 9.30am-12pm

In partnership with the Departmental Council of Seine-Saint-Denis, France

  • Chairperson: Ms Agnieszka CZECHOWSKA KOPEC, Deputy Mayor of Sosnowiec, Poland
  • Moderator: Ms Luisa SALGUEIRO, Member of Parliament, National Parliament, Portugal

Speakers:

  • Ms Lorena COHAN, Specialist for citizen security for the Latin American-Caribbean Region, World Bank
  • Mr. Eric DEBARBIEUX, Ministerial Secretary in charge of the prevention of violence in the school environment, France
  • Mr. Mathieu HANOTIN, Vice President of the Departmental Council of Seine Saint Denis, Member of Parliament of Seine-Saint-Denis, France
  • Mr. David PROULT, Deputy Mayor in charge of education, City of Saint-Denis, France
  • Ms Delphine PRIELS, Coordinator, School dropout prevention unit, Saint Gilles, Belgium
Round with the night-time mediators of Saint-Denis
Wednesday 12 and Thursday 13 December, from 9pm

Objectives: To follow a team of night-time mediators during their rounds in two districts of Saint-Denis. To observe how they apply mediation when confronted with situations such as excessive noise or other disturbances in public areas, and how they report to the appropriate public services.

The visit will consist of a round of approximately one hour in the neighbourhoods, followed by a debriefing at the Public Interest Group headquarters. Both visits will be held in the presence of Mr Gilbert LAPORTE, Director of the night-time mediation.

Programme
Fees
Registration

Languages: simultaneous translation in French and English, and in other languages depending on the sessions.

www.2012conference.eu

 

Le 20/12, ENS Cachan

3e journée de travail de l’ENS Cachan

 

 

3 – Exposition

 

« Paris en guerre d’Algérie »

Du 7 décembre au 10 janvier, réfectoire des Cordeliers, rue de l’Ecole de Médecine

 

 

4 – Quelques nouvelles du réel

 

http://www.acteurspublics.com/2012/11/28/manuel-valls-veut-ameliorer-l-organisation-des-services-de-renseignement

 

Serpent de mer :

Manuel Valls veut améliorer l’organisation des services de renseignement

© Chesnot/SIPA

Le ministre de l’Intérieur a annoncé, le 27 novembre devant les députés, qu’il allait renforcer “la coordination” des services de renseignement, en particulier les services de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), critiquée dans l’affaire Merah.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a évoqué à l’Assemblée nationale l’affaire Merah lors de l’ouverture du débat sur un projet de loi sur le terrorisme – déjà adopté au Sénat – qui permet de poursuivre des Français commettant des actes de terrorisme à l’étranger ou partant s’y entraîner au jihad. Revenant sur les “failles incontestables” du système de renseignement révélées par l’affaire Merah, sur laquelle a été rendu un rapport, le ministre de l’Intérieur a indiqué que malgré “les limites”, il fallait conserver l’organisation DCRI mais en améliorer “la coordination”, ce qui sera fait, a-t-il assuré, “dans les meilleurs délais”.

La DCRI a fait la démonstration et de sa cohérence et de sa capacité d’action”, a dit Manuel Valls, avant de détailler les améliorations prévues. “Il est primordial de s’assurer que le dialogue entre le niveau central et les niveaux locaux se déroule dans les meilleurs conditions”, a-t-il dit. “Une structure de coordination dédiée va donc être créée”, a-t-il indiqué.

Le renforcement de la coordination entre le renseignement intérieur et l’information générale est également nécessaire”, a-t-il dit. “Des structures de liaisons permanentes entre les services de la DCRI et de l’information générale vont être mises en place”, a-t-il ajouté. “La coordination doit être renforcée entre les services territoriaux de la DCRI et les services locaux de la police et de la gendarmerie”, a-t-il encore indiqué.

Relations empreintes de méfiance

Ces réformes à venir visent par le renforcement de la coordination à développer la capacité d’action territoriale”, a-t-il expliqué. Le rapport sur l’affaire Merah, rendu public en octobre, préconisait de meilleurs échanges d’information entre les services – police judiciaire, renseignement ou gendarmerie –, dont les relations sont encore trop empreintes de méfiance.

Manuel Valls a aussi confirmé qu’un amendement créant la nouvelle mention “Mort pour le service de la nation” sera discuté d’ici la fin du débat, qui devait s’achever au plus tard mercredi 28 novembre. Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs indiqué qu’il fallait “réfléchir au plan national à une véritable stratégie de lutte contre la cybercriminalit锓À l’heure d’Internet, l’encadrement de la liberté d’expression telle qu’elle a été conçue en 1881 par la loi sur la liberté de la presse mérite sans doute de nouvelles approches”, a-t-il ajouté.

Tags associés : DCRIManuel Vallsrenseignement intérieurrenseignementsRGterrorisme

 

5 -Appels à communication

 

L’enfermement au prisme des sciences sociales

Rapprocher les lieux, confronter les approches

Le colloque aura lieu du 17 au 19 octobre 2013 au sein du laboratoire ADES (UMR 5185) à Pessac (Bordeaux) et les propositions de communication (3000 signes) sont à envoyer à l’adresse colloqueterrferme2013@gmx.fr avant le 1er février 2013.

