66 – Portrait du jour : Michel Benoit, auteur du polar « Les iris rouges » – Les Enquêtes du commissaire Merle

 » … Pour Ceux qui me trouvent pessimiste quant à l’avenir de l’homme, voici l’une des réponses que je pourrais apporter : L’histoire est peuplée d’assassins, le premier étant Caïn, selon la bible. Si l’on en croit les textes bibliques, l’humanité est donc née avec le crime. Et on le voit bien chaque jour, l’humanité n’a trouvé à ce jour sa raison d’être que dans le meurtre. Elle ne s’accomplira que dans sa propre destruction.

Tout est dans la forme, il y a entre le criminel et l’homme de tous les jours, celui que l’on croise dans la cage d’escalier, celui aux côtés duquel on travail ou celui à qui l’on dit bonjour tous les matins, que l’épaisseur d’une feuille de papier… »

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son soixante sixième Portrait du jour–Criminocorpus la rédaction du blog reçoit Michel Benoit, auteur du roman « Les iris rouges »

Michel Benoit est écrivain, historien, essayiste, et auteur de théâtre. Il est connu dans le monde du polar pour être l’auteur des Enquêtes du commissaire Merle. Il est un acteur reconnu de l’animation du livre entre la Bourgogne, le Bourbonnais et le Berry, notamment à travers l’organisation de salons littéraires. Il intervient régulièrement dans les programmes d’Histoire dans des classes du second cycle. Il est membre de la société des études Robespierristes.

Pour connaître les autres titres et le parcours de l’écrivain : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Benoit

Merci Michel de la présentation de votre dernier livre sur notre site. Bienvenue au club des  aficionados du crime !

« A propos de la sortie début septembre des  » Iris rouges  » édition de Borée :

Ecrire un roman policier, c’est raconter l’histoire des hommes. Comme le dit si bien Jean Rostand « On tue un homme, on est un assassin. On tue des milliers d’hommes, on est un conquérant. On les tue tous, on est Dieu. »

Pour Ceux qui me trouvent pessimiste quant à l’avenir de l’homme, voici l’une des réponses que je pourrais apporter : L’histoire est peuplée d’assassins, le premier étant Caïn, selon la bible. Si l’on en croit les textes bibliques, l’humanité est donc née avec le crime. Et on le voit bien chaque jour, l’humanité n’a trouvé à ce jour sa raison d’être que dans le meurtre. Elle ne s’accomplira que dans sa propre destruction.

Tout est dans la forme, il y a entre le criminel et l’homme de tous les jours, celui que l’on croise dans la cage d’escalier, celui aux côtés duquel on travail ou celui à qui l’on dit bonjour tous les matins, que l’épaisseur d’une feuille de papier.

C’est ce que j’appellerai la banalité du crime. On se rend compte très vite que chaque assassin est probablement le vieil ami de quelqu’un.

Nous sommes tous des assassins en puissance, Si tout homme avait la possibilité d’assassiner clandestinement et à distance, l’humanité disparaîtrait en quelques minutes.

C’est tout ceci qui est passionnant dans le crime, une histoire d’homme. Le crime se reflète toujours dans l’esprit des témoins et des proches. Il faut les considérer comme des miroirs ; le meurtrier se cache dans l’un des angles morts.

Pour le commissaire Merle, le crime est un compagnon de route, et si le crime l’accompagne dans sa vie, Merle lui consacre tout son temps, sa raison d’exister.

Confidences à mes lecteurs.

Michel Benoit »

Synopsis des Iris rouges : Merle se remet difficilement de la mort de son épouse, Muguette. Mais les affaires continuent et il se plonge dedans pour noyer sa tristesse. Deux jeunes femmes sont retrouvées mortes : une enquête est confiée à Merle, l’autre à la gendarmerie et son maréchal des logis Bramard. Alors que Bramard avance très vite dans ses recherches, Merle piétine. Toutefois, il sent rapidement que quelque chose cloche : avec son expérience et sa connaissance du genre humain, il est le seul à pouvoir résoudre ces deux affaires…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Vanhalst-chagneau dit :

    Beau descriptif