Toutes les informations sont également disponibles sur http://terrferme13.sciencesconf.org 

 

Appel à communication

L’enfermement au prisme des sciences sociales :

Rapprocher les lieux, confronter les approches

Colloque international organisé par le programme TerrFerme

(Les dispositifs de l’enfermement.

Approche territoriale du contrôle politique et social contemporain)

ADES (CNRS- Université de Bordeaux)

Pessac (France), 17 au 19 octobre 2013

Défini par une clôture matérielle et des rapports de pouvoir oscillant entre domination et subversion, l’exercice d’une contrainte par l’enfermement se décline en une variété d’espaces et d’institutions. La liste des lieux qui l’incarnent ne saurait être exhaustive : établissements psychiatriques, centres éducatifs fermés, centres de demandeurs d’asile et camps de réfugiés, maisons de retraites, espaces pénitentiaires, centres de rétention pour étrangers en attente d’expulsion, logements pour main-d’œuvre étrangère, etc. Les formes contemporaines de gouvernement des populations par l’enfermement, du moins dans les pays occidentaux, sont marquées par un quadruple mouvement : l’ouverture de certains lieux (voire notamment la diminution du nombre de lits en hôpital psychiatrique et le développement concomitant de la psychiatrie de secteur) ; la multiplication et la spécialisation des types de lieux et de « prise en charge » (par exemple face aux migrations, à la maladie mentale, à la délinquance juvénile) ; la diversification des formes de contrôle à travers la mise en place de solutions dites alternatives (dont la surveillance par bracelet électronique ou l’assignation à résidence) ; enfin, l’implication croissante d’acteurs privés dans le contrôle et l’assistance déployés. Ces dynamiques, d’intensité variable selon les institutions et les contextes nationaux, donnent autant à voir l’existence de processus transversaux aux différents lieux que le maintien de leurs particularités et d’héritages propres à chacun d’entre eux.

Dans le même temps, la littérature académique sur ces diverses formes d’enfermement ne cesse de prendre de l’importance et de se diversifier, nourrie par l’implication d’un nombre croissant de disciplines. Elle apparaît parfois spécialisée sur un type exclusif d’institution : sociologie de la prison et de la psychiatrie, études des migrations internationales, histoire de l’habitat, du logement ouvrier ou social… Elle peut aussi résulter de traditions scientifiques émanant de diverses aires culturelles, d’ailleurs très inégalement étudiées. Pourtant, un certain nombre de ces recherches suggèrent aujourd’hui que l’on peut développer des objets de réflexion transversaux, voire mettre en évidence des traits communsaux lieux clos : l’existence de rapports de pouvoirs entre forces de l’ordre et enfermés, ou encore le rôle du confinement dans la production, reproduction et stabilisation de catégories visant à ordonnancer des formes de déviance que l’enfermement a pour vocation de contrôler, réguler ou réprimer. Le rapprochement analytique (et géographique) des institutions de privation de liberté nous semble aujourd’hui inviter à interroger la manière dont ces transversalités sont ou non travaillées dans la littérature disponible sur l’enfermement. La richesse de la pensée goffmanienne a souvent conduit les recherches en sciences sociales à appréhender l’enfermement au prisme de l’ « institution totale », et les travaux de Foucault ont durablement transformé et complexifié la compréhension des rapports de pouvoir (en particulier dans le contexte carcéral). Mais on peut aussi se demander en quoi la mobilisation quasi-systématique, dans les recherches sur le confinement, de ces deux auteurs (dont il ne s’agit en aucun cas de fondre dans un même mouvement les apports respectifs) a éventuellement pu conduire à privilégier certains angles d’analyse au détriment d’autres.

Ce colloque se propose donc de réfléchir aux apports de la mise en perspective de différents types d’espaces clos. Que produit ce mouvement de rapprochement des regards analytiques sur le confinement, à quoi sensibilise-t-il ? Quelles sont les facettes de l’enfermement qu’il permet d’éclairer et qui restent peu analysées par les champs spécialisés ? Ce questionnement pourra se décliner en plusieurs grands domaines d’investigation, dont l’exploration nous semble pouvoir profiter du dialogue entre les recherches sur les diverses institutions fermées.

  1. Espaces et relations de pouvoir

Les relations de pouvoir au sein des établissements de privation de liberté sont l’une des thématiques centrales des recherches sur l’enfermement. Dans la lignée des travaux goffmaniens sur les institutions totales, nombre d’analyses se sont concentrées sur les relations de pouvoir entre individus enfermés et représentants de l’institution, au risque d’une lecture dichotomique de l’espace fermé opposant d’une part reclus en situation de « servitude », de « dépendance » et de « dépossession de soi » et, d’autre part, membres du personnel monopolisant le savoir, le pouvoir et la liberté. L’intérêt porté par Goffman aux « adaptations secondaires » a cependant permis de complexifier une lecture manichéenne des relations de pouvoir en milieu fermé en s’intéressant aux techniques par lesquelles les personnes enfermées tentent de contourner ou réfuter les assignations de rôle que prévoit l’institution à leur endroit.

L’espace, entendu, en sociologie ou en géographie notamment, comme élément constitutif du social, peut être une entrée pertinente pour renouveler la réflexion sur la dynamique de ces relations de pouvoir. Sa dimension construite est fréquemment analysée par la sociologie de l’architecture, qui questionne l’utilisation de l’espace comme instrument de contrainte. Il reste encore à approfondir comment l’espace, dans ses multiples dimensions (perçu, représenté, symbolique, vécu, approprié, mis en scène et instrumentalisé), est tout à la fois un enjeu central des rapports de pouvoir caractéristiques de l’enfermement, et un vecteur de leur remise en cause. Le colloque interrogera en outre les échelles du lieu de privation de liberté, qui se fractionne en de multiples niveaux jusqu’aux objets et corps des enfermés. Comment l’espace participe-t-il de multiples logiques d’appropriation, de contournement, de déni, voire de remise en cause de l’autorité institutionnelle ? L’un des objectifs sera donc de creuser les interactions entre espace et pouvoir au sein des lieux fermés, et plus largement dans les rapports sociaux entre enfermés d’une part, et entre enfermés et non enfermés (dont les représentants de la société civile) d’autre part.

  1. Acteurs et institutions du contrôle : privé vs. public

Les institutions fermées ont souvent été appréhendées par les recherches existantes comme l’expression d’un pouvoir régalien de l’Etat sur ses sujets. Un nombre croissant d’entre elles implique aujourd’hui des acteurs privés. Ainsi, les Etats européens délèguent de plus en plus souvent à des sociétés privées la construction, la maintenance et la surveillance d’établissements pénitentiaires ou de centres de rétention pour étrangers en situation irrégulière. Le fonctionnement de certains lieux, appréhendés dans le cadre de ce colloque, est plus étroitement lié encore aux acteurs privés : c’est le cas notamment des logements pour travailleurs migrants, qui appartiennent en général à des entrepreneurs privés (que ceux-ci soient directement les employeurs de la main-d’œuvre, ou qu’ils soient spécialisés dans la construction et la gestion des logements de travailleurs). Si la sociologie de la sécurité privée a connu un réel essor au cours des vingt dernières années, ce colloque sera l’occasion de revenir sur la dichotomie public/privé, afin d’analyser ses éventuelles répercussions sur les rapports de pouvoir qui prévalent en situation de privation de liberté. La question des formes du contrôle (privé/public), de leur délégation ou externalisation sera également posée, au vu de procédures de désengagement de l’État constatées ici et là. Qui enferme, pour quoi et pour qui ? L’exercice de la contrainte sur les publics visés et la mise en œuvre du confinement peuvent a priori sembler plus évidents dans le cadre d’établissements dont la mission a été définie par la force publique et passe explicitement par un recours à l’enfermement contraint (la prison, la garde-à-vue, le centre de rétention, l’hôpital psychiatrique, etc.). Mais l’existence de lieux dont le fonctionnement n’est pas soumis à l’autorité étatique invite à questionner le rôle de la puissance agissante, publique ou privée, sur la conception et les formes d’enfermement mises en œuvre. Ce questionnement revêt une importance particulière dans un contexte où les lieux de privation de liberté investis d’une mission étatique de contrôle des populations sont de plus en plus placés sous le regard d’acteurs tiers (ONG, associations, instances de contrôle nationales et supranationales, etc.) : il convient également d’interroger l’impact de cette constellation sur les formes d’accompagnement des populations enfermées ainsi que sur les dynamiques d’ouverture et de fermeture de l’institution.

  1. Trajectoires, circulations, mobilités

La sociologie américaine de la prison a mis en lumière, depuis les années 1960, la nécessité d’envisager les établissements carcéraux dans leurs relations à l’extérieur, à leur environnement. Cette position, largement reprise dans la recherche francophone, invite à considérer les lieux de réclusion non comme des « isolats », mais comme les pièces d’un tissu social dépassant largement les murs de l’institution. L’un des apports majeurs de la sociologie carcérale récente réside dans l’étude de l’inscription du passage en prison dans le parcours socio-biographique des détenus et de la manière dont ce parcours influe sur l’expérience de l’enfermement, et réciproquement. Par la suite, les travaux consacrés au confinement des étrangers ont souvent permis d’étendre cette perspective non seulement au parcours biographique des retenus mais aussi à leurs trajectoires spatiales. Dans la lignée de ces tentatives de « décarcéralisation » de la focale d’analyse, les contributions proposées ici chercheront à analyser les effets des déplacements sur l’enfermement. Elles pourront identifier les types de mobilités liées à la réclusion et les enjeux qui les sous-tendent : les trajectoires migratoires et leurs inflexions liées aux passages dans des lieux de privation de liberté, mais aussi les déplacements liés à la prise en charge du quotidien et des corps enfermés, à l’intérieur des lieux de confinement (visites au parloir, déplacements vers les réfectoires, etc.) comme à l’extérieur (déplacements au tribunal, à l’hôpital…). Il s’agira aussi de s’interroger sur les acteurs qui circulent et ceux qui font circuler. Comment les autorités, tout comme les enfermés, peuvent-ils faire de la mobilité entre les lieux, mais aussi à l’intérieur des lieux, un instrument de pouvoir et/ou de savoir ? Peut-on penser l’obligation de mobilité comme une nouvelle forme de contrainte spatiale, par exemple dans le cas des transferts contraints (d’un établissement à l’autre, ou d’un pays à l’autre…), ou encore de certaines injonctions au déplacement à l’intérieur des établissements fermés ?

  1. Les institutions d’enfermement à l’épreuve des inégalités

Alors que différents courants de recherche en sciences sociales ont récemment appelé à interroger le rapport des institutions publiques aux inégalités, ethniques et religieuses notamment, cette question apparaît assez peu travaillée par la littérature sur l’enfermement. Le rapprochement de différents types de lieux clos offre l’opportunité de questionner les représentations institutionnelles des inégalités et leur éventuelle problématisation, par les acteurs du contrôle, dans les interactions quotidiennes avec les enfermés. Sera examinée l’hypothèse selon laquelle les institutions de privation de liberté participent à la construction des rapports sociaux de race/ethniques, de nationalité, de religion, d’âge ou de genre. Autrement dit, il s’agit de renseigner les effets de l’ « altérité » (ou de sa construction par l’autorité) sur les mécanismes institutionnels de contrôle, de prise en charge ou d’accompagnement déployés au sein des lieux fermés, voire sur la façon dont les personnes enfermées résistent aux processus de confinement.

  1. Société civile et enfermement : gouvernement des lieux, production et circulation des savoirs

Depuis plusieurs décennies, les associations et ONG sont des acteurs incontournables d’un nombre important de lieux de privation de liberté. Cette intervention s’inscrit fréquemment dans un double mouvement de légitimation de la puissance publique (l’intervention des acteurs associatifs est souvent présentée par les instances enfermantes comme gage de transparence et de « bonnes pratiques ») et de contestation du dispositif d’enfermement (à travers par exemple la mise en œuvre d’une assistance juridique permettant de questionner la légitimité de l’enfermement des étrangers). Ce double registre dans lequel s’inscrit l’intervention associative invite donc à questionner la participation de la société civile au gouvernement des lieux d’enfermement et notamment aux formes de son renforcement, de sa mise à l’épreuve, mais aussi de ses éventuels déplacements. Cette implication de la société civile produit également des effets sur la production et la circulation de savoirs critiques sur le confinement. Les rapports des acteurs associatifs ont parfois directement été à l’origine du déploiement de travaux de recherche, relatifs par exemple aux conditions de vie des détenus dans les établissements carcéraux, des étrangers maintenus aux frontières, ou encore des travailleurs migrants confinés dans des campements. Ces acteurs associatifs produisent non seulement des informations de première main, mais s’inscrivent aussi dans une forme de recherche-action remplissant un rôle critique de (contre-)pouvoir. Par ailleurs, pour accéder au lieu fermé lui-même, de nombreux chercheurs passent par des associations et des ONG, démarche qui les place de facto dans une posture d’involvement ou detachement, selon la terminologie de Norbert Elias. Cet axe de réflexion visera donc aussi à interroger les formes de passage entre monde associatif et recherche sur la privation de liberté. Quelles sont les bases de la collaboration entre les chercheurs et le monde associatif, notamment au moment de l’enquête ? Alors que les liens établis sont parfois étroits et pérennes, comment leurs visées respectives (production de savoirs d’un côté, démarche opératoire de l’autre) se combinent-elles ? Quelles conséquences ont-elles sur l’appréhension de l’enfermement par les chercheurs, ainsi que sur les interventions des acteurs associatifs et humanitaires ?

Les contributions proposées dans le cadre de cet appel s’intéresseront donc, dans une perspective historique ou contemporaine, à ce que le rapprochement des travaux sur l’enfermement produit en termes de compréhension des rapports de pouvoir dans les lieux de privation de liberté – et ce plus précisément à partir des dynamiques spatiales, circulatoires, institutionnelles et de gestion de la diversité qui les travaillent. Les communications proposant une approche empirique de ces institutions seront privilégiées, et les contributions collectives avec une dimension comparative entre différents types d’enfermement seront particulièrement appréciées.

Ce colloque clôture le programme de recherche TerrFerme (Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique et social contemporain) financé par l’ANR et le Conseil Régional d’Aquitaine. Il ne s’intéresse pas seulement aux trois types d’espaces appréhendés par l’équipe (prisons, centres de rétention et logements contraints de travailleurs migrants), mais à une liste ouverte d’institutions de privation de liberté. Sensible à différents contextes et terrains d’étude (régimes autoritaires ou démocratiques, pays développés ou en développement), il cherchera à favoriser le dialogue entre disciplines et traditions nationales de recherche sur l’enfermement.

Les propositions de contribution comporteront les éléments suivants :

– le titre de la communication ;

– le nom et prénom du ou des auteurs, leur institution ou association de rattachement (s’il y a lieu), leurs coordonnées complètes (adresse mail, adresse postale, numéro de téléphone) ;

– le résumé de la communication (3.000 signes), qui identifiera clairement a) l’argument central de la proposition, b) la méthodologie employée pour la recherche, et c) les principaux résultats présentés.

Les propositions devront nous parvenir sous format .rtf à l’adresse colloqueterrferme2013@gmx.fr avant le 1er février 2013.

Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais.

Pour toute information, écrire à colloqueterrferme2013@gmx.fr

Calendrier et informations pratiques :

1er février 2013 : date limite d’envoi des propositions de communication

Avril 2013 : annonce de la sélection des communications

10 septembre 2013 : envoi des textes complets des communications

Le colloque aura lieu au laboratoire ADES (UMR 5185 Cnrs/Univ. Bordeaux)

Maison des Suds

12, Esplanade des Antilles

33607 Pessac (France)

 

Coordination :

Bénédicte Michalon, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux), TerrFerme

 

Comité scientifique :

Tristan Bruslé, Centre d’Etudes Himalayennes (Cnrs, Villejuif), TerrFerme

Gilles Chantraine, Clersé (Cnrs/Univ. Lille 1)

Olivier Clochard, Migrinter (Cnrs/Univ. Poitiers), TerrFerme

Sarah E. Curtis, Department of Geography, Durham University

Mathilde Darley, Cnrs, Centre Marc Bloch Berlin, TerrFerme

Andrew M. Jefferson, Dignity – Danish Institute Against Torture, Copenhagen

Carolina Kobelinsky, St Antony’s College, University of Oxford

Camille Lancelevée, IRIS (EHESS, Paris), Centre Marc Bloch Berlin

Olivier Milhaud, Université Paris 4, Enec, TerrFerme

Dominique Moran, School of Geography, Earth and Environmental Sciences, University of Birmingham

Marie Morelle, Université Paris 1, Prodig, TerrFerme

Olivier Razac, Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire, Agen

Lorna A. Rhodes, Department of Anthropology, University of Washington, Seattle

Djemila Zeneidi, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux), TerrFerme

 

Comité d’organisation :

Caroline Abela, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux), TerrFerme

Charles-Antoine Arnaud, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux)

Laurent Cruchon, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux)

Marie-Bernadette Darignac, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux)

Olivier Pissoat, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux), TerrFerme

Pierre-Yves Saillant, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux)

Frédéric Thion, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux), TerrFerme

Sylvie Vignolles, Ades (Cnrs/Univ. Bordeaux), TerrFerme

Et l’ensemble de l’équipe TerrFerme (Tristan Bruslé, Olivier Clochard, Mathilde Darley, Olivier Milhaud, Marie Morelle, Djemila Zeneidi)

 Le site du colloque : http://terrferme13.sciencesconf.org/

Le site de TerrFerme : http://terrferme.hypotheses.org/

 

5 -Sur l’internet

le site CRIMINOCORPUS essentiel pour tous ceux qui s’intéressent aux questions de justice, prison, police… fait peau neuve et accueille la Lettre aux amis et le blog Politeia qui la relaie et archive les anciens numéros.

Vous trouverez actuellement sur ce site de référence :

 

1 / SUR LA REVUE

Quelle histoire pour la Justice ?

(Jean-Claude Farcy) L’histoire de la Justice contemporaine a fait l’objet de synthèses récentes ambitieuses et stimulantes pour la recherche. Les trois présentées dans cet article sont remarquables par leur approche et la thèse défendue par chacun de leurs auteurs : une approche politique qui met l’accent sur le rôle du pouvoir politique dans l’histoire de la Justice (Jean-Pierre Royer), une approche d’histoire sociale insistant sur le « compromis judiciaire » entre l’institution et les justiciables (Benoît Garnot)… la suite sur :
http://criminocorpus.revues.org/2096

François Dieu et Paul Mbanzoulou, L’Architecture carcérale. Des mots et des murs

(Audrey Higelin) Dès la préface au volume d’actes du colloque L’Architecture carcérale, des mots et des murs, qui s’est tenu en décembre 2010 à Agen pour le dixième anniversaire de la délocalisation de l’ENAP, Michel Mercier, alors Garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, insiste sur un des aspects prégnants des contributions proposées lors de ce colloque : l’exploitation d’une iconographie peu connue du public et principalement issue des fonds de l’ENAP. Dans leur présentation, François Dieu et… la suite sur :
http://criminocorpus.revues.org/2085

2 / SUR LE BLOG

Bandits, voleurs, vagabonds, errants et marginaux (XVe XVIIIe s.)

Après avoir traité la question « (…) les gens de l’époque moderne étaient-ils violents ? » (2010) puis la question « Habiles ou incapables, vertueux ou indignes ? les relais et représentants du pouvoir » (2011) le quatrième séminaire du genre à Strasbourg (2012) rassemble des communicants sur le thème des « Voleurs, vagabonds, errants et marginaux » et sur leur rapport avec le corps social, qu’ils s’efforcent d’y être toujours rattachés, vivent à la marge ou réorganisent leur propre socié té. C…
http://criminocorpus.hypotheses.org/?p=5395

Les avocats et les magistrats dans l’administration de la Justice

Les avocats et les magistrats dans l’administration de la justice VIIe colloque international de la SIHPA Barcelone 13,14 et 15 décembre 2012 La Société internationale d’histoire de la profession d’avocat, SIHPA, fondée en 1987 par Monsieur le professeur Jean-Louis Gazzaniga, a poursuivi jusqu’en 1998 une activité soutenue que ce soit en matière de publications (Revue de la SIHPA, onze numéros parus de 1988 à 1998) ou d’organisation de ses colloques internationaux (dont celui de décembre 1991 à …
http://criminocorpus.hypotheses.org/?p=5372

Critical Criminology in a Changing World – Tradition and Innovation (call for papers)

European Group for the Study of Deviance and Social Control 41st Annual Conference Critical Criminology in a Changing World – Tradition & Innovation 29 August – 1 September 2013 University of Oslo, Norway CALL FOR PAPERS With the formation of the European Group for the Study of Deviance and Social Control in the early 1970s, the aim was to establish an alternative critical criminology forum. The group’s founders sought not just to cover topics marginalised or ignored by mainstream, administr…
http://criminocorpus.hypotheses.org/?p=5366

Prix Gabriel Tarde. Prix Francophone de Criminologie (2011-2013)

Le PGT récompense l’auteur français ou étranger, d’un ouvrage de criminologie en français, publié en première édition ou non encore publié, achevé après le 1er juin 2011 (date de clôture des inscriptions de la session précédente). Que faire pour concourir ? Les inscriptions à la session “2011-2013′” du Prix français de criminologie (Prix Gabriel Tarde) sont ouvertes à compter du 1er décembre 2011 et ce jusqu’au 1er juin 2013. Sont pris en considération, pour l’attribution du prix, les seuls ouvr…
http://criminocorpus.hypotheses.org/?p=5327

De la police et du contrôle social (Jean-Louis Loubet del Bayle)

Parution de Jean-Louis Loubet del Bayle, De la police et du contrôle social, Paris, Éditions du Cerf, 2012, 220 p., ISBN : 978-2204097079. Présentation de l’éditeur : C’est une approche singulière et un peu inhabituelle des problèmes et des interrogations des sociétés contemporaines que propose cet ouvrage, en évoquant le rôle qu’y jouent les institutions policières. Il montre en effet qu’on ne peut aborder cette question sans prendre en considération la façon dont se structure dans une société … à suivre sur :
http://criminocorpus.hypotheses.org/?p=5116

Itinéraires féminins de la déviance, Provence 1750-1850 (Karine Lambert)

Parution de Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance, Provence 1750-1850, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2012, 312 p. ISBN : 978-2-85399-825-3. Résumé : Afin de dépasser la dichotomie traditionnelle entre la femme, éternelle mineure, soumise au pouvoir arbitraire et tyrannique de l’homme et la femme rebelle, nous avons isolé plusieurs parcours féminins au sein des archives judiciaires provençales de 1750 à 1850. Au-delà des actes criminels, et des attitudes déviantes…
http://criminocorpus.hypotheses.org/?p=5079

 

7. Archives

 

Un colloque en janvier à Pierrefitte :

 

Archives des dictatures

The archives of dictatorships

Enjeux juridiques, archivistiques et institutionnels

 

Legal, archival and institutional issues

 

* * *

Organisé par le CECOJI (CNRS, Université de Poitiers, Université Paris Sud)

en collaboration avec le service interministériel des Archives de France (Direction générale des patrimoines, Ministère de la Culture)

 

 

Publié le vendredi 30 novembre 2012,

http://calenda.org/229868

par Elsa Zotian

 

Présentation

Ce colloque international dédié au traitement des archives des dictatures, s’inscrit dans une réflexion plus large engagée sous une perspective croisée associant historiens, archivistes, juristes, sur un matériau d’archives sensibles en ce qu’elles sont produites en période de trouble, par des régimes autoritaires, Etats policiers ou dictatures. Il sera suivi d’un colloque sur le thème des « archives atlantiques du mauvais gouvernement des hommes (du XVème à nos jours) » organisé à l’Institut des Amériques. Dans le colloque sur les archives de la dictature, il s’agira d’aborder le traitement juridique, politique et institutionnel des archives produites sous des régimes totalitaires déchus. La perspective juridique et l’interrogation sur la conciliation des différents intérêts en présence dominera : ceux des personnes (les victimes, les familles, les acteurs en général), ceux de la collectivité, l’État et les citoyens, ceux de l’histoire (les chercheurs). Comment aborder notamment les principales fonctions attachées à la conservation des archives : que conserver et comment ? Que détruire ? Quelles règles d’accessibilité de ces fonds ? Comment gérer la transition, quelles conciliations entre droit à l’oubli et droit de savoir ? Dans quels termes ordonner mémoire individuelle et mémoire collective ? Comment s’approprier et restituer cette mémoire ? Dans toutes ces questions, il faudra se demander si ces archives d’une nature particulière appellent un traitement spécifique du point de vue de leur encadrement juridique. Des lois particulières ont parfois été adoptées dans certains pays mais le ressort spécial n’est pas toujours privilégié et le droit commun des archives peut aussi avoir un effet levier dans la gestion de ces fonds. Ces questions plus centrées sur le juridique n’en seront pas moins évoquées sous une perspective pluridisciplinaire au travers des questionnements de la pratique des archivistes, des conservateurs, des responsables de ces fonds publics. Et le fait est que ces questions mettent parfois en forte tension les approches archivistiques, historiques et juridiques. Le second colloque est conçu sous une optique différente et complémentaire, privilégiant l’approche historienne et anthropologique.

 

Programme

 

Jeudi 24 janvier 2013

9h30 Ouverture du colloque

Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication, France

Hervé Lemoine, Directeur du SIAF

Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Présentation des journées

 

I. Gérer les transitions

Présidence :Charles Kecskeméti

10h00 Exposé introductif

Charles Kecskemety

10h20 Les archives des polices politiques

Antonio Gonzales Quintana (sous réserve)

10h40 La transition au Brésil

Georgete Medleg Rodrigues, professeur d’archivistique et de sciences de l’information, Université de Brasilia

11h00 Débat

11h15 Pause

11h30 Les archives du franquisme

Carmen Sierra, directrice des Archives d’Espagne

11h50 Le rôle de l’État dans la gestion des archives des dictatures

Pascal Even, SIAF

12h10 Le rôle de l’État dans la gestion des archives des dictatures

Andrei Sorokine, RGASPI, Moscou

 

12h30 Déjeuner libre

 

II. La gestion du secret entre droits individuels et mémoire collective, quel cadre législatif, droit commun ou lois particulières ?

Présidence : Jérôme Fromageau

Conserver, détruire, disperser

14h00 Point de vue général sur les solutions législatives en vigueur dans les pays de l’ex-URSS

Charles Kecskeméti

14h20 Les archives de la dictature en Amérique latine

Isaac Damsky, professseur à l’Université de Buenos Aires

14h40 Les archives de la loi sous régime autoritaire

Marc Boninchi (sous réserve)

15h00 Pause

15h15-17h00 Table ronde : Conserver/restituer/disperser les archives nominatives de la répression ?

Lenka Linhartová, Les archives de la République tchèque

Vladimir Haustov, Professeur, Directeur titulaire du département d’Histoire à l’Académie de FSB

Pascal Even, Enjeux archivistiques, dimension juridique, la légitimité de la restitution de la mémoire de l’individu,

Monique Le Blois-Péchon, Les archives du SIR, Bad Arolsen (sous réserve)

 

Vendredi 25 janvier 2013

III. La gestion du secret entre droits individuels et mémoire collective, quel cadre législatif, droit commun ou lois particulières ?

Présidence : François Julien-Laferrière

Accéder, communiquer les archives : droit à l’oubli/droit à l’anonymat/droit de savoir

9h30 Amnistie, droit à l’oubli et droit de l’histoire

Nathalie Mallet-Poujol, CNRS/Université de Montpellier-1

9h50 Droit à l’oubli et mémoire collective, quels arbitrages

CNIL (sous réserve)

10h10 Droit à l’oubli et mémoire de la répression en Russie

Victoria Prozorova-Thomas, Docteur en archivistique

10h30 Pause

10h45 Le droit à la vérité dans le droit international humanitaire

Vincent Negri, CNRS-CECOJI

11h05 Les archives des organisations humanitaires

Jean-Pierre Lecrom, CNRS/Université de Nantes

11h25 Les archives des purges staliniennes comme sources historiques

Nikita Petrov

11h45 Débat

12h30 Déjeuner libre

 

IV. Assumer, restituer la mémoire des dictatures

Présidence : Nathalie Mallet-Poujol

 

14h00 Mémoire assumée, mémoire rejetée

Marie-Claire Lavabre, CNRS/Université de Nanterre

14h20 Régimes de mémorialité et conditions de mise en récit mémoriel

Denis Peschanski, CNRS

14h40 La dispersion des archives du nazisme

IHTP (sous réserve)

15h00 Pause

15h15 Les archives de la répression (allemande et française en France occupée)

Thomas Fontaine (sous réserve)

15h35 Les archives du KGB

Boriak

16h00-17h30 Table ronde : Écrire l’histoire contemporaine, l’encadrement juridique et déontologique de la recherche sur les archives de la répression

animée par Denis Peschanski

en présence de Marie-Claire lavabre, Henry Rousso

 

CATÉGORIES

Droit (Catégorie principale)

Sociétés > Études du politique > Histoire politique

Esprit et Langage > Information

Esprit et Langage > Épistémologie et méthodes > Historiographie

Sociétés > Histoire > Histoire sociale

LIEUX

Ste des Archives nationales – 89 rue Guynemer

Pierrefitte-sur-Seine, France (93380)

DATES

jeudi 24 janvier 2013

vendredi 25 janvier 2013

CONTACTS

Marie-Laure Berthe

courriel : cecoji [at] ivry [dot] cnrs [dot] fr

 

 

 

8. Pub

(ou il ny a pas que la police dans la vie !)

 

 Je dois à un ami (un vrai et pas seulement de la police !) la découverte de ce cinéaste atypique, photographe, poète, peintre, romancier… que fut André Sauvage (1891-1975) dont l’œuvre filmée a largement disparu mais dont le CNC a restauré, remonté rushes et chutes que lui a confiés la fille de Paul Sauvage.

Carlotta a édité la version restaurée et remontée de Études sur Paris (1929), un chef d’oeuvre (je pèse mes mots) en un coffret dvd qui comprend un dvd avec le film et des extraits et chutes des films disparus… et un livret passionnant et érudit présentant ce « poète de la caméra » et son oeuvre.

Je concède qu’on doit voir quelques gardiens de la paix maniant leur bâton blanc d’un air nonchalant dans ces images d’un Paris disparu, filmé comme jamais. Mais outre ce ressurgissement de lieux familiers et pourtant disparus à jamais, l’intérêt du film est ailleurs : dans les cadrages, travellings, plans fixes d’une beauté à couper le souffle comme cette traversée du tunnel qui permet au canal St Martin de joindre la Bastille à la République sous le Bd Richard Lenoir et ces jeux de lumière sous la colonne de Juillet… , dans la poésie des images, dans l’œil de l’opérateur qui a su capter des scènes et des ambiances à la fois ordinaires et magiques comme cette ruralité qui survit largement dans une capitale qui n’est pas le monstre actuel et combine jardins, promenades etpècheurs à la ligne ; dans l’art du montage qui démontre une sensibilté, un humour émouvants… entre Doisneau, Jean Vigo, Brassaï et Cartier-Bresson.

Le livret évoque un « portrait urbain d’une ampleur inédite », une « visite lyrique » du Paris de 1929… C’est encore plus que ça…

C’est bientôt le temps des cadeaux : en voici un, original et qui ne réjouira pas que les amateurs de nostalgie… ils vous remercieront de cette découverte.

NB : on peut trouver la musique de Jeff Mills qui accompagne ce film « documentaire » d’exception, un tantinet envahissante et lassante : ce sera mon seul regret, mais il est si facile de couper le son et de jouir des images !

 

Études sur Paris, un film de André Sauvage, un coffret de Carlotta (720160).

 

http://www.carlottavod.com/film-710-etudes-sur-paris.html

 

JAZZ Puzzles (vol.1)

Jazz / histoire

Dan Vernhettes trompettiste (quelques dizaines d’orchestres depuis l’odyssée des Jazz O’Maniacs dont Swing Feeling, Vintage Jazzmen…) s’est lancé depuis des années dans un gros travail de recherche sur l’histoire du jazz et notamment de ses pionnier néo-orléanais et Louisianais.

Après Travellin’ Blues, avec son complice tout aussi érudit, Bo Lindström ; ils se sont lancés sur les traces de ces légendes que sont Buddy Bolden, Lorenzo Tio, Manuel Perez, Buddy Petit…

La recherche sur archives (enfin) appliquée au jazz sans développements et considérations ésotériques et absconses sur la rapport entre le surmoi de l’auteur et la musique de Roland Barthes (joueur de flûte post moderne méconnu)…

Essayez, vous aimerez !

 

http://www.jazzedit.org/french/FPz/jazz-puzzles.html

 

Jazz Puzzles (Vol. 1) 

par Bo Lindström et Dan Vernhettes

 

Présentation et recherche de même qualité que “Traveling Blues”.

  1. Dan Vernhettes
    45 rue Roger Buessard
    94200 Ivry sur Seine
    01 46 70 24 01


Tout amateur intéressé par l’histoire du jazz a été intrigué par les mystères qui entourent son origine. Beaucoup de faits et de dates n’ont pas été vraiment établis. C’est aussi vrai pour les biographies de beaucoup de musiciens. Comment le “jazz” a-t-il émergé en Louisiane ? Quel est la véritable chronologie des débuts du jazz en Louisiane ? Qui étaient réellement les créateurs de cette musique, fameux (Buddy Bolden, Joe Oliver, Freddie Keppard, Sidney Bechet…) ou moins connus (the McNeal brothers, Frankie Duson, Tig Chambers, Manuel Perez, Ernest Coycault, Chris Kelly, Buddy Petit, Evan Thomas, Lorenzo Tio, Arnold Métoyer, Kid Rena, Punch Miller et bien d’autres)?… Quelles étaient leurs origines et leur milieu culturel ?… Où jouaient-ils ?…
“Jazz Puzzles” apporte beaucoup de réponses à ces questions, malgré le fait que beaucoup de pièces du puzzles resteront introuvées. À travers 14 biographies extrêmement fouillées de musiciens louisianais des débuts du jazz l’Histoire émerge. Grâce à la reconstruction de leurs histoires personnelles, les figures des musiciens deviennent réelles, et l’histoire de cette période se dessine. Illustré avec de nombreuses originales et rares photographies, cartes et documents, une carte de 1917 de La Nouvelle-Orléans comprenant 124 adresses de lieux et d’adresses de musiciens, une carte des lieux de jazz de Chicago, et des discographies complètes, “Jazz Puzzles” n’est pas seulement un livre d’histoire et un ouvrage sur le jazz, c’est aussi un fascinant livre d’images.

 

TABLE DES MATIERES Page
Préface 5
Remerciements 8
Chapitre 1 John P. Robichaux 9
Chapitre 2 Buddy Bolden 29
Chapitre 3 Manuel Perez 59

Chapitre 4 Ernest and Jerome Coycault

75
Chapitre 5 Joe Oliver 85
Chapitre 6 Chris Kelly 105
Chapitre 7 Freddie Keppard 117
Chapitre 8 Lorenzo Tio 149
Chapitrer 9 Arnold Métoyer 161
Chapitre 10 JEvan Thomas 165
Chapitre 11 Punch Miller 173
Chapitre 12 Buddy Petit 195
Chapitre 13 Sidney Béchet 215
Chapitre 14 Kid Rena 227
Index 239



Vous aimerez aussi...